Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Cérémonie 70 ème Anniversaire de la Légion d'Honneur


Après avoir invité le Président de la SMLH61 à présenter l'histoire des signataires du décret du 28 Février 1949, M. Frédéric Léveillé, maire d'Argenatn, Président d'Argentan Intercom, a rappelé les dégâts collatéraux, des bombardements succédant au débarquement. Il a évoqué les morts, blessés et les ruines de cette ville de 3000 habitants. Un pupitre présentait le cadre dans lequel se trouvaient les médailles de la Légion d'honneur et de la Croix de Guerre avec palme (citation à l'Ordre de l'Armée, la plus élevée). La Croix de Guerre a été crée à l'initiative du Général Boëlle qui a convaincu Maurice Barrès lors de la Première Guerre mondiale pour récompenser "les braves" en rapport avec la qulité de leur action d'éclat. Les citations sont étoile de bronze citation à l'ordre du régiment ou de la brigade, d'argent à l'ordre de la division, vermeil à l'ordre du corps d'armée et palme à l'armée.


Samedi 19 septembre 2020 – 11h30 – Monument aux morts principal


En 1802, Bonaparte, alors 1er Consul décide la création de ka Légion d'Honneur. L'heure est à la paix : le Traité de Lunéville vient d'être signé avec l'Autriche, celui d'Amiens avec l'Angleterre et le Concordat avec le Vatican. Le 1er Consul fonde les institutions administratives, judiciaires et financières qui marqueront profondément l'organisation de notre Pays l'Ordre de la Légion d'Honneur est l'une d'elles.


Bonaparte veut une distinction qui exprime la VERTU, L'HONNEUR L'HEROISME, L'EXCELLENCE une distinction servant à récompenser la bravoure militaire et le mérite civil. Un ordre qui soit ouvert à tous, pour dévouement et générosité, sans distinction de naissance et excluant tout préjugé.


Cette idée et la force révolutionnaire qu'elle porte en ce début du XIX ème siècle, affirme d'emblée des principes intangibles qui gouvernent depuis 1802 une institution à laquelle Bonaparte donna pour devise « Honneur et Patrie ».L'ordre incarnait déjà les 3 valeurs qui fondent et définissent aujourd'hui, notre République : Liberté, Egalité et Fraternité.


Plus d'un siècle après les principes de Bonaparte, la 1ère guerre mondiale éclate et ensuite la seconde. Le 17 juin 1940, le 1er camion allemand entre au carrefour St Jacques la ville d'Argentan est occupée.Le Débarquement du 6 juin 44 accentue la destruction de la ville. Argentan subit du 4 avril à sa libération le 20 août 1944, 5 mois d'interminables bombardements.


Argentan connaîtra 90 morts dans la nuit du débarquement. Ainsi que 135 victimes civiles et 62 blessés sur environ 3 500 habitants. La Ville d'Argentan est détruite à 80 %. La ville est alors classée 3ème au rang des villes les plus sinistrées. Des bâtiments emblématiques comme l'Hôtel de Ville, la Chapelle Saint Nicolas, la Château, les Eglises, l'ancien théâtre sont quasiment détruits !


Le 20 août 44, la ville d'Argentan est libérée par la 80ème Division d'Infanterie Américaine (317 et 318ème Régiment d'Infanterie). La seconde guerre mondiale se termine officiellement le 8 mai 1945.


Le décret du 28 février 1949, publié au JO du 24 août 1949, nomme la Ville d'Argentan dans l'ordre National de la Légion d'Honneur au grade de Chevalier cette nomination comporte attribution de la Croix de Guerre 1939-45 avec Palme.


La ville d'Argentan a été décorée par la Nation pour l'engagement des Argentanais pour faits de Résistance (on rapelle le dévouement des Cheminots on rappelle le sacifice d'Etienne Panthou) et faits de guerre.


C'est le dimanche 9 juillet 1950 à 15h place de l'Hôtel de Ville en présence de Mme Leclerc, M. Laumet, Préfet de l'Orne, M. Rome, Sous-préfet d'Argentan, M. Eugène Denis, Maire d'Argentan, M. Couinaud. Remise par Général Valluy, qu'à lieu la grande cérémonie officielle de remise des insignes à la Ville d'Argentan. La ville est ainsi « honorée » pour le lourd tribut payé pendant la Seconde Guerre mondiale.


Eugène Denis, Maire d'Argentan de 1947 à 1950, reçoit les médailles au nom de la ville, le 9 juillet 1950. Lui-même médaillé de la LH et de la Croix de Guerre. Celui qui remet les insignes est le Général d'Armée Valluy, Inspecteur général des Forces armées françaises d'Outre Mer. Ils reçoivent également en 1950 : La Croix de Guerre avec Palme
Melle Marguerite Corbonnois, reçoit à titre posthume, la médaille militaire de son père Albert Eugène Corbonnois – soldat au 302 Régiment d'Infanterie. Mort pour la France le 20 juin 1940 à son poste de combat dans les Vosges à l'âge de 32 ans. Ce jour 19 septembre M. le Maire lui remet au nom de la Ville d'Argentan la Médaille de la Ville. Madame Corbonnois répond on le comprend avec beaucoup d'émotion pour remercier M. le Maire et la Municipalité.


Monseigneur Rattier, à l'époque Archiprêtre de l'église de Saint-Germain, a refusé de quitter son église lors des bombardements. La sacristie est touchée. Bien qu'il soit blessé, il lutte contre l'incendie puis se cache dans la cheppelle de Margueritte de Lorraine. Il s'illustre aussi par un acte de bravoure : avec une quinzaine de personnes âgées, il se cache dans une cave de la rue de la Vicomté. Ils sont découverts par un allemand qui, désobéissant aux ordres, leur laisse la vie sauve. Il reçoit la Croix de Guerre avec étoile d'argent, pour acte de bravoure.

Les Officiels remercient les porte drapeaux et se dirigent vers l'espace de présentation des panneaux préparés par Mme Verrier archiviste de la ville. La Guide effectue une brève présentation de ces panneaux des visites guidées et informe le public qu'il est possible de se renseigner auprès de l'Office de Tourisme de la Ville pour connaître les horaires de visites guidées

La Mairie offre un petit buffet convivial


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016