Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Photographie de la dernière activité

ENTRETIEN SUR RADIO GRAND CIEL de NOGENT le ROTROU



Docteur Pierre Petitbon vous êtes le Président de la Société des Membres de la Légion d'honneur de l'Orne pouvez vous nous parler de cette décoration prestigieuse
Réponse : Bonjour madame, bonjour chers amis auditeurs. La Légion d'honneur vous le savez est la première décoration française. Elle est prestigieuse car j'ai coutume de répondre « Bonaparte » (Napoléon perçait sous Bonaparte - Victor Hugo) à ceux qui me demandent parfois, qui me l'a attribuée. C'est en effet ce chef charismatique qui a crée cette distinction en 1802 (Loi du 29 Floréal An X 19 mai 1802) alors qu'il n'était encore que Bonaparte. Le texte a été élaboré par Cambacérès et prévoit que conformément à l'article 87 de la Constitution, la Légion d'honneur doit mettre en lumière " les actes de courage militaire et les services et vertus civils ». Elle était destinée à récompenser des services «éminents» rendus à la Nation. La première remise des décorations a eu lieu dans la grande cour des Invalides le 15 juillet 1804 (jour férié en relation avec le 14 juillet de la révolution). La cérémonie est fastueuse dans un Paris en liesse. Napoléon est lui même décoré par son frère Louis, Grand connétable. Le 16 août une grande remise aux militaires se déroule au camp de Boulogne où campent 200000 soldats qui menacent l'Angleterre. Les médailles sont déposées dans un casque et bouclier ayant appartenus à Bayard et Du Guesclin. A l'époque l'histoire de France servait à glorifier, relier les époques et à unifier. Bernard de Lacépède, professeur civil et naturaliste en est le premier Grand Chancelier.
Question : Quel est le but dans l'esprit de Napoléon de cette création ?
Réponse : La France en 1802 se relève difficilement de la deuxième période de la révolution française dite de la terreur qui a failli décimer les talents et les forces du pays sous les méfaits de la guillotine (certes "amélioration médicale" des méthodes d'exécution) définitivement supprimée de l'arsenal de la peine capitale par Badinter 2 siècles plus tard. Napoléon veut ressouder la France et offrir une opportunité d'unité. La Légion d'honneur universelle prendra la suite de l'Ordre de Saint Louis (supprimé par le directoire) première récompense royale réservée aux seuls nobles. Elle est destinée donc à récompenser l'élite nationale civile ou militaire. Napoléon tient à récompenser les deux composantes de la société nationale, la bravoure militaire et les mérites civils. Napoléon souhaite estomper les effets controversés de cette révolution montagnarde de la "terreur" par l'unité retrouvée.
Question : Comment est composé l'organigramme de cette décoration ?
Réponse : Le Grand maître, est le chef de l'Etat, Président de la République de la Vème république comme auparavant ceux de la IIIème puis IVème république. Il reçoit à son investiture des mains du Grand Chancelier les Insignes de Grand Cordon de la Légion d'honneur (le grade le plus élevé) avec cette phrase rituelle " Monsieur le Président de la République, je vous remets les insignes de Grand Croix de la Légion d'Honneur ".puis le Collier de Grand Maître des Mains de ce même Grand Chancelier qui prononce cette seconde phrase rituelle " Monsieur le Président de la République, nous vous reconnaissons comme Grand Maître de l'Ordre National de la Légion d'Honneur" . Le Chef de l'État en est la clef de voûte comme l'étaient avant lui Napoléon puis les rois des Français qui lui ont succédé et qui n'ont pas voulu supprimer cet honneur initialement impérial.
Qui est le Grand Chancelier ?
L'Ordre, dont le siège, à Paris, est l'hôtel de Salm, est dirigé par un Grand Chancelier, actuellement le Général d'Armée Benoit Puga, ancien Chef d'Etat Major Particulier du Président de la République (CEMP). Il est au 17ème rang protocolaire de l'Etat (après le Président de la République, le Premier Ministre, le Président du Sénat, le Président de l'Assemblée Nationale juste après le Premier Président de la Cour des Comptes). Il préside un Grand conseil de l'Ordre (17 membres) qui analyse les propositions de nomination, les conditions de promotion et les questions disciplinaires. Ce Conseil vérifie les critères rigoureux d'attribution, de nomination puis d'élévation. Il assure que cet Ordre demeure conforme aux valeurs instaurées par Napoléon dans notre société qui vit dans un contexte de mondialisation. Giscard d'Estaing a été le premier Président à refuser la photographie officielle revêtu des attributs de la Légion d'honneur. .../...
SMLH61



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016