Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

ALENCON LE 8 MAI 2019 Après la cérémonie aux Morts de la 2ème guerre mondiale, Madame Chantal CASTELNOT, Préfète de l'Orne a lu le texte de Mme Geneviève DARRIEUSECQ, Secrétaire d'Etat auprès de la Ministre de la Défense. Un dépôt de gerbes était réalisé par les autorités municipale, régionale, nationale et départementale, ainsi que par le représentant des pupilles de la nation M. LECOCQ et Madame Chantal CASTELNOT chacun accompagné d'un enfant des écoles au monument auxmorts de la Place du Général de Gaulle.

Puis dans la Cour de la Préfecture Madame Chantal CASTELNOT, a rendu hommage aux morts en déposant une gerbe, succédant à Mme Christine ROIMIER, M. Joaquim PUEYO, M. Bertrand DENIAUD, de M. André LECOCQ, devant la plaque de l'agent administratif M. Marcel PALMIER mort en 1945, qui a risqué sa vie en fournissant des papiers aux résistants. Plusieurs porte dapeau, gendarme, anciens combattants , ont été honorés. M. Laurent ROBE BENOISE représentant les porte drapeau de l'Orne recevait des mains du DMD la médaille commémorative des opérations au Liban. Laurent nous rappelait qu'il avait été un des premiers à intervenir sur l'immeuble DRAKKAR, qui en 1983 s'était écroulé (8 étages) sous les coups d'un attentat suicide du Jihad Islamique iranien ensevelissant 58 soldats français des 1er et 9ème RCP. Les représailles ont été éventées par des fuites volontaires du ministre des AE français de l'époque (un long feu de bombe de représailles et un bombardement d'une caserne vidée de ses occupants). M. CHANTEPIE portait notre drapeau et M. VALLIQUET asistaient les porte drapeaux connus acompagné d'un jeune débutant M. RIVIERE (remplaçant son père) qui portait celui de la Médaille Militaire. Le drapeau quasi flambant neuf de la SMLH61 (renouvelé en 2017) n'a pas pris une ride. Le Colonel A. MARTIN et Mme OZOUF qui le regardaient était émerveillés de son bon état. Mrs LECOCQet le représentant de la Médaille Militaire d'Alençon, ancien de la Gendarmerie, le Major (ER) Georges ROCTON, appréciaient le contact et le projet d'un site commun SMLH avec la Médaille Militaire. Le Lieutenant Colonel THIEULART DMD de l'Orne a été comme toujours un parfait organisateur-ordonnateur de la cérémonie.

La manifestation alençonnaise prenait toute sa signification en écho de celle de Paris qui a permis au Président sortant M. François HOLLANDE en 2017, d'accueillir notre nouveau Président. Nous avions souhaité à M. Emmanuel MACRON, un beau parcours pour la Légion d'honneur dont il est notre Grand Maître et pour la France, un pays d'Histoire, d'Innovations et de Culture.

Sur les photos de Groupe des officiels, place de la Pyramide, on note de gauche à droite, M. LECOCQ, M. Vincent DARCISSEC, maire d'Alençon, Mme Christine ROIMIER, VP du conseil départemental, M. Joaquim PUEYO, au second rang derrière lui M. Ahamada DIBO (Président de la communauté urbaine d'Alençon, qui devrait bientôt recevoir ses insignes de Chevalier de la Légion d'honneur), Mme Chantal CASTELNOT, le Lieutenant Colonel Jérôme THIEULART, DMD de l'Orne, M. Bertrand DENIAUD, VP du Conseil Régional de Normandie, le Colonel Pierre BAILLARGEAT, Chef du Corps de gendarmerie de l'Orne, le Colonel Thierry de COURREGES, Chef de Corps du 1er régiment de Chasseurs basé à Verdun ***de passage à Alençon car son régiment a stationné à Alençon, derrière lui le Colonel (er) Alain MARTIN (qui notait nostalgique que le Colonel de Courrèges était entré à St Cyr quand lui quittait l'armée!). Chacune des autorités était accompagnée pour le dépôt de gerbe d'un élève de 3ème du Collège Louise Michel cornaqué par M. BAYARD Professeur d'histoire au Collège.

Sur la photo de groupe, sur les marches de la Préfecture, on reconnait des élèves qui avaient participé au concours de Lassay en septembre 2018 dont une élève qui avait porté le drapeau de la SMLH61 avec dignité et respect (cf le reportage du 8/10/2018 "Concours sur la Médecine dans la Grande Guerre".
SMLH61
Photos SMLH61

*** A Alençon de 1919 jusqu'en 1940 le Premier Régiment de Chasseurs est l'héritier d'un des Premiers régiments de Chasseurs à Cheval de la royauté. Napoléon aimera plus tard s'habiller en uniforme de chasseur.


A l'issue de la cérémonie commémorative de la Victoire du 8 mai 1945, un détachement du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse, rendra à 11h30 le 8 mai 2019, les honneurs au monument aux morts du régiment situé au 45 bis rue de la Demi-Lune à Alençon (Orne). Le chef de Corps le Colonel Thierry de COURREGES était présent. A partir de 14h, les Alençonnais pourront assister à une présentation du matériel opérationnel et à 15h30 une présentation de TIOR (technique de combat) sera réalisée par les spécialistes du régiment.


Stationné à Alençon de 1919 à mai 1940, et riche d'un passé glorieux, le 1er régiment de chasseurs est résolument tourné vers l'engagement opérationnel. Il dispose de matériels de pointe (char Leclerc, véhicule blindé léger, missile MILAN et missile moyenne portée) qui lui assurent polyvalence et réactivité, et d'hommes compétents et entraînés pour tous types de situations.Le régiment participe régulièrement aux missions de stabilisation et de rétablissement de la paix dans le monde, mais aussi aux missions sur le territoire national comme l'opération Sentinelle.
Le 1er régiment de chasseurs (1er Rch) est un régiment de blindés dont le matériel majeur est le char Leclerc. Il appartient à la 7ème brigade blindée (7eBB) et se situe à Thierville-sur-Meuse en Lorraine (garnison de Verdun)


Mission



Le 1er régiment de chasseurs est engagé sur tout type de théâtres d'opérations. En opérations extérieures, ses véhicules et savoir-faire lui permettent de bénéficier d'une grande mobilité et d'une puissance de feu inégalée grâce aux chars Leclerc et à ses véhicules blindés légers. Depuis 1999, les soldats du régiment de Verdun ont participé à 80 OPEX comme au Liban, au Mali et au Tchad, en Côte d'Ivoire, en Afghanistan ou au Kosovo. Sur le territoire national, le régiment participe régulièrement à l'opération Sentinelle.



Composition



Le 1er régiment de chasseurs est composé de 900 hommes et femmes et peut déployer près de 60 chars Leclerc et 90 véhicules blindés légers.


Les unités élémentaires

Dans le cadre de la montée en puissance de la force opérationnelle terrestre, un nouvel escadron a été créé le 15 janvier 2016, portant à six le nombre d'unités élémentaires :

· 1 escadron de commandement et de logistique

· 3 escadrons de chars

· 2 escadrons de reconnaissance et d'intervention (ERI).



La réserve

Le 5e escadron est une unité de réserve qui regroupe environ 150 cadres et militaires du rang de réserve employés en renfort des unités d'active, en particulier dans le cadre des missions intérieures et des manoeuvres.



Matériel


Régiment de blindés, le « 1er Chasseurs » peut déployer près de 60 chars Leclerc et 90 véhicules blindés légers. Appuyés par des moyens performants comme les porteurs polyvalents logistique (PPLOG) et les véhicules postes de commandement (VPC, dérivés du VBCI). Dotés de HK416, de FAMAS, de MILAN et de matériels de vision thermique et nocturne, les Chasseurs sont aptes à tout type d'engagement.



Histoire


Le 1er régiment de chasseurs est l'un des plus vieux régiments de France encore en activité. Fondé en 1651 sous le règne de Louis XIV, il regroupe à l'origine des combattants à cheval et à pieds. En 1733, après de nombreuses campagnes en Europe, il prend le nom de « Conti Cavalerie », un nom amené à marquer le régiment pour des siècles. En 1792, le régiment se distingue à la bataille de Valmy. Il participe ensuite aux principales campagnes de l'Empire : Austerlitz, Auerstedt, Wagram, La Moskova et Waterloo. Napoléon, qui arbore souvent une tenue de chasseur, fait d'eux sa garde rapprochée. Il se distingue tout particulièrement à Rocquencourt, le 1er juillet 1815, dernière victoire de l'armée impériale sur les Prussiens.


Lors de la Grande Guerre, les Chasseurs combattent tout d'abord à cheval. Rapidement, la guerre s'enlise et ils quittent leur monture pour rejoindre les tranchées. De la Picardie aux Eparges, en passant par la Somme et le Chemin des dames, ils prouvent leurs valeurs. L'étendard reçoit deux nouvelles inscriptions : « Flandres 1914 » et « Picardie 1918 » ainsi que la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 14-18 et la Croix de guerre avec palme et étoile de bronze.


En 1940, au cours de la campagne de France, engagé dans des secteurs où l'ennemi porte son effort, le régiment remplit avec panache toutes les missions qui lui sont confiées. Sa fidélité lui a valu un ordre de félicitation du général d'Humières, ainsi qu'une proposition pour une citation à l'ordre de l'armée. Il est dissous en 1942, lors de l'invasion de la zone libre.


Le 1er régiment de chasseurs est reconstitué en 1945 pour être déployé en Indochine. Embarqués sur M29 Weasel (Crabe) et sur des chars M24 Shaffee, les Chasseurs combattent valeureusement. Seuls éléments de cavalerie engagés à Diên Biên Phu, ils prouvent une fois de plus leur abnégation, le capitaine HERVOUËT et et lieutenant de LATTRE en étant les plus illustres exemples. Au cours de cette guerre, quatre citations à l'ordre de l'armée donnent au régiment le droit d'arborer la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire avec olive des T.O.E. (théâtres d'opérations extérieures).


Dissous en mars 1956 à son retour d'Indochine, le 1er régiment de chasseurs est reconstitué en Algérie le 1er septembre 1956. Il y gagne une nouvelle inscription sur son étendard. En 1964, après 18 ans de campagne Outre-mer, il rentre en France et tient garnison à Montbéliard où il restera jusqu'en 1969, date à laquelle il prendra ses quartiers à Phalsbourg jusqu'à sa dissolution.

. Il est transféré à Thierville-sur-Meuse le 1er janvier 1998, en constituant un groupe d'escadrons au sein du 1er et 2e régiment de chasseurs. Le 1er aout 2009, il reprend l'appellation de 1er régiment de chasseurs. Le lieutenant-Colonel DUPREZ, délégué général du « Souvenir Français de l'Orne » a servi un temps dans ce régiment. Vous imaginez aisément le plaisir qu'il a ressenti de recevoir le détachement, le Colonel Thierry de COURREGES en compagnie de notre DMD le Lieutenant- Colonel Jérôme THIEULART.
SMLH61 et Ministère de la Défense, 1er régiment de chasseurs : www.defense.gouv.fr


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016