Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

LA RÉFORME, IL Y A 500 ANS LA DÉCHIRURE, Conférence à la Salle sainte Reine de Bagnoles de l'Orne par Mme Marie Josée MICHEL, Professeur Émérite des Universités de Paris XIII et Paris Sorbonne


Le texte ci-dessous est pris à la volée lors de la conférence avec quelques compléments du Président de la SMLH61,qui assistait à la séance


500 ans déchirure de la Chrétienté. Elle concerne France et Europe après la guerre de cent ans. Elle est presque contemporaine de la chute de Byzance (1451). Le Christianisme du Moyen âge est un christianisme intégré mais superficiel ("plaqué" Delumeau). Il s'agit d'une "Idolâtrie baptisée". Un clergé qui doute et se comporte dans la vie courante de façon peu exemplaire. Au milieu du 17ème siècle le monde européen a changé. Fragilisé il verra naître plusieurs chrétientés. L'Europe sera dorénavant protestante, catholique et anglicane.


Les raisons de cette déchirure d'où vient elle ? Qui sont les acteurs ? Les conséquences ? Les interprétations ?


MUTATIONS du Monde chrétien.


On peut qualifier cette période de Crise de civilisation qui démarre entre 1450 et 1480. La Renaissance est une des conséquences de cette crise de civilisation. Cette période comporte un boom démographique (1/5ème de démographie en plus). La guerre de cent ans a été une cause de stagnation. L'Europe vit par petits enclos, les transports sont frustes et l'Europe s'arrête à la Méditerranée.

En 1492 l'Europe s'ouvre à l'Amérique, au Moyen et Proche Orient. La richesse déferle avec l'or et argent américains et les pierres précieuses et épices indiens la soie chinoise qui prend toute son ampleur. L'Europe s'encrichit, les femmes se parent. L'autarcie européenne régresse de 100% vers 60%. La lente dépossession de la culture passe des clercs aux laïcs. L'économie se « mondialise ». L'espérance de vie est d'environ 30 ans à cette époque.** Elle génère la peur de la mort. La hantise de la fin du monde et de l'apocalypse qui coïncident avec les chiffres ronds (1000 puis 1500). A cela s'ajoutent des maladies qui viennent d'Amérique du Sud (syphilis un fléau) en échange des maladies provoquées par les Espagnols sur les populations indiennes qui vivaient en autarcie avec des anticorps adaptés. Les éléments pathogènes nouveaux ont décimés voire supprimé les populations de l'Amérique du Sud.


Face à cette crise l'Église n'accompagne pas cette rupture de civilisation.Elle va être décontenancée et n'anticipe pas. L'Europe est dans sa presque totale composition catholique bien qu'il existe quelques petites communautés juives éparses. Le catholique participe aux messes et aux rites collectivement. Cette vie chrétienne rituelle quotidienne ponctuait la journée et l'existence. Les sonneries de cloches annonçaient, glas et tocsin, mariage, offices notamment. Les catholiques Idolâtres servent Dieu et le diable, souvent par des pratiques individuelles de superstition magiques. Les institutions sont affaiblies. Les moeurs dissolues, moines et prêtres à vie relâchée parsèment paroisses et cloîtres. Les commanderies, les biens de l'Église sont gérés par des laïcs. Les Prêtres et évêques, ne sont ni dans leur paroisse ni dans leur diocèse mais vivent grassement des dons et impôts. Tout le monde est affecté par cette crise, clergé et États notamment par l'Angoisse de la mort, de l'avenir. Aucune logique d'autocritique de l'Église ne ponctue bulles et enseignements disparates du clergé.


Plusieurs personnages vont simultanément mais sans lien entre eux répandre la « Réforme »
Que se passe-t-il ? Les nouvelles réponses vers 1500 surgissent. La REFORME 1530-1560. En France sous les règnes de François Ier et Henri II. Plusieurs théologiens d'origines géographiques différentes vont donc oeuvrer : Martin LUTHER 1483 – 1546. Brillant clerc, augustinien, docteur en théologie il a fait ses études à Erfurt. Il a un parcours clérical de haute tenue. Il dénonce la vente des indulgences (dons en échange d' années d'indulgences post mortem offertes par l'Église et le pouvoir pontifical (il fallait financer la construction de Saint Pierre du Vatican).
Martin LUTHER se fait connaître par les 95 thèses (placardées sur la porte de l'Église de WITTEMBERG, le 31 octobre 1517) qui dénoncent entre autres, les "malversations" du Pape. L'Invention de l'imprimerie de GUTENBERG qui multiplie la vitesse de propagation des connaissances permet la diffusion très rapide des thèses de LUTHER. Ses pensées qui vont être imprimées et répandues de façon exponentielle. Rome, par le Pape LEON X, signe la Bulle, en 1520, « Exurge domine » qui donne à Luther 3 mois pour dénoncer ses propres thèses. Luther refuse. La scission est consommée. Martin LUTHER Ne conserve que 2 sacrements : le baptême et la cène. Le corps et le sang du Christ sont réellement das le Pain et le Vin de la communion. Contrairement à Zwingli (symbolisme) et à Calin qui n'y voit pas de consubstantation car le Christ ne peut "s'abaisser" à être dans le pain et le vin. LUTHER a été fondamentalement anti-papiste et relativement anti-juif car il exécrait l'usure. Les juifs étant tenant du système "bancaire" (seul disponible à ceux qui ne pouvaient détenir de propriétés domaniales), dans la diaspora méditerranéenne et européenne continentale qui leur permettait la confiance du commerce "international" par lettres de change.


Jean CALVIN, prêtre du diocèse de Noyon (1509 – 1564). Lui aussi prêtre formé de haute qualité. Il proteste contre la gestion de l'Eglise. Il existe des différences entre calvinisme et lutheranisme notamment sur la Prédestination double ou simple (Dieu a tout réglé et l'homme par ses vertus terrestres n'a aucun pouvoir). Le Christ est présent sur terre par son Esprit, son Corps est aux Cieux, la Communion (le Pain et le Vin qui sont différents de la consubstantiation de Luther mais sont pour Calvin à recevoir dans l'Esprit Saint et encore moins dans le symbole pour Zwingli) .
Martin ZWINGLI, moins connu et influent en France, membre du clergé lui aussi dénonce les excès et lutte pour fare triompher sa réforme.


3 notions clés de la Théologie

1 – Sacerdoce universel chacun est seul face à Dieu et seul intermédiaire entre Dieu et l'individu. Le clergé est un délégué. Pas de supériorité que celle des études et de la fréquentation de la prière.

2 – Sola scriptura, la BIBLE (ancien et Nouveau testament) est le seul ouvrage de référence pas d'exégèse.

3 - Pas d'intercesseurs (Eglise non plus hiérarchique pyramidale mais transversale). Il n'existe plus de hiérarchie et l'Etat doit s'occuper des frais de fonctionnement de l'Église.


4- On peut ajouter l'élément essentiel augustinien de la prédestination voire de la double prédestination l'homme sur terre même par ses bonnes actions n'a aucune influence sur sa béatitude Dieu ayant accordé sa grâce à certains et pas à d'autres, ceux-là d'ailleurs peuvent être voués d'emblée à l'Enfer.
Tous deux portent une attention particulière sur la Lecture de l'Epître aux Romains de Saint Paul (Luther pense que Saint Augustin est le seul qui a compris cet Epître). Nietzsche allant jusqu'au bout de cette prédestination exposera que le christianisme est une "corruption irréversible" et qu'un seul homme "a été chrétien et qu'il est mort sur la croix".
La DECHIRURE S'INSTALLE :


Les Catholiques sont à Ouest, les Protestants en Europe centrale et les Orthodoxes restent épargnés par cette crise à l'Est. Enfin, l'Angleterre conserve son particularisme avec l'anglicanisme d'Henry VIII (et l'exécution de Thomas MORE). La Méditerranée est catholique (Italie, Espagne, Irlande etc..). 1520 – 1560 par cette Révolution des idées l'Europe a explosé. L'Irlande et la France auront une histoire compliquée.


La Paix d'Augsbourg en 1555 permet de régler la question religieuse dans le Saint Empire et se résume à « Cujus regio, ejus religio ». Le Prince et son peuple donnent la religion au territoire. Ce qui est différent de ce qui se passe en pays catholique en particulier en France dont le Roi tient son pouvoir du Pape « Un Roi, Une Foi, Une Loi ». Cette paix d'Augsbourg de CHARLES QUINT est donc une avancée remarquable par sa tolérance (quoique vaincu par les faits et désabusé par la montée des contestations réformistes qui s'ancrent) cette Paix de Tolérance permet à Charles Quint de sortir la tête haute. Il va abdiquer (après avoir partagé son Empire calmement en présentant aux princes ses fils Ferdinand et Philippe). Il entre en 1557, puis termine son existence dans le couvent hieronymite (Saint Jérôme) de Yuste en Estremadure (Espagne) en 1558.


Au XVI ème siècle la France va vivre un siècle de durs combats et de convulsions. . Une coexistence pacifique permettra en 1598, par l'Edit de Nantes d'Henri IV, une période pacifique. Mais l'État pensera qu'avec une réduction du nombre des protestants en France la révocation de l'Édit de Nantes en 1685 par Louis XIV devient possible. Les évangélistes vont entrer dans un système de réformes internes en France avec une cassure en 1530.


L'expérience protestante va prendre son essor à partir de 1540 avec des communautés structurées luthériennes (en Alsace) et calvinistes (ailleurs en France)
. Sous Henri II et ses trois fils expérience calviniste (venue de Suisse) s'étend dans le sud de la France (Cévennes notamment). Le 1er synode calviniste se tient en 1559 (25 au 29 mai Rue Visconti anciennement rue des Marais St Germain hors les murs de Philippe Auguste de Paris et de l'enceinte de l'abbaye St Germain), l'année de la mort de Henri II (tué accidentellement par Montgommery qui lui même, bien plus tard, sera pris à Domfront). Cette poussée calviniste est très forte et en expansion. Cette Profession de foi calviniste (Huguenotes) se verra confirmée au synode de la Rochelle, sous l'égide de Jeanne de Navarre (mère d'Henri IV) 12 ans plus tard (connu sous le nom de « synode des Princes »). Y assistent Théodore de Bèze le successeur de Calvin venu de Suisse et des Princes français tels que Gaspard de Coligny (qui pressntant un avenir difficile enverra une colonie protestante dans le nouveau monde Floride au funeste destin -cf Dominique de Gourgues dans Reportages/Figure de Proue), Henri de Condé, Henri de Navarre (futur Henri IV).


Le royaume de France est catholique avec un Roi très catholique. La réforme est un obstacle fondamental à la fidélité absolue, de droit divin, à la couronne. De 1559 - 1599, 8 guerres de Religion, petites guerres localisées puis généralisées dévasteront la France. Selon André Miquel le nombre de morts directs pour faits de guerre, par épidémie et par famine avoisinera, sur cette période de 40 ans, environ 2 millions de sujets de sa Majesté. La France, à cette époque, pays le plus peuplé d'Europe, compte environ 20 millions d'habitants. La Saint Barthélémy (1592) tue à Paris les trois mille protestants témoins du mariage de Henri de Navarre (protestant) et de Marguerite de France. La Sainte Ligue va entreprendre une croisade anti protestante. Henri III et Henri IV sont assassinés pour des motifs religieux. L'intelligence d'Henri IV (alors qu'il a été baptisé catholique) lui fait choisir le catholicisme pour être sacré et abjure le protestantisme pour régner. Mais il laisse la liberté à chacun d'exercer sa religion. Un statut dérogatoire est ainsi créé pour les calvinistes et luthériens. Cet Édit reprend nombre de dispositions disparates existant dans d'autres édits et les rassemble.


Les générations protestantes suivantes vont être moins favorisées Louis XIII et Louis XIV (par souci d'uniformisation de l'Etat « L'État c'est moi ») ont mis en place un système d'asphyxie pour faire émigrer les protestants. Ejus régio, ejus religio avec Charles Quint semble être le système politique choisi par Louis XIV. Louis XIV bénéficie aussi des avancées du Concile de Trente (séminaires, formations, saints canonisés en nombre ). Avec un sursaut intérieur du aux « intellectuels » (mot anachronique puisqu'apparu lors de l'affaire Dreyfus sous la plume de Clémenceau) de la pensée religieuse. La France s'en sort avec des efforts considérables de coexistence entre 4/5ème et 1/5ème de population puis du nombre de saints que générera la génération post trentine. L'austérité protestante génèrera le Jansénisme qui adoptera la rigueur protestante. Le crypto protestantisme a permis aux protestants de survivre en France après la révocation de l'Edit de Nantes 1685 (les protestants étant de moins en moins nombreux). Ceux-là toutefois ne pourront recevoir l'extrême-onction notamment.


La France a vécu une histoire douloureuse, originale et riche durant cette période de crise de civilisation. La violence des conflits de jadis ne doit pas faire oublier que les Livres de référence la BIBLE et les ÉVANGILES étaient communs aux deux religions. Leur étude soigneuse, leur exégèse, la participation des saints post trentins et des penseurs, Erasme en particulier, les Jansénistes, ont considérablement contribué à désamorcer les bombes idélologiques. Il est difficile de nos jours de faire un amalgame ou une comparaison avec des situations douloureuses et violentes. Peut-être peut-on proposer, à des schismes actuels, qui s'entretuent encore depuis près de 13 siècles, qui se réfèrent au même Livre, une médiation sur un modèle, tel que l'avait installé Henri IV, jadis, bien conduite qui permettrait peut-être une cohabitation sereine (Chiisme et sunnisme par exemple)
D'après Madame Marie-Josée MICHEL SMLH61 Photo SMLH61Madame M.J Michel au centre, avec sa fameuse cravate Lavallière, dans une photo de groupe, à l'Ecomusée du Perche dont elle est Présidente.Martin LUTHER par Lucas CRANACH, l'Ancien, Metropolitan Museum, Portrait de Jean CALVIN"Portrait de Ulrich ZWINGLI par Hans ALPER Kuntsmuseum Winterthour. LOGOde l'Union Protestante.

** L'espérance de vie en France était de 60 ans en 1960 (début des études d'un médein retraité ce jour) elle est de 82 ans aujourd'hui. La mortalité due aux accouchements -mère et enfant -, infantile réduites considérablement, hygiène de vie améliorée, alimentation équilibrée et relativement diffusée en quantité, épidémies jugulées (peste et choléra), lèpre disparue quasi complètement, hygiène dentaire, maladies chroniques jugulées : goutte et diabètes, cancers vaincus - encore qu'à l'époque on mourrait de lymphomes ou d'hémopathies - langueur - mais pas de cancer à l'âge jeune du décès - l'espérance de vie, le rappelle Mme MJ Michel est de 30 ans-, ne "permettant pas" à la plupart des cancers de se manifester, antibiotiques et corticothérapies, gestes de sauvetage déouverts et conditions de travail très améliorées, pour ne parler que de l'essentiel


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016