Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

LA MEDAILLE MILITAIRE


La Légion d'honneur crée par Bonaparte se voulait universelle. Elle était attribuée à tout soldat, sous-officier, officier, officier général, maréchal et civils éminents. A Sées l'AG de la SMLH61 a rendu un hommage au vélite (soldat censitaire www.smlh61.fr ) de la Garde Impériale, Jean Malitourne. Elle a récemment, à titre posthume, honoré, dans la Cour des Invalides, les treize, officiers et sous -officiers victimes de leur devoir, morts pour la France au Mali et plus tôt dans l'année, les deux commandos morts en libérant les otages du Mali.


Le Prince Napoléon soucieux, après son coup d'État (2 déc 1851) de se garantir l'appui de l'armée fait coup double en séparant les mérites des officiers qui trouvaient que la Légion d'honneur était attribuée trop largement aux soldats et sous-officiers ce qui leur semblait altérer la valeur de cette prestigieuse décoration. Mais il comblait la fierté des sous-officiers en innovant par une décision habile. La Médaille militaire pouvait être attribuée aussi aux Officiers Généraux et Maréchaux, ayant commandé en chef face à l'ennemi passant au-dessus des officiers, officiers supérieurs et généraux. Dorénavant les sous-officiers seront privés de la Légion d'honneur sauf exception.


Art R. 140 - (Code de la Légion d'honneur) La médaille militaire peut être exceptionnellement concédée par décret pris en conseil des ministres aux maréchaux de France et aux officiers généraux, grand'croix de la Légion d'honneur, qui, en temps de guerre, ont exercé un commandement en chef devant l'ennemi ou qui ont rendu des services exceptionnels à la défense nationale.


La Médaille militaire est la plus haute distinction militaire française destinée exclusivement aux sous-officiers et aux soldats. « Bijou de l'armée française » elle peut être concédée en récompense de services exceptionnels aux officiers généraux. Souvent appelée « la Légion d'honneur du sous-officier », la Médaille militaire est la troisième décoration française dans l'ordre de préséance, après l'ordre de la Légion d'honneur et l'ordre de la Libération.


Ses critères d'attribution


Avoir été cité à l'ordre de l'armée
Avoir été blessé au combat ou en service commandé
S'être signalé par un acte de courage et de dévouement
De plus, toute candidature doit s'appuyer sur des mérites établis.
La Médaille militaire peut être attribuée aux étrangers.


Pour le grand public, cette décoration est souvent associée aux cérémonies militaires qui se déroulent notamment dans la cour des Invalides en présence du président de la République pour rendre hommage aux soldats méritants ou aux soldats tués en interventions extérieures, comme ces dernières décennies au Tchad, en Afghanistan ou encore au Mali.


La Médaille militaire est instituée, 50 ans après la Légion d'honneur, le 22 janvier 1852 par Napoléon III. Il entend ainsi honorer les mérites de ses meilleurs hommes de troupe et augmenter les moyens à sa disposition pour récompenser ses soldats. La Médaille militaire, d'un diamètre de 28 mm, est en argent. Elle porte à l'avers l'effigie de la République avec cet exergue : « République française » (initialement le profil de l'Empereur Napoléon III) et au revers, au centre du médaillon « Valeur et discipline ». Elle est surmontée d'un trophée d'armes. Il faut avoir été engagé sous les drapeaux depuis au moins huit ans


La Médaille militaire dans l'histoire
Au début, le nouveau ruban jaune et vert suscite plus de méfiance que d'enthousiasme de la part des soldats. La première attribution, le 21 mars 1852, s'effectue dans la cour des Tuileries (qui n'ont pas encore brûlé). Tout change lors de la deuxième cérémonie de remise de décoration, le 10 mai 1852, au Champ de Mars devant la foule des parisiens.. Ce jour-là, Louis Napoléon décore 1.705 soldats et sous-officiers devant 80.000 soldats et une foule immense de Parisiens massés sur le Champ de Mars.


Devant le Maréchal de Canrobert et 6000 hommes de troupe, le Prince Président, arborant sur la poitrine la Médaille Militaire, lors de la première remise de ces médailles exhorte les troupes : « Soldats, combien de fois ai- je regretté de voir soldats et sous-officiers rentrer dans leurs foyers sans récompense, quoique, par la durée de leurs services, par des blessures, par des actions dignes d'éloges, ils eussent mérité un témoignage de satisfaction de la patrie ! Blog de la 1533éme section.
Mais surtout, il fait avec habileté, le même jour, le choix d'épingler la décoration sur l'uniforme de deux nouveaux maréchaux de France, en « récompense suprême ». Cette initiative, étendue plus tard aux généraux et aux amiraux ayant rendu des services exceptionnels, assure pour toujours le prestige de la Médaille militaire.


L'acte est symbolique : les soldats les plus anonymes et les plus grands chefs de guerre sont réunis sur un pied d'égalité sous une même devise « Valeur et Discipline ». Depuis, l'histoire de la Médaille militaire se confond avec celle des grands conflits du XXème siècle :
1ère Guerre mondiale : 950.000 médaillés, la plupart à titre posthume
2nde Guerre mondiale : 300.000 médaillés
Guerre d'Indochine : 12 000 médaillés
Guerre d'Algérie : 38 000 médaillés
Les grands maréchaux et généraux : Joffre, Foch (qui la portait avant la Légion d'honneur), Gallieni, Leclerc, de Lattre de Tassigny, Juin, Lyautey (qui se fit épingler la médaille par un sous-officier l'adjudant Cavigioli)
On sait que Pétain lors de son Procès ne portait que la Médaille Militaire sur son uniforme de Maréchal (il perdra sa Grand Croix et la Médaille militaire après sa condamnation)
Des généraux étrangers : Pershing, Eisenhower, le maréchal Montgomery
A titre exceptionnel, des chefs d'Etat et de gouvernement : sir Winston Churchill et le Président Roosevelt
Des héros de guerre : l'aviateur Georges Guynemer, le résistant Jean Moulin
Le fanion de la 3ème compagnie du 1er RCP, décoré au Liban en 1983, après la perte de 58 soldats lors d'un attentat.


L'attribution et la gestion de la Médaille militaire
La Médaille militaire est concédée sur proposition du ministère des Armées et par décision du conseil de l'ordre de la Légion d'honneur, qui intervient également sur les questions de discipline. Ces décisions sont ensuite soumises au président de la République qui signe les décrets d'attribution.
Les promotions

Deux promotions annuelles :
avril : militaires d'active (2000/an)
novembre : militaires de réserve et anciens combattants (1000/an)


l'Administration de la Médaille Militaire relève de la Grande Chancellerie Les règles sont identiques à celles de la Légion d'honneur. L'attribution de cette distinction donne les mêmes droits d'accès, aux descendants, à la Maison de la Légion d'honneur. La prime de 100 Francs or n'a jamais été réévaluée. Dans l'Orne le Président des membres de la Médaille militaire est M. Aimé LE BOT

SMLH61, Grande Chancellerie de la Légion d'honneur, 1533 èlme section de la Médaille Militaire, SMLH61


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016