Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Dans la revue « Le Réveil normand » son rédacteur en chef M. Laurent Rebours a publié le 26/7 (le lien est ci-dessous le copier et le placer dans la fenêtre de votre navigateur pour lire et voir les belles photos illustrant son propos) un très bel article sur notre ami P.M. Desclos dont nous avions lu le passionnant et très informé article sur le bois sur le site www.smlh61.fr onglet : reportages/actualités en date du 24/02/2018, (P.M. Desclos est un expert reconnu et mondial du bois ). Nous remercions M. Laurent Reboursde nous avoir permis de nous inspirer de son article plus documenté, mieux illustré et que nous vous recommandons de lire. On va découvrir P.Y Desclos, aujourd'hui sous cette autre facette passionnée du Cheval. Spécialiste de son mors dont il est un collectionneur là encore mondialement reconnu. De l'antiquité à nos jours il a suivi le parcours de cet accessoire de l'équitation qui a fait gagner ses batailles aux Tercios espagnols et rendu si virevoltante la cavalerie de Gengis Khan.



https://actu.fr/normandie/maheru_61244/dans-l-orne-pierre-marie-desclos-expert-mondial-l-homme-qui-parlait-la-langue-du-bois_35164789.html

Dans l'Orne, Pierre-Marie Desclos, expert mondial, l'homme qui parlait la langue du bois (titre très élégant de l'article dans le Réveil normand, Laurent Rebours)

Publié le 26 Juil 20 à 17:09

Originaire de l'Orne, Pierre-Marie Desclos est aujourd'hui considéré comme l'un des grands experts du bois dans le Monde. Véritable passionné, érudit, il a aussi une marotte unique, la collection de mors de cheval où, là encore il est une référence internationale.Le confinement ? Il l'a vécu en se plongeant dans les multiples recherches qui l'animent en permanence ou encore en s'adonnant à sa quête de mors de cheval, sa grande passion depuis des années. « Un cul terreux fondamental ! »



"Le bonheur se trouve sur le dos d'un cheval, dans les livres ou entre les seins d'une femme" disait un poète arabe, autant dire que je le connais, à quelques choses près lance-t-il, facétieux. Outre ses activités de spécialiste du bois, Pierre-Marie Desclos a une passion dévorante : la collection des mors de cheval, il en est une référence mondiale. Pierre-Marie Desclos se partage pour l'essentiel entre Rome, Paris, la Normandie. Un dernier havre qui lui est essentiel. « Je suis un Normand ataviquement attaché à sa Normandie, je suis un cul terreux fondamental ! » répète-t-il avec délectation.



Il aime se voir comme un citoyen du Monde, un Monde où il s'est trouvé bien quasiment partout « hormis quelques exceptions ». Un citoyen « noyé dans la foule ». La famille Desclos occupe cette belle demeure depuis deux siècles. L'arrière-grand-père a été maire de Moulins-la-Marche, son père maire de Mahéru pendant quarante-cinq ans. Quand la petite histoire rejoint la grande. S'il parcourt nombre de pays, l'histoire locale le fascine, surtout lorsqu'il y déniche des connexions avec la grande Histoire.



Lorsque l'on parle de l'affaire Floyd aux Etats-Unis il cite : On peut faire un rapprochement avec Ferdinand Bayard-de-la-Vingtrie et son ouvrage « Voyage à l'intérieur des Etats-Unis » , cinquante ans avant Tocqueville, qui évoque déjà les « stigmates de l'esclavage ». Comme l'affectionne cet érudit d'histoire et notamment d'histoire locale, les mors permettent aussi d'appréhender la grande Histoire.



Avec la pandémie du coronavirus, on peut retrouver localement une épidémie de choléra. Le célèbre Robin des bois lutte contre les Normands représentés par Nottingham, seigneur de Moulins-la-Marche. Et puis la province italienne de Molise vient du seigneur Guimond de Moulins, Guidomondo De Molisio en italien. Comme quoi, même par la petite histoire locale, tout est connecté ! Pierre Marie Desclos a été Conseiller aux Nations-Unies !! Professeur, conférencier, conseil, expert ses missions l'amènent dans des dizaines de pays dans le monde.



Enfant puis étudiant, Pierre-Marie n'a eu de cesse « d'apprendre ce qu'il y a de l'autre côté de la porte ». A ses yeux, il faudrait créer un club « Glocal », contraction de global et local « car enseigner d'où l'on vient permet de mieux appréhender son univers et de se rendre compte que la mondialisation existe depuis toujours ! »Son havre de paix, le haras familial de Mahéru. Aujourd'hui il est considéré comme l'un des plus grands spécialistes du bois, des produits forestiers, de la conciliation entre notre société industrielle et la survie de ce matériau originel toujours à la pointe.



« La forêt française souffre de carences en première et deuxième transformations industrielles avancées, nous ne possédons pas toutes les scieries ou menuiseries industrielles qu'il nous faudrait alors que d'autres pays ont des parcs énormes de machines à bois Pierre-Marie Desclos, puisque ses compétences sont reconnues, est nommé chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur. A ses yeux, nous sommes loin d'avoir exploité de manière optimale notre ressource, ne serait-ce qu'à l'échelle de la Normandie. La forêt est sous pression avec les changements . climatiques, les pathologies nouvelles qui gagnent nos régions « mais ces phénomènes ont déjà existé par le passé, il faut être en état de veille, et surtout avoir une attitude positive, pas se lamenter ! ». Il ajoute de façon ironique mais sage « Partout où je vais, j'ai toujours un peu de boue de Mahéru sous mes chaussures ». Occasion de montrer à nouveau que sans cette appréhension de notre environnement local, de nos racines, la compréhension de notre société n'est pas possible.



Une même énergie qui le fait vite sortir de ses gonds lorsqu'il évoque par exemple le Haras du Pin actuel, « un Titanic qui court à sa perte, mais tout le monde dort, c'est dramatique pour ce joyau ». Il faut dire que P.M. Desclos baigne depuis toujours dans le milieu équin. Son père, Pierre, ayant même été à l'origine des courses de Moulins-la-Marche. Le Haras du Pin possède tout ce qu'il faut pour être le cadre du plus grand musée du Monde sur le cheval ! Il pourrait accueillir des professionnels, des congrès internationaux Je suis trop triste de voir ce qu'il est devenu ». Un mors du XVIème siècle est l'une de ses plus belles pièces. A la loupe on découvre sur l'ensemble de la pièce un travail d'orfèvrerie représentant des scènes bibliques d'une facture extrêmement méticuleuse. De l'univers équestre, Pierre-Marie Desclos en collectionne les mors.



Passion à ce point débordante qu'il est devenu au fil des décennies une référence mondiale, jusqu'à être appelé pour reclasser les collections de certaines des plus grands musées (« L'Ermitage » à St Petersbourg pour n'en citer qu'un)! Sa documentation numérique est très certainement la plus riche qui soit sur ce thème. Ces objets d'embouchure, pauvres originellement, sont progressivement devenus des accessoires à la décoration exceptionnelle et de ces simples objets découle à nouveau cette grande histoire, des aspects ethnologiques, géographiques



On peut remonter à 4000 ans, la Bible en parle aussi, on y évoque un symbole de domination mais aussi de la tempérance. Les mors d'utilitaires deviennent instruments de statut social et de pouvoir. Leur décoration et leur sophistication suivent comme toujours l'évolution de la créativité et des progrès technologiques. PM Desclos peut exhiber des mors ayant appartenu à des princes. PM ne cesse de chiner et de fouiner sur internet ou auprès de ses intermédiaires qu'il connait depuis si longtemps. Mais sa plus belle pièce, très certainement de sa collection avoue-t-il, est un mors récemment arrivé d'une vente aux USA, datant de la seconde partie du XVIème siècle. Une vraie pépite, ciselée avec une finesse extraordinaire et qui se découvre à la loupe.

P.M DESCLOS, Laurent REBOURS, SMLH61 photos le mors, avec l'autorisation du "Réveil Normand", Merci à M. Laurent Rebours, les autres photos sont issues de la famille de PM Desclos.


.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016