Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

ARGENTAN, VILLE DÉTRUITE, VILLE RECONSTRUITE


Argentan est une ville de 15000 habitants de l'Orne (61200). Un maire Pierre Pavis depuis 2001, (succédant à François Doubin, qui a pris le siège de Vimal du Bouchet maire plus de 30 ans) s'est battu avec le Président de la Communauté de communes (35000 habitants) M. Laurent Beauvais (Chevalier de la Légion d'honneur) qui a promis ce jour, d'adhérer à la SMLH61 contre une certaine désaffection industrielle de la ville. Ils ont réussi à maintenir une belle activité. Une entreprise fleuron qui résiste bien est la Société Borney drapeaux et oriflammes, banderoles qui signalent flottant haut les Grandes surfaces et concessionnaires de voitures ou stations d'essence. Trois autres entreprises Magnetti-Marelli (filiale électrotechnique de Fiat), FB Tech ( Emmnuel Flouvard et Arnaud Menard - conception de machines d'enroulement filamentaires robotisées, prototypage de pièces en enroulement filamentaire, fabrication de tubes en matériaux composites - par enroulement filamentaire -), et enfin YSCO (qui a pris la suite de Motta pour fabriquer ces somptueux esquimaux). Chacune a environ plus de 200 employéset chacune est en expansion malgré la dureté du monde industriel actuel.

Argentan ville martyre a été détruite à 80% par un féroce combat entre les Divisions de Panzers allemands (dont la 2ème SS « Das Reich ») et les batteries anti aériennes de 88 qui peuvent alternativement être artillerie terrestre et anti-aérienne. La 2ème DB du Général Leclerc n'arrive pas à pénétrer le 13 août pas plus que la division de Patton le 20. Patton décide de faire bombarder Argentan qui sera rasée quasi complètement. Les chefs américains n'avaient pas voulu engager les blindés US Sherman démunis face aux surpuissants Tigres de la Division SS Das Reich et de la 1ère Division blindée. Les panzers Tigres et Panthers battront en retraite cependant devant le bombardement et les assauts de l'infanterie. Les Tanks de Patton cependant emmenés par la 80ème Division d'infanterie US, qui a fait le travail préparatoire, libèrent la ville.


Décorée de la Légion d'honneur et de la Croix de Guerre avec palme sous le gouvernement d'Henri Queuille (Corrézien, né à Neuvic dont il a été le maire plus de 50 ans 1912 - 1965) est Président du Conseil du 11 septembre 1948 au 5 octobre 1949 (ce qui est relativement long pour la IVème République). Henri Queuille, radical Socialiste, a été durant la période de l'entre-deux guerres un inamovible ministre de l'agriculture. Bien que médecin engagé durant la première guerre mondiale (il a été sur le terrain à Verdun et sur la Somme après avoir officié à l'hôpital de Baccarat). Il ne vote pas les pleins pouvoirs à Pétain. Il est démis de ses fonctions de Maire de Neuvic. Il s'est rallié à de Gaulle (grâce à Hettier de Boislambert) et a été exfiltré vers Londres en avril 1943 par Westland Lysander (le même type d'avion que connaitra François Mitterrand lors de son ralliement aux Français Libres après une période dans l'administration vichyste). Henri Queuille exhorte à Radio Londres les agriculteurs à résister et à rejoindre de Gaulle. Il se séparera de de Gaulle à la Libération et redressera son Parti radical socialiste mis à mal par la guerre. Henri Queuille et son gouvernement honore donc la ville d'Argentan, et son Maire M. Eugène DENIS par la Légion d'honneur le 28/02/1948 (JO) et par la Croix de Guerre avec Palme de Bronze le 24/08/1949 (JO). Henri Queuille a été un exemple pour les Présidents corréziens, Chirac (le cul des vaches) puis Hollande (la recherche du consensus, c'est lui qui a mis en place, avec une aisance remarquable sans heurts, dans la négociation avec les Sociétés privées, la nationalisation de la SNCF votée par le Front Populaire).


Le 8 mai est célébré avec un recueillement particulier à Argentan on le conçoit aisément. Le 7 mai a été signé un accord de reddition militaire sans conditions entre la France, La Grande Bretagne et les Etats Unis à Reims (Jodl, Bedell Smith et le Général Sevez comme témoin français). Staline le voulait à Berlin qui était « sa prise ». Doenitz et Keitel souhaitaient se rendre aux occidentaux et conserver ce qu'il restait de troupes pour contrecarrer l'avancée soviétique beaucoup plus expéditive avec ses prisonniers sur place ou ultérieurement dans les camps sibériens. Eisenhower qui a constaté les effets dévastateurs des camps d'extermination (Le Général américain a en effet « visité » Ohrdruf, annexe du camp de concentration de Buchenwald qui vient d'être libéré le 12 avril) est très ferme et acquiesce au voeu de Staline. La capitulation de l'Allemagne se déroulera à Berlin le 8 mai à 23h16 ce qui équivaut au 9 mai chez les Russes (0h16). Elle est signée par le Maréchal Youkov, le Maréchal Tedder (qui représente Eisenhower), de Lattre de Tassigny pour la France, et Spaatz pour les Forces aériennes stratégiques US, Keitel (qui n'a pas le droit à la réponse à son salut), Von Freideburg pour la marine, Stumpff pour l'aviation. La 2ème Guerre mondiale n'est pas achevée le 8 mai 1945 car persiste pour les alliés le front extrême oriental, contre le Japon.


La reddition officielle devant Mac Arthur des armées nippones surviendra sur le « Missouri », dans la baie de Tokyo, très rapidement après Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (le 9 août) le 2 septembre 1945. La Capitulation avait eu lieu le 15 août (Victory over Japan day). Y assistent au côté de Mac Arthur, le général Leclerc pour la France et d'autres généraux pour les troupes alliées néo zélandaises, canadiennes, australiennes, philippines, chinoises et deux témoins le Général Jonathan "skinny" Wainwright prisonnier, après le départ ordonné par Washington de Mac Arthur, aux Philippines (capitulation de Bataan le 19 avril 1942 et incarcéré à Luçon puis en Mandchouko et enfin en Chine – Shenyang- où il retrouve Percival). Le second témoin est donc le Général Arthur Ernest Percival vaincu à Singapour le 15 février 1942 et retenu prisonnier depuis lors.


Le second conflit mondial a fait entre 60 et 80 millions de morts (selon les dates de fin d'effets directs et en découlant : privations, maladies effets des radiations). Les civils ont donné le nombre essentiel des décès. Argentan a donné sa quote-part en août 1945 et lors des bombardements du D Day. La ville dans sa plaine est un noeud routier et ferroviaire nord-sud (Caen, Argentan, Surdon, Alençon, Le Mans, Tours) et est-ouest (Paris Montparnasse, Dreux, L'Aigle, Argentan, Flers, Granville) plus de 200 morts civils et 126 morts américains sont recensés. Ces126 noms figurent sur le monument à la 80ème division d'Infanterie US qu'a érigé récemment (août 2016) la municipalité d'Argentan en reconnaissance à nos alliés. Ils a été dénombré par ailleurs 400 blessés US et autant de civils.


Les autorités emmenées par Mme Cécile Zaplana, Sous-Préfète de l'arrondissement, ce jour 8 mai 2018 ont suivi un "chemin de 5 stations" : La Gare pour les cheminots argentanais morts pour la France, le monument à la Résistance pour tous les morts dont celle de Jean Moulin. Le monument aux morts de tous les conflits depuis 1914/18, la stèle aux morts de la 80ème division d'infanterie US et enfin puisqu'il faisait beau la dernière station réconfortait les participants présents à la mairie. Le circuit à pied dans la dignité entre une haie d'habitants nombreux (il fait beau et c'est jour de marché) et recueillis. La colonne précédée de la fanfare de la communauté de communes (élèves du conservatoire de musique) a commencé par la stèle en mémoire des cheminots morts pour la France à la Gare (reconstruite en 2008). Des militants très dignes nous attendaient drapeaux de la CGT au vent (fournis par Borney ?). La Chef de Gare Mme Véronique DEUTSCH et le 1er adjoint de la Mairie déposaient leur gerbe. Les cheminots déposaient la leur n mémoire de leurs camarades. Puis sous un soleil radieux encore et toujours, la deuxième étape était le monument à la mémoire de la Résistance. La lecture du texte de Mme Geneviève DARIEUSSECQ secrétaire d'État auprès de Mme Florence Parly, ministre de la Défense, rappelle un certain nombre d'évidences historiques (le rôle de la résistance et notamment de Jean Moulin ). Une gerbe était déposée par les autorités dont la Sous-Préfète et le Président de la Communauté de commune M. Laurent BEAUVAIS ainsi que les représentants des Résistants et Victimes de Guerre. Enfin une dernière gerbe était déposée par les autorités, dont la dernière gerbe par Mme ZAPLANA sous-préfète, au Monument aux morts précédée par M. Philippe Jidouard, 1er adjoint au maire entouré de Mme Boscher, 1ère adjointe de la communauté de commune. Les conseillers départementaux M. Frédéric Léveillé et Mme Brigitte Gasseau (maire de Sévigny) échangeaient avec M. Beauvais et Mme Zaplana (les dossiers ne dorment jamais). A chaque fois devant une foule au garde à vous retentissait la sonnerie aux Morts toujours émouvante puis la Marseillaise. Au monument dédié aux morts de la 80ème division d'infanterie US la dernière gerbe municipale était déposée devant la stèle. On entendait la sonnerie aux morts puis l'hymne fédéral national US « Star and Spangled banner».Notre compagnon M. Robert Boscher, chevalier de la Légion d'honneur impavide collectait toujours pour le bleuet de France. Le verre de l'amitié clôturait à la Mairie cette cérémonie très réussie.
SMLH61 photosMme Véronique Deutsch, chef de la Gare d'Argentan déposant sa gerbe, Mme Cecile Zaplana sous préfète et M. Laurent Beauvais Président de la Communauté de communes, Mme Zaplana au Monument aux morts, Nos amis les dévoués porte drapeau, La Stèle commémorative du sacrifice des 126 soldats de la 80ème division d'infanterie US.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016