Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

LE CONCOURS D'ATTELAGE DE COMPIEGNE ET DU HARAS DU PIN

Le même week-end (26/27 août) à Compiègne (le plus ancien depuis 1979) et au Haras du Pin se déroulaient un concours international d'attelage.
Cette activité est revenue dans le domaine du sport équestre depuis 1987 en France après avoir été relancé en Grande Bretagne auparavant par le Duc d'Edimbourg depuis 1974. L'attelage moyen de transport mort depuis le succès de la voiture automobile est ressuscité au sein de la FFE. Jadis attelages public, les diligences, ou privé phaétons, calèches dont une une liste quasi exhaustive se trouve aisément sur le site en bas de page*. Avec curiosité on retrouve des noms popularisés par la littérature du XIXème siècle et auparavant dans les romans et descriptions historiques. Vauban se faisait tirer par un attelage de mules dans une cabine suspendue à ses brancards et qui donc ne reposait pas sur des roues impropres lors de ses trajets tout autour de la France pour inspecter ou créer ses fortifications aux frontières, sur des routes impraticables et cahotantes. Cet équipage lui permettait, doucement balancé, de travailler ses dossiers durant les parcours interminables.

Les diverses catégories permettent aux poneys, aux chevaux de selle ou aux chevaux de trait de participer à un deux ou quatre chevaux à des compétitions. Celles-ci se décomposent
en trois épreuves, deux le premier jour (dressage et maniablité), une le second jour (marathon).
La première, le dressage consiste à effectuer des figures en ordre prédéterminé (le jury note et vérifie que tout s'est déroulé conformément au programme, avec précision et élégance).
La seconde la maniablité permet aux équipes meneur et groom (l'assistant, qui à l'arrière de la voiture équilibre l'équipage) de franchir des portes dans un ordre rigoureux et dans un parcours de difficulté calculée par les organisateurs.
Enfin le deuxième jour Le marathon propose un parcours de six kilomètres entrelacés permettant de franchir des obstacles (cinq) tracés (circuit entre des arbres) ou naturels (collines ou gués). La précision s'allie à la vitesse de franchissement des obstacles et aux pénalités éventuelles pour défaut de parcours ou autre irrégularité. Le spectacle est élégant, prenant voire fascinant.

Sous la houlette de l'ARAP (Association Régionale d'Attelage de Picardie), présidée par Mme Alice TRANGOSI-LANCIEN tous les participants sont des passionnés. L'équipement, l'entretien d'un ou plusieurs chevaux, poneys ou chevaux de trait est dispendieux. Il faut y ajouter le matériel (vans, sellerie, attelage...) mais tout cela est géré par des passionnés nous le rappelons. Les produits d'occasion, le dévouement, l'amour de ce sport règlent tous les écueils. Certains équipages profitent manifestement d'un bon mécénat, de solides finances mais les petits revenus sont majoritairement présents. Tous les âges sont à l'assaut de la victoire, les jeunes tirés par leurs poneys et les adultes de 18 à 78 ans sont bien là aux rênes de leurs chevaux de selle ou de trait (à Compiègne des boulonnais). A Compiègne, le Président organisateur est M. Jean François TRANGOSI du Concours dont le deuxième sur le podium est un senior dentiste et le troisième un gérant d'un magasin d'une chaîne bien connue de petit matériel agricole. L'Oise hebdo de cette semaine (28 août 2017) sous la plume de Frederika Guillaume vous en apprendra bien plus.SMLH61
*Une liste exhaustive des attelages sur le site à copier dans "Liens Utiles" https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_v%C3%A9hicules_hippomobiles#A
Photos SMLH61 : Préparation de l'attelage, un Boulonnais, des passages de portes au Marathon, le franchissement du gué au Marathon


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016