Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne


Samedi 23 septembre , 20h, dans l'église de La Ferté-Macé,
Lecture dialoguée des lettres échangées entre Maurice Retour et sa femme Yvonne , enfants de La Ferté-Macé, entre leurs fiançailles en 1912, et la mort du capitaine Retour, au front, le 27 septembre 2015 .

Reprise à La Ferté-Macé, d'une manifestation qui a été présentée dans l'Aisne, sur les lieux de combat de la première guerre mondiale.
Textes choisis et dialogués entre Patrick de Buttet et Valérie Bernardeau, parmi près de 500 lettres échangées entre Maurice et Yvonne :
« La plupart de ces lettres, de part et d'autre, sont écrites à la hâte et dans le climat d'anxiété que l'on devine »
Organisée avec le concours de l'Association pour la Restauration de l'église Notre-Dame de La Ferté –Macé, Président Jean Marie de JACQUELOT.

Précédée, ce même jour, 15h, d'une conférence de Clémentine Vidal-Naquet, agrégée et docteur en histoire, centre culturel du Grand Turc,
« Des Couples dans la grande guerre, à La Ferté-Macé et ailleurs ».

Entrées gratuites.

Ci-dessous quelques lettres échangées entre les époux Yvonne et Maurice RETOUR entre 1914 et 1915

1er août 1914

Mon adoré Maurice,
Te reverrai-je ?... Je te confie à Dieu sois [sans] crainte je serai vaillante, le bon Dieu m'y aidera( lié ) si c'est trop dur et puis je suis maman et si je suis émue en pensant à toi, je veux sourire et chanter en pouponnant Michel.
Le tocsin sonne ( SILENCE ) il faut être française et chrétienne- tu peux être sûr que je ne l'oublierai pas- quoi qu'il arrive.
Il me restera le souvenir de ces deux années du plus exquis bonheur si le bon Dieu te rappelle à Lui.
A Dieu, mon trésor adoré, Je t'embrasse avec toute la tendresse de la plus amoureuse des femmes.
Yvonne

20 août 1914
Ma chérie,
Je garderai ta première lettre, celle écrite au son du tocsin, toujours sur moi et tu peux être certaine qu'elle sera lue et relue. je ne m'exposerai pas inutilement. ( MUSIQUE )
Je ne chercherai pas sottement une vaine gloire J'espère que l'usine marche encore grâce à maman à qui j'ai pu donner des indications.
J'ai reçu 400F d'indemnité, tu pourrais employer cet argent à faire des secours pour les ouvriers pauvres.
Tous mes plus tendres baisers.
Maurice

13 août 1914
Chère Yvonne,
Tu m'excuseras ma chérie car je pense à toi sans cesse et dispose de bien peu de temps.
J'apprends que je suis affecté à une compagnie de dépôt à Falaise et que, par conséquent, je ne partais pas avec le régiment.
Mais, dans une situation comme celle que nous traversons en ce moment, j'ai cru de mon devoir de mettre plutôt mes bras au service de ma patrie et de sacrifier les intérêts de notre foyer à la patrie, Dieu pouvant protéger l'un et l'autre.
Aussitôt donc, je vais chez le colonel et lui demande de partir, mais il me renvoie brutalement et me refuse d'une façon catégorique ( ARRÊT MUSIQUE )
Je le supplie de me laisser partir, lui montrant mon inutilité manifeste à Falaise, enfin je lui dis que j'y suis résolu en pleurant car je ne pouvais me retenir.
Le soir, je partais et, maintenant que le calme est revenu je ne regrette rien.
Maurice

Dimanche 2 août 1914
Mon trésor chéri,
Fais ton devoir, mon chéri, bravement, mais rappelle-toi que tu n'as pas le droit de t'exposer inutilement. Tu es père.
Ne choisis pas les postes les plus dangereux si rien ne t'y oblige.
Fais-toi un billet de demande de confesseur en cas de danger de mort et achète une médaille du scapulaire ou miraculeuse puisque la tienne est restée ici. Je t'aime de toute mon âme
Yvonne


LE LIVRE DE Michel LOUVEL sur le CAPITAINE MAURICE RETOUR, CHEVALIER de la LEGION d'HONNEUR est résumé ci-dessous cela permet de disposer d'un aperçu sur la vie de Maurice RETOUR avant 1914.

Maurice Retour



Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, il est opportun de signaler la parution d'un livre consacré à l'un des héros ornais parmi les plus attachants, et des plus symboliques: Maurice Retour.



C'est tout d'abord un industriel qui compte dans la communauté des entrepreneurs de la petite ville de La Ferté Macé, centre important à cette époque du textile. Il dirige, tout jeune , à la suite de la mort prématurée de son père une importante fabrique de tissage mécanique qui emploie jusqu'à plusieurs centaines d'ouvriers dans la ville et aux alentours.
Il se distingue particulièrement par son attachement aux valeurs du mouvement naissant du christianisme social qui se développe au début du XXème siècle.
Dès le début de la guerre, ce jeune chef d'entreprise tient à participer aux combats de façon active (ses responsabilités de chef d'entreprise auraient pu lui valoir des postes moins exposés). Sous-lieutenant au 205ème régiment, il part dès le mois d'août au front dans l'Aisne. C'est un combatant valeureux, hardi et aussi soucieux de ses soldats, apprécié de ses chefs dès juin 1915 il reçoit la Légion d'honneur, qui lui est remise sur le champ de bataille à Liencourt sur le front des troupes.
Maurice Retour et son épouse, tout au long de la guerre, nous ont laissé une correspondance aussi émouvante que précieuse historiquement. Chaque jour les jeunes époux ont échangé des lettres qui ont été conservées par leurs descendants. Certaines de ces lettres, figurant dans un livre récent (*) d'une historienne universitaire, constituent une importante et touchante contribution à notre connaissance de cette période dramatique.
Maurice Retour est tué au front, à Tahure (Marne) le 28 septembre 1915, un témoin rapporte la dernière directive qu'il donne à ses soldats en montant à l'assaut: “Si je marche à l'assaut à votre tête, suivez-moi. Si je tombe, dépassez-moi, et toujours en avant !

Le monument au mort de la Ferté Macé rend hommage au jeune capitaine: il y figure, montant à l'assaut, brandissant le drapeau.


Henri Le More, Chevalier des Arts et Lettres

Bibliographie

>Michel Louvel :
Maurice Retour,
Jeune capitaine mort au front
Patron d'un Tissage Mécanique à La Ferté Macé
(1889-1915)


Des lettres de Maurice Retour et de son épouse figurent dans un ouvrage récent d'une jeune universitaire:


Clémentine Vidal-Naquet
Correspondances conjugales 1914-1918. Dans l'intimité de la Grande Guerre (2014).

Les Belles Lettres - 2014



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016