Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Le président Emmanuel Macon a décidé de montrer tout l'intérêt qu'il portait aux campagnes. A ce titre il a trouvé l'école moderne qu'il chérit. C'est à Berd'huis dans le Perche Ornais qu'il s'est fait interviewer par Jean Pierre PERNAUT de TF1 au journal de 13h ce 12 avril. Le sujet était l'école et le monde tous les sujets ont été abordés. Pédagogie et apaisement étaient les mots clés. Le Président est parfaitement conscient que l'enseignement et la connaissance sont les mammelles de la lutte contre l'obscurantisme. Aux côtés d'internet l'Education Nationale a le rôle primordial de bâtir les fondations qui permettront de se servir de cet outil moderne en évitant les fausses nouvelles ou la désinformation. Le Ministre Blanquer on le sait a pris le taureau par les cornes d'une manière appréciée par les Français. L'avenir, comme toujours, dira si les moyens suivent

L'accueillaient Madame Brigitte LUYPAERT ancienne sénatrice, maire de BERD'HUIS, Madame Chantal CASTELNOT, Préfète de l'Orne, Madame Adeline BARD, Sous Préfète de Mortagne et en vedette M. Denis ROLLAND, recteur de l'Académie. M. Jean-Michel BOUVIER, Président du Parc du Perche et Vice Président du Conseil départemental était aussi aux côtés des édiles. Les élus nationaux du département par leur présence manifestaient ainsi la réponse positive à l'attention portée au monde rural Mme Véronique LOUWAGIE, députée de la circonscription de Berd'huis était aux côtés de Mme Nathalie GOULET, sénatrice, de M. Joaquim PUEYO, député de la 1ère circonscription et de M. Chrisophe de BALORRE, Présient du Conseil départemental

Le jeudi 12 avril à 13h 6,4 millions (avec une pointe à 7,1 millions) de téléspectateurs ont suivi ce que le Président voulait affirmer concernant nos têtes blondes. L'Ecole a été choisie soigneusement elle est moderne. Plus de tableau noir et de "craie" faisait semblant de chercher J.P. Pernaut mais de grands écrans tactiles. Sur ces écrans on peut brancher tous les appareils élecroniques du marché, appareils photos, ordinateurs, tablettes, livres numériques, vidéo etc.. M. Guy VERNET, Vice Président de la communauté de communes Coeur du Perche, en charge des Affaires scolaires était extrêmement précis pour tous les apports de ces nouvelles technologies. Ouverture d'eprit, curiosité et débrouillardise sont fertiles. Les tablettes et ordinateurs à la disposoition des enseignants sont déjà bien connus des élèves puisque c'est dès la maternelle qu'ils les utilisent. Ils peuvent dorénavant permettre aux parents et grands parents de s'adapter, puisque pour la plupart de ceux-ci ils ne sont pas nés avec cette foison d'applications. Dès 2015, 195 élèves en profitent. Alarmes et systèmes automatiques de mise en veille sont disponibles.Guy Vernet enseignant à la retraite, responsable au sein de la communauté de commune Coeur du Perche, explique que le financement est dû pour partie à une subvention de 350000 euros et que le reste va être payé par un emprunt des 18000 habitants.

Le Président sur le fond remercie les retraités de leur participation au financement des impôts par le prélèvement sur la CSG. Il leur confirme qu'il sera attentif aux situations personnelles mais pas avant fin 2019. Il affirme qu'il n'est pas le Président des riches car ceux-ci se débrouillent tout seuls. Pour le terrorisme il affirme que tout est fait pour prévenir les attentats et que les mosquées salafistes seront fermées. Le Président rassure les collectivités. Les dotations ne diminueront pas puisque lorsque les citoyens ne paieront plus de taxe d'habitation (un tiers de la population en est déjà exonérée rappelle le Président) c'est l'Etat qui comblera la différence. Les EPAHD seront traités avec tous les égards financiers et humains. Le Président remercie les personnels de leur dévouement. Pour la SNCF le Président ira au bout, assure-t-il, comme l'Allemagne et la quasi totalité des pays de l'Europe qui ont privatisé les chemins de fer. Il sera attentif aux petites lignes et l'Etat assurera le financement des infrastructures. Le statut sera modifié pour les jeunes embauchés du rail pour s'aligner sur celui du secteur privé à partir de 2020. 10 millions seront investis par jour soit 36 milliards sur dix ans. Pour les premiers de cordée le Président a précisé sa pensée. Si ceux qui tirent ne voient pas la corde effectuer sa traction efficace , c'est que l'échec est proche. Il souhaite une société qu'il doit "protéger, libérer et unir". En ce qui concerne les 80 kms/h sur les routes secondaires, malgré l'affirmation que l'expérience sera validée dans 2 ans, une énorme majorité des Français désapprouve cette mesure notamment parmi les ornais.

Pour la Syrie, le Président a confirmé que l'insupportable avait été prouvé, des gaz toxiques avaient été utilisés contre la population civile. L'accord international de 1997, qui fait suite à la convention de Genève de 1925, prohibant l'usage et la détention de gaz toxiques, on le rappelle, n'a pas été signé par la Syrie. La France prendra ses décisions en temps voulu en accord avec ses alliés et dans le respect du Droit international. Il faut lutter contre les terroristes, permettre aux ONG d'agir sur le terrain et assurer que le Droit international est respecté. La suite a été claire. Le Président Macron a expédié nos forces aériennes (Mirages de protection, Rafales d'attaque, avions de ravitaillement, Avions Awacs pour une mission la plus longue effectuée dans l'histoire aérienne française) et des navires de la marine nationale pour que les missiles aériens et navals affirment sans dégâts collatéraux aux Russes, Iraniens et Syriens que tout n'est pas permis. L'opération interalliée a été coordonnée par l'Etat Major français.

Le Président a confirmé enfin qu'il ne souhaite aucun désordre dans le Pays qui gêne la population et permet aux minorités de s'imposer par la violence. L'Etat conservera le droit de faire respecter ses prérogatives régaliennes. La tâche est rude et les sondages suivant l'intervention ont montré que la population conserve son sens critique
SMLH61
Photos Le Président Macron et Mme Adeline Bard, Sous préfète de Mortagne, Mme Brigitte Luypaert, Le Président Macron et Mme Castelnot Préfète de l'Orne et Mme Luypaert, ancienne sénatrice, Maire de Berd'huis, L'Ecran tactile de l'école, Le Président Macron avec les élus : Mme Véronique Louwagie, député de la Circonscription de Berd'huis, M. Joaquim Pueyo, député, Mme Nathalie Goulé, sénatrice et M. Christophe de Balorre (partiellement masqué), Président du Conseil déprtemental. (photos préfecture de l'Orne, Mme Louwagie et internet)


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016