Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Le 52ème SALON DE L'AERONAUTIQUE ET DE L'ESPACE DU BOURGET 2017
Né en 1908 comme excroissance du salon de l'Automobile au Grand Palais grâce à Mrs André Granet (architecte) et Robert Esnault-Pelterie, pilote, inventeur (notamment du manche à balai), ce salon ne cessera de prendre de l'expansion avec quelques bas (après la première guerre mondiale). A partir de 1921, le salon ne se tiendra d'ailleurs plus que tous les deux ans (restrictions budgétaires et de production –100000 employés en 1918 4OOO en 1921). Le Président de la Chambre Syndicale des industries de l'aéronautique (Léon Bréguet, créateur avec Gabriel Voisin, Robert Esnault Pelterie et Louis Blériot) et le Commissaire de l'exposition Granet ont pris ensemble cette décision. Les salons précédant la 2ème guerre mondiale prouvent l'excellence de la production allemande (Messerchmitt Me 109) et britannique (Supermarine Spitfire) face au retard français (malgré le Dewoitine 520 qui n'est que tardivement mis en production). En 1949 le salon se tient au Grand Palais les démonstrations en vol à Orly, en 1951 les démonstrations se déroulent au Bourget. Puis en 1953, dans un bâtiment crée par Granet, le salon se tient entièrement au Bourget on y verra le pilote mythique Kostia Rozanoff franchir le mur du son (en vol horizontal) sur un Mystère IV Dassault quelques mois après les américains (sur un Super Sabre).
Le nom définitif de Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace est définitif en 1963, il avait accueilli en 1961 la première cabine spatiale Mercury et vu cette même année le 1er accident mortel (le Hustler). Ce salon se tient tous les deux ans en alternance avec Farnborough. Le Bourget a conservé son statut de premier salon en raison de son antériorité et de l'attrait, pourquoi le cacher, de Paris.

Le GIFAS (Groupement des industries françaises de l'aéronautique et spatiales) né lui aussi en 1908 (Syndicat des Industries de l'Aéronautique déjà cité). Récemment le GIFAS a signé un accord avec « Régions de France » et « BpiFrance » pour aider les PME à croître dans les régions. Le GIFAS est le premier chiffre d'exportation français et regroupe grandes entreprises et les PME des équipementiers. Les Présidents changent tous les quatre ans succédant à Marwan Lahoud, M. Eric Trappier (PdG de Dassault Aviation depuis 2013) a pris en juin 2017 la succession du Délégué Général d'Aibus. M. Marwan LAHOUD, Libanais d'origine, X Sup Aéro, a Airbus qui penait la place d'EADS après fusion de Matra, CASA (espagne), DASA (Allemagne) . Marwan Lahoud un négociateur et mathématicien émérite part et de GIFAS et d'Airbus sur des arcanes internes qui ne semblent pas productives de prime abord (cf ce salon). Ce grand dirugeant mérite toute l'estime d'Airbus du Gifas et de la Fance.

On peut retrouver le rapport actuel d'activité fort instructif dans l'onglet : liens/documents pdf

Pour résumer le GIFAS c'est dans le rapport 2015-2016 : 46 Mds de CA dont 79% à l'exportation, 62000 nouveaux recrutements en 5 ans, 33000 avions de plus de 100 sièges dans les 20 prochaines années, 14% du CA investi en R&D, 6000 contrats en alternance

Le Grand Vainqueur du Bourget 2017 est le consortium CFM entreprise conjointe entre l'américain GE (General Eectric) et le français Safran qui construit les réacteurs CFM notamment du Boeing 737 MAX 10 (gros succès du salon 2017). Commandes au Bourget 1658 et 2850 depuis le début de l'année. Le carnet de commandes est porté à 14000 moteurs. Certes chaque avion fabriqué est propulsé par au moins deux réacteurs quand ce ne sont pas quatre moteurs suspendus à leurs nacelles. Rolls Royce et Pratt et Whitney semblent bien à la traîne en ce moment
Deux duels ont animé le Bourget 2017 Boeing versus Airbus et Dassault versus Lockheed Martin.
Pour l'aviation civile bien que non présentés on sait que Chinois (le C919) et Russes (le MC21) vont entrer bientôt dans la compétition internationale. Toutefois pour ce salon Boeing a gagné la course pour la première fois depuis de nombreuses années . L'A380 n'a pas enregistré de commandes pour Airbus qui n'en construit qu'un par mois. La pérennité de ce modèle pourtant exemplaire lors de sa démonstration en vol, la pose d'ailettes et l'augmentation de 80 sièges ne seront peut-être pas suffisants pour relancer ce gros porteur long-courrier.Les problèmes de maintenance semblent très ardus et constituent selon certains un obstacleà son envol commercial. Airbus a cependant enregistré 326 commandes d'autres modèles (40 milliards catalogue).Bien que mollasson, quoique d'un bon cru 150 milliards $ (135 milliards €) de commandes diverses, ce salon a permis à Boeing de signer 361 commandes (dont 147 vraiment nouvelles) de MAX 10 il s'agit d'enregistrer des modifications de commandes précédentes pour 214 appareils. Le reste des commandes concernait divers modèles. Le total a permis à Boeing d'enregistrer un montant de 74,8 milliards $ catalogue.

Le choc Dassault Rafale et Lockheed Martin F35 Lightning semble relever du combat de David et Goliath. Pourtant le Groupe Dassault a du répondant, de l'entregent, de l'expérience 100 ans !! et de prodigieux succès c'est DASSAULT AVIATION (militaire avec Mirages et Rafales, civile les Falcon et l'Espace = 3,6 M€ et 11942 personnes, et FALCON JET AVIATION (filiale américaine de DASSAULT AVIATION, entité autonome 1,1M€ et 2600 personnes, DASSAULT FALCON SERVICE (entretien et maintenance des Falcon = 164,7 millions d'euros 620 personnes, DASSAULT AVIATION Sogitec, simulateurs et documentation = 91,3 millions €, 410 Personnes, THALES dont DASSAULT est actionnaire à hauteur de 24,8% CA : 14,9 M€ et 64000 personnes, SABCA Société belge avec en actionnaire minoritaire Fokker fabrique des éléments de lanceurs spatiaux vérins composites en belgique et à Casablanca = 202 milliosns € et 1079 personnes, DASSAULT SYSTEMS un fleuron du Groupe 3,1M€, 15100 personnes, 222000 clients dans le monde, un univers informatique intégré tous azimuts, toutes innovations, tous horizons. Le Groupe DASSAULT c'est aussi l'art l'immobilier et la presse "Le FIGARO", 520 millions, 1800 personnes, IMMOBILIERE DASSAULT 15,8 millions €, 7 personnes, 18000 m2 exploités, ARTCURIAL 212,6 millions , 150 personnes, trois sites de ventes Paris, Monte-Carlo, Hong Kong et des bureaux à Bruxelles, Milan, Monte-Carlo, Munich et Vienne.

LOCKHEED MARTIN avec 40 M de $ de CA, est la plus grande entreprise mondiale dans le domaine de la défense. Elle regroupe LOCKHEED AVIATION, MARTIN qui a apporté l'Espace, SIKORSKY récemment l'Hélicoptère et encore plus récemment LEIDOS pour les systèmes informatiques intégérés. Locheed Martin ont offert de magnifiques réalisations si l'on se contente des avions à réaction, le F104 Starfighter, le F35 Lightning, le SR71 Blackbird, le fameux U2 volant au dessus des limites de l'interception par missile et cependant atteint par un sol air russe (Gary Powers en mai 1960, échangé quelques mois plus tard contre l'espion russe William Fischer) en même temps que le chasseur russe qui le poursuivait!!!, le F117 Nighthawk furtif et qui malgré cela avait été abattu en Yougoslavie en 1999 (sa carrière commerciale avait avorté à la suite de cette contre_performance).

Les obstacles nombreux que les Américains ont placé devant le parcours commercial de ce rival afin de laisser le champ libre au Lightning américain constitue une preuve indubitable de la valeur du chasseur bombardier multirôles de Dasssault. Son avionique Dassault Systems est un exploit et un équipement totalement intégré qui permet à toute modification de trouver sa place instantanément. Le Lockheed plus furtif en passif a eu plus de mal à trouver son avionique. Rafale a vendu à la France (Armée de l'Air et Aéronavale, 286 appareils (146 livrés) au Qatar, à l'Arabie Saoudite (peut être) et à l'Egypte (total 84 appareils). Le coût de la mise en service s'est élevé à 46 milliards $, coût moyen de l'appareils 70 millions $ (selon équipement et version). Propulsé par deux SNECMA M88 2 (devenu Safran). Sa vitesse de croisière est de 1700km et sa vitesse maximum. Le Rafale est le seul appareil étranger à avoir la possibilité et le droit d'aponter sur un Porte avions US. Le Lockheed Martin F35 dit de 5ème génération s'opposait au Rafale de la génération précédente en raison de sa furtivité passive quasi inexistante sur le Rafale (sa passivité active de contre mesure étant très performante). Le coût du F35 est exorbitant. Les commandes seront à la hauteur de l'investissement (près de 3000 dans le Monde US inclus) le prix unitaire est énorme (de de 110 à 300 millions $ selon la version). L'investissement a dépassé les 395 milliards $ et le coût total sera de 1000 milliards$. Ce chasseur Bombardier devrait être acheté par de nombreux pays dont la Turquie, la Norvège, le Danemark, l'Italie et surtout la Grande Bretagne. Pour les Etats Unis cet avion est destiné à remplacer tous les modèles existant embarqués ou au sol. Il existe enfin une version à décollage vertical. Une présentation du Lockheed (un pilote d'essai) a succédé à celle du Rafale (un pilote militaire). De l'avis de tous les observateurs la démonstration du Lockheed a été pataude seule sa vitesse ascensionnelle a été équivalente à celle du Rafale. Son unique réacteur Pratt et Whitney lui confère au vrombissement une énorme sensation de puissance et lui permet une vitesse de ce 1930 km/h mach 1,6 contre 1715 km/h mach 1,4 pour les 2 réacteurs du Rafale. Le Rafale emporte environ 9,5 tonnes d'armement (missiles et bombes), le Lockheed environ 6,5 T du même armement. Le Rafale pèse à plein 24 T, le Lockheed 25,6T. Le rayon d'action est de 1000 km (2000km AR) pour le F35 et pour le Rafale de 1500 km (ce qui veut dire 3000km AR). On le voit si la puissance américaine, les impératifs de l'OTAN et la dispersion de l'Europe offrent de belles perspectives au F35, la technologie et la maniabilité du Rafale en font un modèle qui résiste à la concurrence.

Pour les Start-up du Bourget une centaine a été incubée par Starbust accelerator (fondateur François Chopard) qui a organisé les manifestations et expositions de ces jeunes pousses, véritable ferment de la matière grise du futur. On peut noter l'aéromobil 3.0 slovaque qui d'automobile à propulsion classique peut se transformer en avion qui décolle d'une piste sommaire et peut parcourir 875 km à 200km/h en transportant un seul passager. Le Flike un hélicoptère tritotor hongrois qui peut parcourir 160km. Le Babyboom américain profitant de l'essor des nouveaux matériaux et technologies pourrait relever le défi abandonné par le crash du Concorde en 2000 et relancer le transport supersonique (mach 2,2) transatlantique à partir de 2022 pour le prix d'une business class. Boom revendique 76 commandes à 200 millions $ l'unité dont la compagnie Virgin. 1à 2% des fonds levés pour les start-up viennent de France, 75% des US. L'épanouissement des Sartups a été cependant manifeste (visite des Présidents des Grands Groupes parmi lesquels Greg Hyslop de Boeing, Guillaume Faury d'Airbus Helicoptère et Paul Eremenko d'Airbus technologie, Visite du Président de la République et des ministres présents). Cela doit faire réfléchir et ces deux cent start-up qui ont reçu ces dirgeants attentifs ont compris qu'elles vivaient un moment historique. Les présentations en vol ont été très impressionnantes du Dakota nostalgique à l'Airbus 380 majestueux et d'une maniabilité incroyable, en passant par les deux vedettes le Rafale et le F35 qui succédait à la Patrouille de France toujours aussi spectaculaire sur ses Alphajets. Le Président de la SMLH61 remercie M. Rudi Roussillon, Conseiller du Président de Dassault de l'avoir invité à ce 52 ème salon du Bourget où 2300 exposants offraient au public leurs talents. Il a été très heureux d'être présenté à M. Edelstenne et à M. Olivier Dassault (cf photo). Votre Président SMLH61 a croisé M. Edouard Philippe, Premier ministre, a aperçu de très loin deux vedettes dans des registres différents M. Thomas Pesquet (très passionnant) et M. Mélenchon (très attentif aux explications). Voilà une belle manifestation d'une activité dans laquelle la France a toujours brillé, a toujours été en avance, ne perdra certainement pas de l'altitude et ne se fera pas descendre en vrille par la concurrence. La matière grise est bien au rendez-vous et nul doute que la génération des dirigeants nationaux qui arrive comprendra sans délai l'intérêt de cette branche de l'industrie la première en terme de chiffre d'affaires et d'exportation. SMLH61
Photos SMLH61 : M. Olivier DASSAULT et le Président de la SMLH61, Un Rafale au sol, Le Stand Russe, un Airbus Caïman de l'aéronavale, l'A 380 en vol


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016