Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Photographie de la dernière activité

POUR UNE RUSSIE EUROPÉENNE

Le Général de brigade Gilles Gallet, ancien président de la SMLH61, a publié aux éditions Harmattan, un livre qui doit être lu absolument. Tout « honnête homme» doit le connaitre.


Ce livre extrêmement riche et documenté éclaire la politique moderne de la Sainte Russie de Vladimir Poutine, héritier des Tsars et de Staline. Le centre de l'Empire est russe, la périphérie, caucasienne, est essentiellement d'héritage turco-mongole musulmane en grande majorité. A partir d'Ivan le Terrible au XVIème siècle, la Horde d'Or est vaincue, Perses et Ottomans seront progressivement tenus à distance.


L'Arménie, l'Azerbaïdjan, l'Ukraine et la Géorgie, au sud sont aussi des points de fixation. Héritier des Tsars et maître des nationalités, Staline a soigneusement découpé le pays en laissant au centre et en périphérie de chaque république liée à Moscou, des zones autonomes censées respecter langues, religions et coutumes mais en fait affaiblissant le pouvoir central des républiques et leurs communications. Des textes constitutionnels centraux soviétiques se contredisent dans les modalités d'autonomie selon leur date d'élaboration expliquant la lutte âpre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Les guerres de Tchétchénie et de Géorgie sont par ailleurs remarquablement décrites et expliquées.


L'Ukraine liée à la Pologne a longtemps souffert de la domination russo soviétique et lors de la 2ème guerre mondiale, le camp choisi par ce pays n'a pas toujours été clair. La Crimée est russe et le retour dans le giron de la mère patrie s'explique aussi par le débouché en mer noire. Sébastopol chante aux oreilles russes. Le Donbass pose les problèmes que Russes et Ukrainiens ne cherchent pas à résoudre. Seule la politique classique du gourdin de Poutine fondée sur une armée bien entrainée et équipée permet un certain calme apparent..


Le Président Vladimir Poutine ne veut pas de grignotage de l'OTAN et de la CEI, pas de conquête soft par l'argent ou la « culture » de l'occident avec un risque de réduire le glacis à l'Ouest. La Russie vit avec le souvenir amer des avancées éclairs de Napoléon puis de Hitler qui coûtent cher en contre-attaques défensives puis victorieuses.


Il n'est pas possible de résumer un ouvrage aussi passionnant et extrêmement documenté. Si le Général de Gaulle a parlé de l'Europe de l'Atlantique à l'Oural il a énoncé une vérité qu'il aurait pu étendre à l'Est. Aucune population, aucune nation n'arrête la Russie pour disposer, en Sibérie de toutes les matières premières du tableau de Mendeleiev. Voilà pourquoi l'auteur décrit l'importance du Gaz russe donc de Gazprom et des Gazoducs qui traversent ou contournent pays amis, neutres ou hostiles. La chute du prix de l'énergie a pénalisé le pays. Le tarif est fondé sur deux paramètres : la dépendance du pays acheteur (plus il est dépendant plus le prix est élevé) et sur la loi de l'offre et de la demande. La crise d'Ukraine avec les embargos (Mistrals inclus) a obligé le pays à se concentrer sur ses capacités d'autosuffisance alimentaire et technologique. Le pétrole est devenu à la fois arme et pesanteur sur le PIB russe.
L'auteur n'oublie pas l'armée russe héritière des armées rouge et soviétique, qui sous Poutine, ont retrouvé leur lustre, leur équipement et leur capacité d'intervention. La guerre d'Afghanistan doit être révisitée. La comparaison avec l'intervention US qui n'est pas déterminante et l'enlisement américain en Irak redonnent une crédibilité à l'action militaire russe. Cette armée a bien appris sa leçon en Syrie et dans sa subtile intervention en Ukraine. Elle semble l'épouvantail apparent redouté par "un" occident. Les tensions semblaient définitivement abolies avec la chute du bloc soviétique et du mur de Berlin
. A la question, la Russie doit-elle être considérée comme européenne ? Le Général Gallet répond par l'affirmative. Pas de malentendu culturel ou religieux. L‘Europe doit saisir que la Russie forte, tournée vers une économie interne qui enrichit son peuple et le stabilise est un glacis protecteur de l'Europe de l'Ouest contre des poussées qui culturellement ou du point de vue religieux sont moins proches de nous. La Russie est à la fois un marché, un fournisseur et un allié naturel.

SMLH61

Pour une Russie Européenne (l'Harmattan, mai 2016, 20 €) Gilles Gallet Général (2s) Saint-Cyrien, Breveté de l'École de Guerre, diplômé de l'Institut national des Langues Orientales et des Hautes Études en Sciences Sociales.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016