Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Le Général François- Xavier Lecouffe, Grand Croix de l'Ordre National du Mérite (une dignité) et Commandeur de la Légion d'honneur (un grade) est le parrain de Blandine Beaujard pour la remise des insignes de chevalier de la Légion d'honneur dans les salons de la Préfecture, le Vendredi 9 mars. Ces locaux ont été très aimablement mis à la disposition de la récipiendaire par Madame Chantal Castelnot, Préfète de l'Orne.


François-Xavier Lecouffe est un nordiste. Il est né en 1927 à Arras. Il est reçu au concours de Saint Cyr en 1946, juste à la fin de la guerre. Après 1 an dans un régiment, 1 an à Coëtquidan, 1 an à Saumur et 1 an en Autriche, il est désigné pour l'Indochine .


Il rejoint le 1er Chasseurs à cheval, au Tonkin en 1951, y reste 30 mois, comme chef de peloton de chars le quitte en 1953 , avec 4 citations et la Légion d'Honneur. Il a 26 ans. Puis avec 8ème Hussards à Epernay à partir de 1954. Avec ce régiment, commandant d'escadron, il part en Algérie à l'été 1955. pour un an. A son retour en France il se voit nommé instructeur à Saint Cyr et effectue sa formation d'Ecole d'Etat Major, et , de nouveau en Algérie , au 1er Spahis pour 2 ans, - 2 citations et 1 blessure .


Il effectue un temps à l'Ecole de Guerre en 1965. Il est muté dans les paras, ce qui comblera notre Porte drapeau M. Chantepie, lui aussi parachutiste, comme commandant en second du 1er Hussards parachutistes. Les hussards comme nous le savons éclairent le terrain et ont un devoir difficile et dangereux. Ils explorent à l'aveuglette ou du moins repèrent.
Il devient Chef de corps du 1er Dragons, puis Colonel commandant le Collège militaire de Saint Cyr de 1975 à 1978. L'Orne admire dès lors le parrain de Blandine, que, jusqu'alors, nous trouvions fort sympathique.


Général en 1982, Commandeur de la Légion d'Honneur, il devient Adjoint du Général Forray (futur Grand Chancelier de la Légion d'honneur de 1992 à 1998, qui décède le 15 mai 2017) aux Ecoles de Coëtquidan. Le Général Lecouffe termine son service actif comme Commandant la 42 ème Division Militaire à Poitiers.


En retraite à Condette (62360), il reste adjoint au 3ème C.A. et conseiller municipal de sa commune, jusqu'en 1996. Il assume la Présidence de nombreuses associations civiles et militaires dont les Anciens d'Indochine qu'il crée dans le Boulonnais. Surtout, Président de la SEMLH pour Boulogne, il obtient un renouveau de l'intérêt des édiles locales pour les monuments qui rappellent la cérémonie du 15 Août 1804 - « le sacre de la Légion d'Honneur ». Il est chargé d'organiser l'Assemblée Générale de la Société en 2004, avec la présence du Grand Chancelier.
Il est Marié avec 5 enfants, 17 petits enfants, 8 arrière petits enfants en 2018

Il est Grand Croix de l'Ordre National du Mérite depuis 2016


L'assemblée dans les salons de la Préfecture, mis à la disposition par Madame Chantal Castelnot, Préfète, qui entoure Blandine Beaujard pour la remise des insignes était diverse et chaleureuse. La famille, les amis proches, la Croix rouge de l'Orne et des collègues médecins de son époux bien connu, Erick Beaujard gastro-entérologue de renom d'abord à l'Hôpital d'Alençon puis à Argentan. Parmi ces médecins on pouvait voir notre consoeur, Nicole de Bièvre, ancienne chef de service de radiologie de l'hôpital d'Alençon. Eric rappelait au milieu de ces Cht'is que lui breton ne déméritait pas !! On remarquait M. Hugues Cunegatti, des services de la Préfecture (chef de bureau de la représentation de l'Etat et de la communication interministérielle) qui, camera au poing, et en recherche du bon angle, veillait à la postérité de cet évènement.


Avant la cérémonie officielle, Madame Chantal Castelnot, Préfète de l'Orne, accueillait les invités parmi lesquels on reconnaissait : M. Christophe de Balorre, Président du Conseil départemental, Mmes Roimier et Blouet Vice-Présidents. Madame Castelnot les remerciait de leur présence, en particulier M. Leroux, récent sénateur de l'Orne. La SMLH61 était représentée par le Colonel (er) Alain Martin, Président du comité d'Alençon et le colonel Gantiez. Elle rappelait que si elle avait croisé Mme Blandine Beaujard (arrivée en 2017 et départ de Blandine cette même année) elle avait, lors de l'instruction du dossier, pu apprécier la qualité de la femme, de la responsable de la Croix Rouge départementale et de son action au sein de la municipalité à l'époque où Mme Roimier était maire. Le discours de Mme la Préfète à la fois empreint de chaleur et d'admiration sincère pour le parcours de Blandine annonçait ceux qui suivaient.


Celui du Président de la SMLH61 expliquant que la Légion d'honneur a été créée en 1802 par Bonaparte, Consul (le seul ordre impérial maintenu est celui des palmes académiques, dont Mme Roimier arborait l'insigne sur son revers de veste). La Légion d'honneur est le premier Ordre de France. Il rappelait que l'on devait gravir des échelons (chevalier, officier, commandeur) avant d'accéder aux Dignités de Grand Officier puis en haut de l'échelle Grand Croix (le parcours est le même pour l'Ordre national du Mérite, 2ème ordre de France, créé par le Général de Gaulle en 1963). Le jour de sa désignation par senatus consulte qui le nomme Empereur des Français, le 18 mai 1804, Napoléon va demander que les modèles des insignes soient fixés. Napoléon va épingler lui même les premiers insignes le 15 juillet 1804, sur 1800 légionnaires ? chiffre peu vraisemblable (cela aurait pris des heures). Cette cérémonie se déroule, au décours d'une Grand Messe solennelle, dans la chapelle des Invalides. Le comte de Rochambeau fait partie de cette première cohorte. Le "sacre de la Légion d'honneur", dont parlait le Général Lecouffe, se déroule à Boulogne le 15 août 1804, lors de la préparation de l'invasion de l'Angleterre. Celle-ci n'aura pas lieu. Le roi d'Angleterre, Georges III, avait abandonné, dans ses titres, celui de Roi de France, en 1801 (date de naissance du Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande) face à la montée en puissance de Bonaparte. Son ancêtre Edouard III (fils d'Edouard II et d'Isabelle de France fille de Philippe le Bel) l'avait "usurpé", à Gand le 23 janvier 1340, à la veille de la Guerre de cent ans. A ce sacre des légionnaires à Boulogne, 2000 légionnaires (20 civils seulement) seront, aux grades et dignités respectifs et mérités, décorés ce jour en prêtant un serment solennel. La céremonie se déroule devant 200.000 hommes, qui présentent les armes, aux sons de plusieurs marches dont le "Chant du départ". L'Empereur sera intronisé et couronné à Notre Dame, le 2 décembre 1804, lors d'une messe célébrée par le Pape Pie VII.

Dans l'Orne, Napoléon avait directement nommé officier le Général Leveneur, seigneur de Carrouges (car il avait une ancienneté dans l'Ordre de la Croix de Saint Louis au ruban rouge et que son épouse était une parente de son épouse Marie Louise). Le Général Stanislaw Maczek (le vainqueur de Montormel avec sa 1ère brigade blindée polonaise cf figure de proue sur le site) sera, par décret spécial en date du 3 février 1945, nommé directement par le Général de Gaulle, commandeur à titre exceptionnel et en tant qu'étranger. Depuis 2008, le Président de la République peut, sous conditions drastiques, nommer directement dans un grade élevé ou une dignité sans passer par le stade de chevalier toute personne désignée par le Grand Maître donc le Président de la République, (Simone Veil a pu être nommée directement Grand Officier en 2008 à l'initiative de Roselyne Bachelot qui fait changer, par le Président Sarkozy, les règles de la Grande chancellerie). Mme Veil sera par la suite élevée au rang de Grand Croix de la Légion d'honneur en 2012 par le Président Hollande. Simone Veil sera transférée au Panthéon avec son époux, Antoine, le 1er juillet 2018.

93000 personnes sont légionnaires en France, la parité est obligatoire depuis 2010 dans les promotions. Clémenceau disait : la Légion d'honneur ne se demande pas, ne se refuse pas et ne se porte pas (lui même ne sera jamais décoré de cette distinction, il refusera "car il n'était pas même gendarme" la Médaille militaire proposée très tard!!). Il existe quelques refus retentissants (La Fayette, Bourvil, Courbet, Brassens, Ravel ) et quelques uns inaperçus dont certains récents. La première femme nommée dans l'Ordre de la Légion d'honneur à 79 ans est Angélique Duchemin en 1851 pour son action lors de la révolution de 1789. Trois femmes seront Grand Croix après avoir franchi toutes les étapes d'accession à cette dignité : Geneviève de Gaulle Anthonioz (Grand résistante), Germaine Tillon ancienne déportées Grande résistante déportée, toutes deux transférées au Panthéon en 2015, Valérie Andrée Neurochirurgien, pilote d'hélicoptère durant la Guerre d'Indochine et enfin la quatrième directement nommée Simone Veil.


Puis le successeur de Blandine Beaujard à la tête de la mission départementale de la croix rouge de l'Orne, Joseph Lenepveu va retracer le parcours de Blandine Beaujard. La Croix Rouge de l'Orne appartient à la vaste famille de la Croix Rouge internationale. Cette ONG (dit-on aujourd'hui) est fondée jadis par le suisse Henri Dunant (il sera naturalisé français en 1859), effrayé par blessés et mourants sur le champ de bataille de Solférino en 1859 (qui n'est pourtant pas la bataille qui aura connu le plus grand pourcentage de blessés et mourants par rapport aux combattants). Il fonde la Croix Rouge qui naît le 17 février 1863 et qui prend le nom de Comité international de la Croix Rouge avec son emblème de croix rouge sur fond blanc lors de la conférence internationale d'août 1864. L'accouchement des statuts, de son rôle neutre sur les champs de bataille : on ne touche pas aux médecins et blessés lors des avancées, se fera progressivement. La conférence de Genève de 1874 établira La Croix Rouge internationale avec ses règles crédibles et fortes. Henri Dunant, oublié un temps, est premier Prix Nobel de la Paix en 1901 avec Frédéric Passy ancêtre de l'ONU et du rapprochement entre les peuples beaucoup trop en avance sur son temps.


Qu'a fait Blandine Beaujard pour la Croix Rouge, rappelle Joseph Lenepveu ? Elle a d'abord laissé les caisses de la Croix Rouge en 2017 excédentaires. Après une longue période de déficit qu'elle a progressivement comblé depuis 2013, date où elle est élue à la Présidence de la délégation territoriale. Elle a fondé le Camino (le chemin) pour un recrutement de service civique, une opération « vaisselle » pour remplir les caisses, ouverture des « vestiboutiques » vente de vêtements dans des boutiques analogues au « charity shops » anglo-saxonnes. Une boutique à Alençon, une à la Ferté Macé et la dernière à Argentan s'ouvrent progresssivement. Elle fête, aidée de M. Ponchel, dans tout le département, les 150 ans de la Croix Rouge en 2014. Elle fait déposer des archives de la Croix Rouge de l'Orne aux archives départementales. Elle gère de main de maître cette même année les jeux équestres du Haras du Pin en 2014. Joseph Lenepveu laisse la place bien volontiers à la cérémonie officielle de remise des insignes

Celle-ci débute protocolairement par le discours d'intronisation du Général François Xavier Lecouffe, Commandeur de la légion d'honneur, Grand Croix de l'Ordre National du Mérite. Il remettra les insignes qu'il épinglera sur le revers de la veste de Madame Blandine Beaujard qui lui répondra. Ceci est une autre histoire relatée dans un autre article qui va suivre dès lundi. Mme Beaujard, avec son époux, a déménagé en Indre et Loire, ils pourront admirer tous les châteaux de la région et se gorger d'histoire. Ils n'oublieront pas l'Orne. SMLH61
Photos SMLH61 Le Général Lecouffe et le Colonel A. Martin (Président du comité d'Alençon de la SMLH61), Le Général Lecouffe et notre Porte drapeau M. Chantepie, le Général Lecouffe et Madame Chantal Castelnot, Préfète de l'Orne.Mme Blandine Beaujard et le Général Lecouffe, l'assistance le Président de Balorre (qui a succédé au Président M. Alain Lambert, ancien ministre qui a demandé qu'on l'excuse), le sénateur Leroux (qui succède au sénateur honoraire Jean Claude Lenoir), leVice-Président Blouet et la Vice¨Présidente Mme Roimier


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016