Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Monseigneur Antoine de Romanet nommé Évêque aux Armées Françaises par le Pape François (le 28 juin) a été consacré Évêque, le 10 septembre, à Notre Dame de Paris, par le Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris.

Mgr Antoine de Romanet, Évêque aux Armées Françaises (cf Reportages/actualités du site www.smlh61.fr) est venu dire l'office « ordinaire » en l'Eglise de Bellême (archi-comble) dans l'Orne ce dimanche. Le département et le Perche en particulier ont été honorés de ce déplacement aux racines territoriales, familiales de Mgr de Romanet. M. Luc de Romanet de Beaune, son père et sa mère Anne Marie, assistaient à la messe paroissiale célébrée aux côtés du Père Jacques Roger. Les membres de la Légion d'honneur présents étaient réunis en mémoire des vivants et des morts qui servent et ont servi dans les armées de notre pays, en particulier en cette période de centenaire de la Grande Guerre. Le porte-drapeau de la SMLH61 leur rendait hommage. Une pensée recueillie, était vivante dans les mémoires notamment pour le Sergent-Chef Julien Barbé, d'Alençon, Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, mort pour la France au Mali en avril cette année, (Cf Reportage/actualité).

Dans son homélie Mgr de Romanet a rappelé qu'il était évêque d'un diocèse, sans Cathédrale certes, mais son Eglise d'attache est Saint Louis des Invalides, de 100 000 âmes, sans limite précise, puisque son territoire s'étend aux lieux où se déploient les troupes de France. Les Théâtres d'Opérations Extérieures recouvrent les mers où naviguent les vaisseaux, frégates et avisos de la Royale (Mgr de Romanet se trouvera la semaine prochaine sur une frégate), les airs avec l'armée de l'Air, nul doute que cette Arme lui offrira un baptême de l'air spécial. Mgr Antoine de Romanet se déplacera, ensuite, dans un pays d'Afrique sub-saharienne sur un théâtre d'opération extérieure.

Mgr Antoine de ROMANET est venu célébrer la messe à Bellême terre de ses attaches de jeunesse et familiales.
L' Évêque aux Armées dans son homélie a énoncé, alors qu'il s'adressait à l'assistance, les termes du 5ème commandement : « Tu ne tueras point » qui impliquent que « soi même et les siens, au sens large, qui inclut les citoyens de la nation que défend le soldat, ne doivent pas être tués ». La réciproque est donc implicitement évidente dans le décalogue. L'évêque se devait en effet d'expliquer pourquoi une religion de paix pouvait cohabiter avec la violence mortelle d'une armée.

Puis Antoine de Romanet a insisté sur l'Amour essentiel dans l'enseignement du Christen rappelant le texte de l'Évangile selon Saint Matthieu 22.37-40 (SEG) : Jésus répondait aux pharisiens qui lui demandaient quelle était la première Loi : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton Coeur, de toute ton Âme, et de toute ta Pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la Loi et les Prophètes." » L'Évêque aux Armées Françaises citait les trois formes essentielles d'Amour que les grecs avaient définies (comme toujours plus développées). Pour synthétiser un exposé plus précis L'Eros (l'amour passion et physique), la Philia (l'amour amical ou familial) et l'Agapè mot que l'on trouve dans I Corinthiens XIII (l'amour du prochain qui prône l'amour altruiste du christianisme sans lien familial ou amical de contiguïté).
L'Homélie s'étendait aussi sur l'immigration Elle rappelait les prescriptions du Lévitique 19: 33-34 « Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène au milieu de vous : vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été vous-mêmes étrangers dans le pays d'Egypte. Je suis l'Éternel votre Dieu » Cette vision de l'Autre est un élément constitutif des interventions sur les TOE des Armées Françaises qui défendent les valeurs de la République Française. Celles-ci sont intimement liées à la culture judéo chrétienne qui a fondé la pensée de notre nation. Les droits de l'Homme en sont un élément fondateur et à cet égard, il est du devoir de notre pays de protéger les États faibles contre les assauts de ceux qui veulent détruire la liberté de culte, de pensée et de vie dans ces territoires amis dans lesquels nous intervenons. Voilà pourquoi cette authenticité que nous défendons là-bas doit se retrouver chez nous par réciprocité automatique. Cela n'exclut en aucun cas la légitime défense telle que l'Opération Sentinelle la matérialise. Les interventions à l'extérieur sont des « Opérations Sentinelles» déportées et avancées. Les terroristes n'ont pas leur place, en France pas plus que leurs mentors et ceux qui les nourrissent, les financent, les inspirent et les arment. La Nation a des prérogatives de souveraineté. Elle n'est pas cependant aveugle devant les souffrances qui font arriver dans notre pays une immigration parfois difficile. La Légion d'honneur n'est pas insensible à ses devoirs de formation, d'intégration et de compréhension. L'armée doit protéger les citoyens de cette folie politique, sans support spirituel crédible dans un monde post moderne qui cherche ses règles toujours évolutives et qui hésitent à se stabiliser. Le combat sera long et dépendra du moral des « arrières »
SMLH61


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016