Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Jean Claude un destin étonnant marqué par le Judo


Dès le début de son existence la vie de Jean Claude Collin est indissociable du monde qui l'environne. Son Père, Roger Collin, achève son service militaire quand il est réincorporé pour la guerre de 1939. Il est fait prisonnier et parvient avec un ami à s'échapper du train qui l'amen,enait vers un stalag roulant très doucement. Il conçoit, avec son épouse, caissière chez un Monoprix, leur enfant, Jean Claude, dès son retour. Le père est clandestinement employé par un coiffeur, son métier. La mère, au vu de tous, est enceinte d'un prisonnier éloigné donc en réalité d'un « schleuh » pour ses collègues. La mère est sous les injures de celles-ci. L'atmosphère dans le magasin est insupportable. Elle doit avouer la réalité à sa chef qui désamorce, la vindicte injustifiée. Jean Claude, nait en paix à Denfert Rochereau, le 07 novembre 1941.


Jean Claude Collin est passionné de sports et en particulier de Judo de sportif il deviendra bien plus tard dirigeant. En attendant il doit faire ses études. Il se spécialise en dessin industriel à l'Ecole Dorian, qui est un lycée technique de renom, fondé en 1872, située près de Nation dans le 11ème arrondissement, ce qui lui permet d'avoir un sursis pour la guerre d'Algérie. Grâce au Général de Gaulle, cette guerre (initialement « opérations de sécurités et maintien de l'ordre" , l'Algérie est constituée de 3 départements français) prend fin et il n'effectuera que 18 mois sur les trois ans prévu. A l'Ecole Dorian il a obtenu un BTS en dessin industriel. Dès la fin de sa période militaire en Algérie 1960-1963 (carte d'Ancien combattant N° 879 008) au cours de laquelle il obtient les médailles commémorative des Opérations de Sécurité et de maintien de l'Ordre, la Médaille d'Afrique du Nord, la Croix du Combattant il cherche un emploi. Il le trouve au bout de quinze jours chez THOMSON – CSF. Il est embauché comme dessinateur industriel après 1 mois d'attente il va être embauché.


Chez CSF au château de Corbeville (plateau de Saclay – Château de type « Henri IV - Louis XIII) du XVIème siècle, lieu calme et superbe où CSF a implanté son bureau d'études. Il va y travailler 17 ans. Ce château a été racheté par CSF à la Famille Appert (commissaire-priseur à Paris). Le bureau de recherches va collaborer avec Normale sup', Polytechnique, CEA, CNRS, facultés et mettra au point l'accélérateur linéaire de Saclay. Ce bureau est idyllique pour un travail convivial et efficace en équipe minimale (5 dessinateurs) en prise immédiate avec les ingénieurs et laboratoires de recherche.


Cette société Thomson CSF - compagnie générale de télégraphie sans fil) sera l'objet de restructurations, nationalisations, intégrations. Avant 1968 Thomson s'appelait Hotchkiss-Brandt (fondateur Benjamin Berkeley Hotchkiss, la société qui a créé la mitrailleuse Hotchkiss de la guerre de 14/18, celle qui a déjà été évoquée dans la biographie de Roland Caillaud). Puis Brandt fusionne avec la Compagnie Francaise Thomson Houston (CFTH) pour devenir Thomson CSF qui est née en 1968 de la fusion de Thomson Brandt et de CSF. Trois secteurs sont impliqués : défense, sécurité, aéronautique. Cette dernière crée des liens entre Dassault et Thomson CSF. Jean Claude Collin est orienté vers Malakoff. Il travaille dans un bureau plus fourni de près de 200 dessinateurs. Avec de nombreux contacts avec les ateliers qui réalisent ce que dessinent leurs plans (maquettes). Le circuit imprimé plus ou moins complexe (à couches ou sur un seul plan) a été inventé par CSF. Il est matérialisé sur une plaque de verre epoxy cuivrée et révélé à l'acide comme une photo.


Thomson CSF (4,5 mds de F de chiffre d'affaires) va absorber Dassault Electronique (4,9 mds F de chiffre d'affaires), la filiale de Dassault spécialisée dans l'informatique militaire embarquée (Mirage 2000, Rafale, char Leclerc), les auto-directeurs de missiles, la guerre électronique, mais aussi la monétique et les terminaux de paiement via sa filiale Dassault AT. Thomson CSF va également absorber les activités d'Alcatel Alsthom dans le domaine des télécommunications militaires, qui représentent environ 4 milliards de F de chiffre d'affaires. En 2000 elle devient Thalès. Jean Claude Collin passera d'une compagnie dans laquelle son bureau comporte 5 membres à 200 à Malakoff dans une tour (loin de son château). Thomson CSF sera nationalisée en 1982 par le gouvernement Mauroy. En 1998 Thomson CSF est privatisé. En 2000 il se nomme Thalès. Jean Claude Collin s'occupe plus particulièrement de Missiles (allemands) et des Mirages (avec concertation pour les soudures de ces circuits imprimés résistantes aux vibrations de l'aéronef en étain Plomb dans une proportion adéquate). Il termine sa carrière de dessinateur en tant que chef de groupe au sein du bureau d'étude particulièrement en charge de la conception des circuits imprimés concernant les radars des missiles et mirages. Il devient en 1990 acheteur principal de la connectique missiles Mirages et Rafales et d'autres projets aboutis de Thalès. Il est Médaille d'or du Travail en 1994 et pend sa retraite en 1998 d'un groupe qui deux ans après devient THALES et dont on sait qu'il est LE Groupe mondial de l'avionique, du radar et des missiles, 80000 employés, 19 milliard d'euros de CA.


-
Jean Claude Collin a une passion dévorante : le Judo. Arrivé à l'ESC.XV (Evolution sportive et culturelle du XVème) en 1963, à son retour de la guerre d'Algérie, comme judoka ceinture orange, (acquise à Dorian pendant les heures de repas dans un grenier et sans tatamis aves un prof aussi passionné que lui..). Est passé Ceinture Noire 1er dan en 1968 ( le jour de la naissance de son fils ainé Patrick). Actuellement il est 3ème dan. Il est devenu dans le club ESCXV dirigeant/moniteur du judo en 1971. Jean Claude Collin a formé une cinquantaine de Ceintures Noires dont ses fils Patrick et Stéphane. Certains atteignirent le niveau national et gagnèrent des titres nationaux. Il est Président de la section JUDO de l'ESC XV en 1974 et Président du comité de Paris de JUDO - FSGT en 1975. Il obtient: le brevet de Moniteur Fédéral 1 er degré en 1982.N° 247/75/ et le brevet Fédéral d'Animateur de judo en 1989. N° 32/75 E. Il est responsable de la sélection de l'équipe des 1er JEUX de PARIS, organisés par Jacques CHIRAC Maire de Paris. A ce titre il a fait gagner le 15ème arrondissement en judo à Coubertin. C'était en 1985.


les distinctions Il reçoit la médaille de Bronze de la VILLE DE PARIS en 1981, la médaille de Bronze de la Jeunesse et Sports en 1987 . La CROIX DE BRONZE DE COMPAGNON du Mérite des Ceintures Noires en 1988. La médaille de Bronze de la Fédération Française du JUDO en 1990. La médaille d'argent de la Jeunesse et Sports en 2000. La médaille d'or de la jeunesse et sports en 2009. Il est ARBITRE Départemental en 1978, Régional en 1980, Interrégional en 1996. Il obtenu la Médaille du Meilleur Arbitre Etranger au Tournoi, International de la Ville de MINSK en Biélorussie en 1990. Il est président réélu depuis 2000 de l'ESCXV 1400 adhérents, 17 sections. Il est nommé dans l'Ordre de la Légion d'honneur en 2011 les insignes lui sont remis par M. Philippe Gougeon, Maire du XVème arrondissement, en présence de M. Lamour, ancien Ministre, champion d'escrime au sabre, conseiller du XVème arrondissement et député de la 18ème circonscription (recouvrant en partie le XVème arrondissement) et de David Douillet le Champion de Judo ainsi que Fabien Canu plusieurs fois champion du monde qu'admire Jean Claude Collin.


L'ES XV (Evolution sportive) nait en 1910 ce n'est pas neutre. Jean Claude Collin on le rappelle est Président de ce club de 2000 à 2010. Le Centenaire a été célébré dignement à CAP 15 (lieu événementiel ) ou 400 éminents personnes ont été invitées à cette manifestation chaleureuse. Anciens adhérentes et adhérents, personnalités politiques du 15 ème et de la Ville de Paris, responsables de Fédérations et bien sûr dirigeants et dirigeantes et moniteurs et monitrices se sont côtoyées. Ainsi évidemment que les actifs du ESCXV.


Cette année 190 Paris connait une crue exceptionnelle. En janvier 1910, pluies constantes, neige et saturation du sol se combinent pour provoquer la crue centennale. 8m62 au-dessus du niveau normal. Le Zouave de l'Alma a de l'eau jusqu'aux épaules. La navigation est interrompue les péniches ne peuvent passer sous les ponts. L'Yonne principalement mais aussi le Grand Morin et le Loing ont vu leur niveau s'élever de façon inhabituelle. Ces affluents confluent vers la Seine et la Marne se jette dans la Seine. La Seine et la Marne débordent et ne peuvent accueillir cet afflux d'eau. En dix jours la crue s'est élevée à son maximum. La décrue s'effectue en un mois. Les dégâts sont matériels. Les égouts débordent, caves et fosses d'aisance sont stagnantes. Les éditeurs perdent leur stock et dans le XVème arrondissement celui de l'ESXV naissant l'avenue Emile Zola, l'hôpital Boucicaut, les rues de Javel, Lacordaire, les places de Beaugrenelle, Balard sont durement touchées.


Les Créateurs de l'ES XV. sont des ouvriers de l'usine Sautter-Harlé filiale de Bréguet (siège au niveau du Hilton actuel) puis délocalisée à Douai, qui fabriquait des pièces de sous-marin et des appareils électriques. Aujourd'hui absorbée par Fives Lille en 1966. ESXV est fondée par 2 frères Fernand et Marcel Savenay avec Maurice Martin. La guerre de 14/18 a eu raison des archives.


On retrouve des traces de l'ESXV en 1920 les statuts sont déposés par M. Pierre ROSSI et le Premier Président est M. Besombes conseiller municipal du XVème. Le siège est 15 rue de la croix Nivert. M. Besombes par ailleurs confirme l'occupation d'un terrain de jeux octroyé depuis 10 ans par le Gouverneur militaire de la place de Paris sur le champ de manoeuvre du terrain d'aviation d'Issy les Moulineaux. A cette époque l'ESXV permet la pratique de nombreux sports : course à pieds,( le célèbre Henri Lévêque fut un des pionniers de l'ES XV ) boxe, lutte, basket-ball, football, cyclisme, natation, boules, moto et sport féminin eh oui. La piscine Blomet est disponible pour l'ESXV. L'ESXV adhère à la FST (fédération sportive du travail) et à IRS (internationale Rouge des Sports). L'orientation politique est bien précise.


La Lutte contre le fascisme . L'ESXV s'amuse follement cependant notamment dans la « Goguette familiale », organisée par les footballeurs, le 18 mars 1933, Salle Sargeot (169 rue St Charles) avec l'Orchestre de la « banlieue rouge » ?, bal, tombola etc.. ? 1 fr pour chômeurs 2 frs pour les autres. En 1934 USSGT et FST fusionnent pour donner la FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail) à laquelle l'ESXV adhère. Avec Jean Guimier et Auguste Delaune, autre jeune communiste dans le cadre de la FSGT, souhaitent un sport « pour une jeunesse saine, forte et joyeuse ». Leur but est pacifique et anti jeunesses hitlériennes à visée paramilitaire.


Ces deux jeunes présentent ce projet à Thorez qui en comprend instantanément la portée et adhère en faisant prospérer recrutement et financement. Georges Maranne (footballeur connu) sera co-président de cette FSGT. L'ESXV est donc bien incluse dans un groupe, la FSGT, qui voit d'un mauvais oeil la montée de Hitler en Allemagne et les Jeux Olympiques à Berlin. La FSGT tente de transférer ces jeux vers l'Espagne (les évènements découragent ce projet). Ces jeux innoveront car pour la première fois le transfert de la flamme d'Olympie s'effectuera vers la ville qui accueille les JO. Le nombre d'adhérents de la ESXV croît et passe de 302 en 35 à 707 en 1939 pour chuter en 1940 (281) et remonter 1029 en 1941 et revenir à 735 en 1945.


Le Front populaire L'ESXV on l'a bien compris suit une politique résolument engagée. Composée de sportifs d'origine ouvrière elle va adhérer avec enthousiasme au triomphe (3 mai 1936) du Front Populaire mené par Léon Blum (coalition SFIO, Parti Radical présidé par Daladier et Parti Communiste dont le secrétaire général est Maurice Thorez). Puisque l'ESXV vit dans le présent elle a vécu avec bonheur la semaine de 40h (au lieu de 48), les congés payés, des réformes sur des nationalisations : usines d'armement, banque de France remaniée, nationalisation des chemins de fer (SNCF), mines, charbonnages, EDF etc Mais l'ES XV mène sa vie d'association et change d'adresse de siège social qui devient 36 (en fait 32 !) rue Lacordaire (auparavant on le rappelle 169 rue Saint Charles). Chautemps a succédé à Blum qui revient pour être remplacé par Daladier (radical socialiste) qui signera les funestes accords (applaudis en France) de Munich. En Angleterre Churchill prévoit « Vous avez oublié l'honneur pour éviter la guerre. Vous avez le déshonneur et vous aurez quand même la guerre ».


Le Sport et la Politique à l'époque Georges Maranne, on connait l'histoire de ce grand soldat, de la première guerre mondiale (blessé et handicapé dès les 5 septembre 1914 (employé dès lors comme ajusteur) et de grand résistant (médaille de la résistance avec rosette) au cours de la seconde guerre mondiale. Il a eu un destin national et a été Maire d'Ivry de 1945 à 1965 et a laissé sa place à un membre du PCF. Il sera décoré de la Médaille de la Résistance avec Rosette et Officier de la Légion d'honneur. Maire d''Ivry sur seine de 1945 à 1965. Auguste Delaune lui dirigera la FST affiliée à l'Internationale du Sport rouge (ISR). C'est lui qui organisera la fusion des organisations socialistes USSGT (Union des sociétés sportives et gymniques du travail) et FST pour devenir FSGT. Auguste Delaune mourra, après une résistance acharnée, torturé par les Allemands après une évasion, au cours de laquelle la police française l'a retrouvé et livré aux occupants. Il meurt le 2 septembre 1943 à 35 ans. Il est décoré à titre posthume de la Légion d'honneur en 1947. On retrouve les affiliations du début de l'ESXV dont un des frères.

Durant la Guerre Le président en charge doit déposer les statuts en français (pour être traduits en allemand) auprès du commandement militaire allemand. Doivent figurer le nom des dirigeants (on constate qu'un des frères Savenay y figure) et ceux des membres s'ils sont moins de sinon seul le nombre de ceux-ci est requis.
L'engagement de l'ESXV se modifie progressivement pour devenir l'ESCXV en 1963 d'un engagement plutôt communiste et ouvrier il se « laïcise » sous l'influence de l'air du temps et de Présidents à l'écoute de l'évolution ambiante. Sous la houlette des présidents successifs Roger Lequeux, Georges Brizou, Lucien Jourdain, puis notre ami Jean Claude Collin l'ESCXV va se diversifier et s'amplifier. Il adhère en Football, à la fois à la FSGT, orientée vers le bénévolat et la convivialité mais aussi à la FFF, plus encline à privilégier l'argent et les résultats. Les membres se déploient vers les 1000 à 1200. Les activités de multiplient Judo, Ping Pong, Escalade. Les lieux d'entraînement et de matchs se majorent.


Notre ami Jean Claude Collin Ceinture noire de Judo va prendre la tête de l'activité Judo puis de l'ESCXV en 2000. Depuis la fin de la 2ème guerre mondiale le monde a vécu la Guerre d'Indochine, la Guerre d'Algérie puis celle du Vietnam. Mac Carthy a été le symbole de la Guerre Froide aux Etats-Unis. En sciences Watson et Crick découvrent la double hélice de l'ADN. L'ESCXV cherche comme toujours et pour toutes les associations à accroître ses revenus (journaux, bals, colifichets, films, subventions). Elle regrette la disparition de la médecine sportive au profit de certificats de complaisance.


En 2010 pour les cent ans de l'ESCXV Il y' a 1200 adhérents. 16 activités : Aiki Budo, Athlétisme, Badminton, Capoeira, Culture Physique, Danse Moderne, Escalade, Football, Gymnastique, Judo, Natation, Sport Scolaire, Stretching, Tennis, Tennis de Table, Volley Ball, Yoga et zumba. Ces activités se répartissaient entre de nombreux sites : Lacretelle (mis dès le début à la disposition de dès l'ESXV le début par le Dr Chaillet Bert qu'il soit vivement remercié de sa fidélité au ESXV), la Piscine Blomet, les terrains de tennis Suzanne Lenglen. La force de ce club était son bénévolat qui a mis du temps pour trouver ses vitesses de croisières, l'appui de la mairie du XVème constant, la Ville de Paris depuis Chirac qui a compris l'intérêt du sport dans la capitale et qui a organisé les 1ers Jeux de la Ville de Paris, Mme Hidalgo enfin qui poursuit l'action.


Jean Claude Collin a participé aux deux volets d'un citoyen tels que la France les aime. Un volet professionnel dans lequel il a oeuvré pour le bien de la Nation et pour l'innovation et un volet d'accomplissement de l'être humain et du citoyen, le sport et le bénévolat. Président d'une association qui a une magnifique histoire plus que centenaire, amateur de très haut niveau (3ème dan de judo), il a aussi travaillé dans une entreprise qui compte parmi les plus magnifiques du pays et que l'on connait après ses fusions intégrations est passée de HOTCHKISS BRANDT THOMSON CSF est devenue THALES 80 000employés, 14 milliards d'euros de CA. Belle vie M. Collin vous êtes un beau fleuron de la SMLH61. Votre ravissante maison nichée dans les frondaisons de Bretoncelles est bien à l' image de votre couple.


Sans l'appui constant de sa femme Nicole COLLIN Jean Claude Collin tient à préciser que trésorière depuis la nuit des temps au club (comptable de son métier), rien n'aurait pu être écrit comme cela vient de l'être fait aussi précisément. Ils sont mariés depuis 1965 !!!. L'ESC XV est forte aujourd'hui en 2020 de 2000 adhérents et adhérentes. Une bonne idée et une bonne organisation ne se perdent jamais. Les motivations associées au bénévolat actif produisent un résultat positif comme dans les entreprises. Bravo aux Collin. SMLH61 photos mises à la disposition de la SMLH61 par la famille Collin. La carte de retraite de CSF deux ans plus tard THALES, l'équipe de ceinture noire de ESCXV, Mme Hidalgo et J.C.Collin, l'équipe junior de ceintures noires de l'ESCXV et enfin entouré de David Douillet et de Jean François Lamour, J. Collin prononce son disocrs après avoir été décoré par leMaire du XVème M. Gougeon.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016