Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Photographie de la dernière activité

SERVIR, LA COHERENCE d'UN CHOIX DE VIE

La Direction des Banques Alimentaires. En janvier 2010, après avoir mis un terme à une carrière de quarante années dans les forces armées, je prends les fonctions de directeur de la fédération française des Banques Alimentaires, association caritative dédiée à l'aide alimentaire. Interrogé par des journalistes cherchant la cohérence d'un choix de vie consacré si longtemps au métier des armes, c'est dans les réponses apportées à l'époque à ces questions que j'ai trouvé les ressorts de mes nouveaux engagements.
L'Armée. Le regard que les officiers portent sur leur propre carrière est réducteur. Ils se définissent par un état, celui de militaire et ne cherchent pas à valoriser des compétences et des savoir-faire qui sont autant d'atouts et de qualifications transférables. L'élément fondamental est le sens de l'intérêt général et le dévouement au service de la mission. C'est bien au service de la défense nationale et de la protection de la nation que j'ai dédié 40 ans de ma vie, sans jamais chercher un profit personnel. Soldat de la République, j'ai servi fidèlement l'Etat, quelle que soit le gouvernement en place. Pour un militaire, la disponibilité n'est pas un vain mot. Il a fallu que je quitte l'état de militaire pour découvrir la notion de temps de travail et comprendre les débats qui agitaient la société à ce sujet. Disponible 24h/24h et entièrement tourné vers l'accomplissement de la mission, ce fut une révolution culturelle, de devoir dialoguer avec des salariés en termes d'heures supplémentaires, RTT et récupération.
La culture du service. C'est avec un sentiment de grande cohérence avec ma vocation militaire vécue avec passion que j'ai ensuite oeuvré dans le monde associatif près de sept ans. Après le service de l'Etat, j'ai donc continué mon action en me mettant au service des plus démunis de mes concitoyens. J'ai eu la chance de rencontrer des bénévoles et des salariés qui partageaient ma vision dont la satisfaction provient du sentiment du devoir accompli. La Fédération française des Banques Alimentaires est une association née en 1984 de la volonté de lutter contre le gaspillage alimentaire dans la chaine de production et de la distribution en mettant le résultat de cette épargne à disposition de ceux qui sont dans la précarité. Chaque jour 365 jours par an, plus de 5000 bénévoles et 400 salariés se dévouent dans toute la France pour préserver des denrées consommables et les mettre à la disposition des plus démunis.
La politique locale. Après sept années passées dans une association soucieuse d'efficacité, où chacun, fut-il bénévole, croit au projet commun, j'ai pris ma retraite. Me préparant à passer ce cap, je me suis à nouveau interrogé sur mes intentions et le choix de vie que je souhaitais. J'avais la ferme volonté de rester impliqué et de jouer un rôle actif au sein de la société. J'étais ouvert à toutes les possibilités mais déjà s'imposait le fait qu'il fallait que mon choix soit porteur de sens. Je ne souhaitais pas simplement trouver une occupation mais choisir un engagement qui me permette de conserver du sens à ma vie. C'est ainsi que, après avoir servi l'Etat puis la société à l'échelle nationale, j'ai entrepris de me mettre au service de ma commune en siégeant au conseil municipal. Je vis cette entrée dans la vie politique locale comme un engagement citoyen au service de la collectivité. Là encore, plus que les quelques compétences que je pourrais mettre à disposition de mes collègues, c'est mon sens de l'intérêt général que je veux proposer.
Le Secours Catholique. Mon parcours au sein du réseau des Banques Alimentaires a aiguisé ma conscience de la précarité j'ai donc souhaité continuer à me préoccuper du sort des plus démunis. C'est pour me mettre à leur service que j'ai accepté de prendre la responsabilité d'une équipe du Secours Catholique et que je constitue autour de moi des bénévoles désireux, dévoués Dans une société marquée par la tentation du repli sur soi, par la primauté donnée à la défense de ses intérêts, je me sens proche de tous ceux qui osent la générosité et l'abnégation. Je suis convaincu que notre capacité à vivre ensemble dépend largement de notre aptitude à nous mettre au service que ce soit dans notre milieu professionnel, dans nos familles ou plus généralement dans la société. C'est le sens de mon action pour les années à venir.
Général de division (2s) Maurice LONY, Bellême, Commandeur (2009), SMLH61, Madame Françoise LEBLOND, Présidente du Comité de Mortagne



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016