Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Photographie de la dernière activité

,M. Jean Marie-FOSSE d'Aube la Ville de la Comtesse de Ségur), dans l'Orne, vient de recevoir, à titre militaire, à 87 ans la plus haute distinction française : la Légion d'honneur. Toute la SMLH (Société des membres de la Légion d'honneur) de l'Orne félicite notre nouveau légionnaire. Né en 1929, volontaire en 1953, formé succinctement dans l'infanterie parachutée, il sera parachuté le 20 novembre 1953, premier jour de la bataille, avec le 8ème régiment d'infanterie parachutiste sur Dien Bien Phu. La bataille s'achèvera 6 mois plus tard, le 7 mai 1954, par la reddition de la place forte française qui est tombée sous les coups de boutoir de Giap. La colonne Crèvecoeur n'a pu parvenir à rejoindre Dien Bien Phu et l'action Hmong du SDECE, du Colonel Sassi ne pourra que recueillir environ 7OO rescapés du Camp retranché qui ont pu s'enfuir. Cette guerre, ignorée en métropole, ne bénéficiera pas des moyens nécessaires, ni du soutien des alliés notamment des Etats Unis, qui l'ont pourtant promis à plusieurs reprises. On sait ce qui surviendra aux Etats Unis en Indochine rebaptisée Vietnam (80000 américains tués et la carrière de Johnson brisée, des centaines de milliers de Vietnamiens du Nord tués). Blessé par des éclats d'obus, dont il garde des traces, menus éclats dispersés, Jean Marie Fosse est fait prisonnier avec 11720 (dont 4400 blessés soignés par le Médecin Colonel Gauwin et Geneviève de Galard récemment promue à la Dignité de Grand Croix de la Légion d'honneur) et autres combattants de tous bords dits à l'époque de l'Union française (supplétifs vietnamiens et anciens des armées de libération de la France, troupes nord africaines et africaines unis aux « métropolitains"). Il est un rescapé de la mort (plus de 3300 tués et disparus durant les 4 mois de combat) et 70% des prisonniers mourront durant la marche vers les camps et durant leur vie dans ces camps. Jean Marie Fosse ne sortira des camps inhumains que lorsque les accords de Genève signés le 20 juillet 1954 par le Gal Delteil pour la France (Gouvernement Pierre Mendès France) auront mis fin à la guere d'Indochine. Avec les survivants de ces camps libérés, il est remis (trois lieux de transfert : Vietri, Plage de Thanh Hoa et Qui Nhon), à des Hindous et Polonais hostiles aux Français (contre les colonialistes pour les hindous, contre les capitalistes pour les polonais communistes!!), membres de la commission internationale de contrôle. Ils sont ensuite pris en mains par des bénévoles de la Croix Rouge. Nulle cellule psychologique évidemment inexistantes à cette époque, juste un tri médical succinct, mais quelques PFAT (Personnel Féminin de l‘Armée de Terre) sur les navires qui rapatrient (Le « Brest », le «Pasteur » notamment).Jean Marie Fosse porteur de plusieurs décorations, est par ailleurs titulaire de la Médaille Militaire. Les mérites de Jean Marie Fosse sont reconnus et inscrits dans le marbre par le Colonel Didier Godey, Commandeur de la Légion d'honneur, un Grand Ancien de l'Indochine qui lui a épinglé samedi 20 août les insignes de sa décoration, créée par Bonaparte en 1802, au nom du Grand Maître de l'Ordre, selon la belle formule officielle "Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d'honneur".
SMLH61


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016