Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

MORTAGNE au PERCHE Mortagne et le Perche deux mots accolés qui ont leur histoire propre


Le 18 juin 2018, place du Général de Gaulle à Mortagne a été chaleureux et fort animé, le Porte Drapeau, notre ami Chantepie, a, comme toujours, porté notre drapeau avec panache : il était accompagné de M. Valliquet. Il est aisé de se référer sur les reportages/actualités (www.smlh61.fr) consacrés au 18 juin mis en ligne le 8 juin et le 20 juin 2017, pour relire l'APPEL du Général de GAULLE et le discours de M. W.S CHURCHILL.

A Mortagne ce 18 juin 2018, le Maire M. Jacki DESOUCHE était présent pour saluer l'histoire et les valeurs de la France « éternelle » en compagnie de M. Jean Claude LENOIR, ancien sénateur, Président de la Communauté de Communes. Il a quitté la vie politique nationale récemment pour se consacrer à son « Pays ». M. Guy LUNEL, Président de la section de l'Union des Combattants de Mortagne manifestait l'intérêt de sa section à ce pan capita de l'histoire de France. On retrouvait M. Roland CAILLAUD et M. Léon GUERRINI (qu'il soit remercié ici de son appui) que des élus de la municipalité. « L'Appel » était lu par M. Guy LUNEL et la lucidité de la vision révélée par le texte, une fois de plus, frappait l'auditoire. Le texte qui résume l'histoire de Mortagneci-dessous a été alimenté de nombreux affluents, le fleuve a pour source M. Roger FOUQUET qu'il soit vivement remercié.


De nombreuses personnalités ont des racines percheronnesMadonna, Angélina Jolie (lointaines cousines), Céline Dion (Tourouvre), Jim Carrey, Isabelle Boulay (de Mortagne) est revenue en 2017 sur les traces de son ancêtre Robert Boulay (en 1662 embarqué de La Rochelle), Justin Trudeau, Hillary Clinton (Igé), Camilla Parker Bowles. Un Point commun le Perche. Ces personnages sont tous descendants d'ancêtres canadiens venus du Perche dans les terres dures du Nouveau Monde, au XVIIème, siècle sur les conseils de l'apothicaire GIFFARD. Zacharie CLOUTIER, Julien FORTIN, Jean GUYON notamment ont laissé une descendance nombreuse puisque les familles étaient prolifiques. Un ouvrage passionnant de Michel GANIVET et un site très bien documenté sur 50 familles (www.perche-quebec.com).


Le Perche D'où vient le nom de Perche, de Sylva Pertica en latin. Lorsque les Romains découvrent la région, ils sont frappés par cette haute forêt droite en « perche » (chênes et hêtres quasi demi-millénaires). »Mortagne » du celte pour certains de « mawr » grande, « tan » forêt et « y » soit « mawrtany » = Mortagne ?Pour d'autres « Mortagne », le pays des Maures qui venus, de d'Afrique piller la Gaule au Vème siècle, étaient arrivés dans ce site béni de la nature puis avaient reflué et franchi les Pyrénées pour recoloniser Mauritanie et Maroc ? Ils étaient revenus au VIIIème siècle avec la poussée Omeyyade. Puis ils avaient été reconduits au-delà des Pyrénées après Poitiers, ils seront expulsés manu militari, par les Castillans (conduits par Alphonse VIII le Grand), les Navarrais et les Aragonnais à la bataille Las Navas de Tolosa 1212. Ils reflueront enfin outre méditerranée beaucoup plus tard après la montée par émigration des Almohades. Les Almohades, qui ne conservent que Séville, se replient sur leurs territoires initiaux du Maroc et de Mauritanie. Malgré leur défaite à Poitiers (735) ils continuent en bandes à piller la Provence. Ils font des razzias à la recherche de nubiles qui seront esclaves converties et mère des soldats de l'Islam. Voilà pour ces Maures passés par le Perche ? On aurait trouvé des artefacts archéologiques de cette présence ? Pour d'autres enfin Les "Maures" seraient le surnom des troupes romaines "coloniales" qui auraient combattu dans les provinces d'Afrique du Nord. Mortagne aurait été leur ville de garnison ou d'implantation par récompense.


La Christianisation est issue des conversions opérés par des disciples de Saint Martin Évêque de Tours et de Saint Hilaire (évêque de Poitiers). Sainte Céronne venait prier au Vème siècle sur le Montcacune. Mortagne on le sait connaitra des affres du choix entre la réforme et le Catholicisme d'État avec Marguerite de Navarre connue aussi sous les noms de Marguerite d'Angoulême d'Alençon (mère de Jeanne d'Albret donc grand-mère de Henri IV). Elle est la soeur de François Ier. Elle est comtesse du Perche. Mahaut de Bavière, veuve de Geoffroy V fonda en 1205 l'Eglise de Toussaint. Les droits perçus à la Saint André, (le premier appelé) servirent à la construction de cette église.

Son époux, Geoffroy V, avait fondé en 1194 une léproserie du Chartrage (sur la route de Mauves) qui assurait la subsistance des malades qui respectaient la règle de Saint Augustin). Ils organisaient eux même leur existence car les prêtres qui les entouraient devenaient lépreux. Les prélèvements (par les religieux) pour la Léproserie du Chartrage permettaient aux oboles depuis les croisades de subvenir aux besoins de ces léproseries (maladie contagieuse qui avait décimé les chevaliers lors des croisades) seront abolis par ..Louis XIV (pour dilapidation des revenus et simonie). Ces revenus seront attribués à l'Hôtel Dieu de Mortagne.


Une autre grande bienfaitrice sera Marguerite de Lorraine c'est elle qui permet par un don de débuter en 1490 la construction sur l'ancienne chapelle du Fort Toussaint. Les travaux s'achèvent en 1535. La porte des Comtes, côté Nord demeure la partie extérieure la plus intéressante. En interne les boiseries du XVIII ème proviennent de la Chartreuse du Val-Dieu (12 kms de Mortagne). Le vitrail des trois comtesses (Mahaut de Bavière, Marie d'Armagnac et Marguerite de Lorraine) date de 1925 (Barillet et Tournel). Le même Barillet a exécuté le vitrail de Pierre Boucher parti au Canada en 1635 et enfin du XVIème siècle un vitrail de Saint Pierre recevant les clés du Paradis.


Mortagne débute sérieusement avec les Comtes de Corbon au Xème siècle qui disparaissent quand Nogent (famille de Rotrou) et Mortagne (Comtes du Perche) s'allient. Nogent est ville ouverte, Mortagne fortifiée. La lutte contre les pillards normands et la main mise française est la règle. Le Perche est aux Marches de la Normandie et de la France (Moulins la Marche, Marchemaisons, Marchainville). Les familles de Rotrou et les Comtes du Perche pratiqueront une politique familiale d'alliance qui leur permettra de résister deux siècles. A Mortagne une motte est initialement construite pour se fortifier au XIème siècle.

Le château se construit sur la butte Saint Malo avec une enceinte élargie ultérieurement protégeant la ville. Le témoin de cette enceinte est la porte Saint Denis, qui a bénéficié de restauration au XVIème siècle. Mahaut de Bavière (veuve de Geoffroy V) va construire en 1202 une collégiale dédiée à tous les Saints (Collégiale de Toussaint). Saint Louis avait attribué le Perche à Alençon. Saint Louis rendra visite à Mortagne en 1257 et 1259, (afin de remercier pour la collecte pour le paiement de la rançon de l'armée de Saint Louis, vaincue et prisonnière en Egypte, lui-même étant inachetable, il a rendu Damiette) à cette occasion, il avait offert des dons généreux à l'Hôtel Dieu, à la Collégiale de Toussaint et au Couvent de la Grande Trappe). A la suite du décès du dernier descendant des Rotrou en 1224 (évêque de Chalons sur Marne), Saint Louis avait offert le Perche à son fils Pierre mort sans descendance (Blanche de Castille était une descendante du Grand Rotrou III, qui avait combattu l'infidèle aux côtés du Cid). En 1290 Philippe IV le Bel offrait Mortagne à son frère Charles de Valois (Mortagne et Alençon restèrent aux Valois jusqu'en 1584). Les Ducs d'Alençon devinrent Comte du Perche à la mort du Roi Saint Louis, en 1270, devant Tunis. De la collégiale de Toussaint, ne persiste que la crypte (aujourd'hui sous le palais de Justice) après sa destruction en 1796 lors de la période la plus sombre de la révolution (qualifiée de « Vandalisme » par l'abbé Grégoire, cf Reportages/figures de proue). Dans cette crypte est enterrée (en 1473) Marie d'Armagnac veuve du Duc d'Alençon, Comte du Perche.


La ville va souffrir de deux ravages historiques majeurs : La guerre de Cent ans et les Guerres de religion.


Durant la Guerre de Cent ans le saccage de la ville est réalisée par Thibaut VI, comte de Champagne qui a opté pour le camp anglais. Charles V lutta contre les bandes de pillards que l'affaiblissement du pouvoir royal enhardissait. Toutefois ne pouvant défendre la ville il fit raser les fortifications afin que nul ennemi n'en profite. Jean Ier d'Alençon fait, en 1391, reconstruire l'enceinte doublée d'une seconde (avec les fonds recueillis par la taxe du potelage = taxe sur les potées de cidre vendues dans la ville) ce qui n'empêche pas la prise par les Anglais en 1424 (après la défaite de Verneuil qui ouvre la voie le 17 août 1424). La ville restera anglaise jusqu'en 1449. A cette occasion (commandée par Matthieu Cough de sinistre réputation), les Anglais abandonnent la ville. Au cours de la retraite anglaise les Français courent après un lièvre en direction des Anglais qui croient à une attaque. Défendue par les troupes de Mortagne, arrivées à la rescousse, la petite escouade sauvée a érigé un oratoire que l'on peut toujours voir (à l'écart de la route de Moulins la Marche) aujourd'hui (une Vierge appelée la Mariette de Besdon).
br>La « Paix » en 1453 qui scelle la fin de la guerre de Cent Ans après la bataille de Castillon, qui voit la défaite du Duc de Talbot, va restaurer la prospérité de Mortagne aux XV et XVIèmes siècles. Les maisons se reconstruiront élégantes, le marché hippique (le Percheron bénéficiera d'un élevage soigneux) sera le plus prospère de France au cours de foires (dont la Saint André). Le Percheron sera exporté aux États-Unis de façon intensive jusqu'au XIXème siècle. Il en reste environ 20000 aujourd'hui. L'espèce est menacée du fait de son éparpillement (France, US, Angleterre, Japon). L'origine est vraisemblablement un croisement arabe (soit depuis Poitiers, soit depuis les croisades (XI et XIIème siècles), soit avec un import de Castille par Rotrou III du Perche (XIIème siècle) qui a combattu aux côtés du Cid Campeador. La zone de prédilection de l'élevage était la vallée de la Huisne (sol favorable, herbe propice, utilisation appropriée, croisements intelligents).


Les Guerres de Religion : 15000 protestants sous le commandement de l'Amiral Gaspard de Coligny en 1562 se rendent maître de la ville dévastent et pillent la ville en tuant au passage prêtres et religieuses. La ville passe entre les mains des calvinistes en 1568 qui incendièrent nombre de maisons et édifices. Entre 1589 et 1593 Mortagne passe de mains en mains (Vingt-deux fois ?). les Ligueurs catholiques mettent le feu à l'Église Notre Dame pour débusquer des parpaillots (dont 27 mortagnais et le gouverneur agissant pour le Roi de Navarre). Des renforts de Bellême assurent une trêve le 16 juillet 1593. Henri IV abjure le 25 juillet, la paix va régner sur le Royaume. Le Roi aurait rendu visite à la ville (Maison de Henri IV) à 2 reprises. L'origine de cette magnifique demeure de maître est inconnue un protestant enrichi dans le commerce de la toile ? (joyau de l'industrie mortagnaise dont les titres de propriété auraient été brûlés lors d'une reprise en mains de la ville par les catholiques ?). Cette maison a été reprise par Mme GUERRINI, en 1949, Grand Officier de la Légion d'honneur, résistante de la première heure.


Outre cette superbe maison à l'architecture harmonieuse qui s'appuie sur l'habitation du Doyen de Toussaint, nombre d'hôtels particuliers parsèment en désordre la ville intra-muros (cf plan). La Tourelle de l'École Bignon, la Porte Saint Denis (XII ou XIIIème siècle) vraisemblablement une des portes d'entrée du Fort de Toussaint et son enceinte), L'Église Notre Dame, construite au XVème siècle après la Guerre de cent ans, grâce aux dons de la bienheureuse Marguerite de Lorraine, comtesse du Perche, veuve de René Ier d'Alençon. L'Église perdit en deux temps son clocher (incendie en 1887 puis chute due à la mauvaise qualité de la reconstruction 3 ans plus tard). La maison de Henri IV qui accueillit le bon roi. L'Hôtel des Tailles, l'hôtel Lalande au charme certain est une superbe maison qui abrite actuellement un homme qui a beaucoup fait pour l'Orne. La Maison des Comtes du Perche du XVIIème (sur l'emplacement de la résidence initiale disparue des comtes du Perche du XIIème) . Cette maison abrite la Bibliothèque (ouvrages sur le Canada, Normandie et Perche) et le musée Alain (le grand Philosophe) qui aurait choisi ce nom peut être en guise d'admiration d'un poète médiéval, Alain Chartier (il l'a démenti).

Le MORTAGNE MODERNE dans LE REPORTAGE SUIVANT


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016