Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Photographie de la dernière activité

Les FLEURS du 11 NOVEMBRE

Chez les Français c'est le « BLEUET ». Cette fleur symbole de la souffrance des blessés a une histoire bien traçable. Les bleuets sont les nouveaux soldats de la classe 1895 qui inaugurent la tenue bleue rompant avec le fameux pantalon garance (rouge) qui permettait aux allemands de cibler les tirs. Les bleuets apparaissent pour des raisons horticoles difficiles à expliquer dans les terres labourées par les obus en général sur des zones argilo sableuses. A l'époque de la Grande Guerre d'une France agricole les bleuets, plante messicole, était très répandue assujettie aux champs. Le Cyanus segetum est devenu rare en France. Sa floraison se déroule entre mai et juillet. Sa fortune symbolique € est venue de deux femmes qui s'occupaient de blessés à l'Hôpital des Invalides (Mme Suzanne Lenhardt et Madame Charlotte Malleterre) qui souhaitaient par le travail, permettre une réinsertion de ces hommes blessés. Elles leur ont fait fabriquer ces bleuets en tissu pour les pétales et en papier journal pour les étamines. La vente est d'abord confidentielle assurant quelques revenus puis le Bleuet à partir des années 1920 avec un essor en 1925 deviendra le symbole du Poilu puis l'Etat accorde son haut patronage (Gaston Domergue, 1928) et enfin officialise la vente en 1934. Après la deuxième guerre mondiale deux journées de vente seront officielles le 11 novembre et le 8 mai. Le Bleuet de France périclite. L'ONACVG en 1991 reprend le flambeau. La vente par des organisations de bénévoles sous la houlette de l'oeuvre Nationale du Bleuet de France (sous l'autorité de l'ONACVG), reconnue d'utilité publique, récolte environ 1200000€.
Pour les Pays anglophones le "COQUELICOT" se porte avec dévotion. La Grande Bretagne, le Commonwealth dont les pays de l'ANZAC (Australie et Nouvelle Zélande) et hors Commonwealth, les Etats Unis et tant d'autres, font appel aux coquelicots qui, n'ont poussé, dans les Flandres et la Somme, que dans ces périodes de guerre où la terre était labourée par les obus. Symbole du sang versé par les soldats cette couleur rouge devenait évidente pour ceux qui voulaient une fleur à la boutonnière en souvenir. Pour beaucoup d'Australiens c'était, avec le Coquelicot, le" ROMARIN" que l'on portait à la boutonnière. Le Romarin poussait sur les terres de Gallipoli qui avait vu la mort de plus de 3000 australiens et 2700 néo Zélandais, (10000 casualties) cruel échec de Churchill, réparé par une retraite réussie. Le romarin représentait mieux le symbole de ces morts australiens en Turquie. Pour certains le symbole du Coquelicot est né lors de la Guerre de Crimée où cette fleur poussait dans les champs comme autant de gouttes de sang versé. C'est sur le champ de bataille de Solférino que la Croix Rouge est née dans l'esprit de René Dunant et que le coquelicot avait été noté. C'est lors de cette guerre que cette fleur aurait symbolisé le soldat et ses sacrifices mais sans prendre l'ampleur organisée que lui procurera la première guerre mondiale par sa durée et par ses morts en masse. C'est d'un poème d'un Médecin Lieutenant Colonel, canadien John Mac Rae (mort en Janvier 1918 d'une pneumonie) qui écrivit un petit poèmeévoquant ces coquelicots des champs des Flandres :

Take up our quarrel with the foe:
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.

Les Australiens ont perdu 60000 hommes sur une population de 4,5 millions d'habitants, les Néo Zélandais, 14000 hommes et 40000 blessés ou gazés sur une population de 1 200 000 habitants. Un choc et une dévastation avec un monument aux morts par village. Le Coquelicot est la fleur emblématique elle permet de recueillir des fonds de solidarité qui n'ont rien de symbolique le « Poppy day ». C'est en effet grâce à Moina Michael professeur à l'Université de Georgie qui écrivit un poème en réponse à celui de John Mc Rae « We shall remember » et jura de porter un coquelicot du souvenir le jour anniversaire du 11 novembre «The red remembrance poppy ». Le Coquelicot en Grande Bretagne et dans les Pays du Commonwealth récolte environ 50 00 000 de £. .

Le "CHRYSANTHEME" enfin sera proposé par Clémenceau pour fleurir les tombes des soldats. Elle pousse tard dans la saison et résiste au froid pour cette commémoration tardive dans l'année. Mais bientôt le chrysanthème basculera vers la fête des morts du 2 novembre.
SMLH61


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016