Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Les nouvelles promotions de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite rendent hommage aux Français investis dans la lutte contre la crise sanitaire


En fin de cet article vous trouverez le Point par notre ami sociétaire de la SMLH61 Jacques Frénehard, Président du Conseil de Surveillance des Etablissements Frénehard Michaux, sur les ETI (Entreprises de taille intermédiaire) regroupées en Normandie dans le METI (Mouvement des Entreprises de Taille intermédiaire) dont le Président est justement Jacques Frénehard qui vous convaincra du rôle moteur d'ancrage local de ces entreprises au sein desquelles l'Entreprise Lemoine se situe.


L'Orne à l'honneur

Mme Jeanne LEMOINE née CLUZEL vient d'être élevée au grade d'Officier de la Légion d'honneur, son père Jean CLUZEL était Commandeur de la Légion d'honneur. Il était dans le Bourbonnais un homme politique centriste de l'URB (l'Union Républicaine pour le Bourbonnais), incontournable, Président du Conseil Général et Sénateur, de longues années avec quelques défaites en faveur du respect de ses valeurs et de nombreuses victoires retentissantes. Il a été élu à l'Académie des Sciences Morales et Politiques dont il sera Secrétaire Perpétuel. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages. Il a été l'auteur d'un rapport resté fameux sur l'audiovisuel en faveur de l'absence de censure d'Etat. Mme Lemoine, sa fille est donc très fière à juste titre de son Commandeur de Père. Celui=ci est mort à 97 ans en septembre 2020. Avec lui meurt une mémoire de la deuxième moitié du XXème siècle. Il a quitté la politique en 1998.

Mme LEMOINE Directrice Générale d'une entreprise de Cotons Tiges, deux actions justifient amplement son élévation au grade d'Officier de la Légion d'honneur, elle a su multiplier le nombre de cotons tiges produites d'un nombre énorme, absolument nécessaires pour le test PCR par écouvillonage nasal et transformer l'activité de son entreprise pour fabriquer en un temps record, des masques qui faisaient tant défaut en début de pandémie. Elle a su comprendre avec son équipe que cette épidémie allait durer. Son devoir dès lors était de comprendre où se trouvait l'intérêt général. Le communiqué de la Grande Chancellerie la cite dans les entreprises (cf la fin du texte) qui ont lutté avec efficacité, présence d'esprit et rapidité de transformation. Bravo cela est une belle nouvelle pour le département, pour le pays et pour la SMLH61 car Mme Lemoine a manifesté son désir de nous rejoindre.

Notre ami M. André LECOQ, Président (interrégional Orne/Eure depuis 2006) National, depuis 2016, de l'Association nationale des pupilles de la Nation, des orphelins de guerre ou du devoir, affiliée à la Fédération Maginot. Lui même est pupille de la Nation, puisque son père a été fusillé en août 1944 (il est né 8 mois après le décès de son père). Son association participe aux aides (de 40 à 130 en six ans) aux familles en difficulté, finance des voyages scolaires. Il est aussi en faveur des actions d'aide aux pupilles de la Nation dans le cadre des familles victimes des attentats terroristes.Il est Président dans l'Orne de l'Association des mutilés, réformés, anciens combattants, veuves et veufs , ascendants et descendants de guerre, affiliée à la Fondation Maginot. Il est est nommé Chevalier de la Légion d'honneur. Il est Président de l'Association Maginot de l'Orne. A l'ONACVG de l'Orne il est mmbre de la commission solidarité après en avoir été Vice Président de 2015 à 2019. Le croisant souvent lors des commémorations, la SMLH61 est heureuse de le féliciter et de le compter parmi les siens dès qu'il aura cotisé!

M. Didier CHESNAIS, de Bagnoles en Normandie, Directeur Général de la fondation "Normandie Génération" datant du 13 janvier 2020 résultant de fusions multiples, dont le but est de protéger, soigner et accompagner les usagers et patients, les résidents et les adhérents, à l'aide aux personnes en difficulté de tous âges. Didier Chesnais est nommé dans l'Ordre de la Légion d'honneur. 39 établissements en Normandie dont le Président est M. Jean Marie de JACQUELOT . M. Chesnais après avoir été Infirmier à Raymond Poincaré Garches, a effectué un parcours remarquable avec une formation diplomante à l'IAE de Caen, puis Sciences Po Paris avec Master 1 et 2 dans le domaine des Organisations sociales et de Cadres dirigeants et stratégie. Il participe à la conférence de santé du territoire et s'engage au sein de la FEHAP (Fédération des établissements Hospitaliers privés à but non lucratfs) dans laquelle il est élu délégué régional en 2016. Le Président de la SMLH61 ne manquera pas de le féliciter en votre nom. Il est marié et à deux enfants lune fille de 24 ans et l'autre un fils de 21 ans. La SMLH61 espère qu'il voudra bien faire partie des notres et cotiser!!

La Professeure Isabelle IMBERT dela Faculté des Sciences d'Aix Marseille, avec laquelle la SMLH61 avait écrit un article sur le COVID 19, le 6/08/2020 qui a fort intéressé les lecteurs vient d'être nommée, Chevalier dans l'Orde de la Légion d'honneur, sur proposition du Préfet des Bouches du Rhône, grâce à la focalisation de Guy DABADIE, Président de la Section de la SMLH des Bouches du Rhône, ancien pilote d'essai d'hélicoptères chez Eurocopter après une carrière militaire de pilote d'hélicoptères. Il est titulaire du record du monde de vitesse sur le prototype de l'hélicoptère à partir du "Dauphin" avec 372 km/h en 1991 non battu à ce jour. Les travaux d'Isabelle Imbert, qui portent sur le jumelage de l'informatique (algorithme de mutations) et sur la génétique de l'ARN sont très porteurs et sont extrêmement intelligents. L'Orne est heureuse d'avoir perçu cette riche prospective. BRAVO à Isabelle IMBERT c'est la quasi 5ème Légion d'honneur de l'Orne.

Communiqué de la Grande Chancellerie


3884 personnes sont distinguées aujourd'hui dans la Légion d'honneur et l'ordre national du Mérite, dans une édition spéciale du Journal officiel publiée ce matin. 63% des nouveaux décorés le sont au titre de leur engagement dans la lutte contre la Covid-19, ainsi que l'a souhaité le Président de la République, grand maître des ordres nationaux.


Quatre promotions civiles sont aujourd'hui regroupées : la promotion du 14 juillet 2020 et celle du 1er janvier 2021 de la Légion d'honneur, ainsi que les deux promotions de l'ordre national du Mérite qui auraient être dû publiées en mai et novembre 2020. Elles ont été décalées de manière à permettre de récompenser les personnes qui s'investissent dans la crise sanitaire depuis de longs mois, et seront suivies de nouvelles nominations en 2021. Par ailleurs, la Médaille de l'engagement face aux épidémies, créée en 1885, sera prochainement réactivée et viendra compléter ces attributions des ordres nationaux.


Les promotions du jour sont à parité et respectent les contingents annuels assignés aux ministres, en charge de faire les propositions d'attribution. Ainsi, 1229 personnes sont décorées de la Légion d'honneur : 1087 chevaliers, 111 officiers, 21 commandeurs, 7 grands officiers et 3 grand'croix. Parmi elles, 40 personnes décédées des suites de la Covid-19 sont nommées chevaliers à titre posthume ainsi que le permet le code de la Légion d'honneur pour les personnes « tuées dans l'accomplissement de leur devoir ». Dans l'ordre national du Mérite, 2655 personnes sont distinguées, réparties entre 2385 chevaliers, 225 officiers, 35 commandeurs, 7 grands officiers et 3 grand'croix.


Parmi les décorés pour leur investissement dans la lutte contre l'épidémie, on constate une grande diversité d'activités, ce qui témoigne de la forte mobilisation des Français dans l'effort national. Se dessine également une prédominance de personnes issues du secteur de la santé et appartenant à tout niveau hiérarchique.


Tous les récipiendaires ont fait preuve d'un engagement particulier, réinventant l'organisation de services hospitaliers et de gestion du personnel, mobilisant leurs équipes pour faire avancer la recherche scientifique, modifiant l'activité de leur entreprise pour concourir à la production de matériel de santé, assurant la continuité des services de l'Etat sur tout le territoire, usant de leur notoriété pour récolter des fonds, soutenant les entreprises, apportant parfois bénévolement leur secours aux personnes en difficulté, ou encore imaginant des dispositifs culturels innovants et participant à la continuité de l'enseignement scolaire. A ces activités civiles, il convient de rappeler l'engagement des militaires qui ont été récompensés dans des promotions des ordres nationaux publiées en octobre dernier.


Certains décorés des nouvelles promotions civiles sont connus du grand public mais la plupart oeuvre dans l'ombre. Leur investissement dans la crise vient s'ajouter à la carrière de chacun, ce qui permet de satisfaire au critère de 20 années de services exigées pour la Légion d'honneur et 10 années exigées pour l'ordre national du Mérite. Néanmoins 18 personnes sont distinguées sans remplir pleinement ces durées ainsi que le permet le code de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite pour des « services exceptionnels nettement caractérisés ».


Les deux promotions honorent par ailleurs pour environ 37% des personnes issues de tous secteurs d'activité et s'investissant pour l'intérêt général sans lien direct avec la crise sanitaire mais au profit de leurs concitoyens depuis de nombreuses années.


Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, la Légion d'honneur est la plus élevée des distinctions nationales françaises. Elle compte 92 000 membres, récompensés pour leurs « mérites éminents acquis au service de la nation ». L'ordre national du Mérite est le second ordre national après la Légion d'honneur. Il comprend 185 000 membres honorés pour leurs « mérites distingués », manifestés « soit dans une fonction publique, civile ou militaire, soit dans l'exercice d'une activité privée ».


Mme Jeanne LEMOINE se trouve parmi les personnes ayant engagé leur entreprise dans une production exceptionnelle de matériel de santé (respirateurs, gel hydro-alcoolique ) : Fabien Bruno*, pharmacien à la pharmacie préparatoire Delpech (Paris), François Jackow*, directeur général adjoint d'Air Liquide, Patricia Lacoste (officier), directrice de Stores Athéna, Jeanne Lemoine (officier), directrice générale du groupe Lemoine.

Dans un autre registre M. Alain LAMBERT, Ancien Ministre, (Président M. Chirac, Premier Ministre Raffarin) est élevé au "rang de commandeur de la Légion d'honneur". Il est ainsi distingué pour ses services éminents de Président du Conseil National d'évaluation des Normes. Ce conseil est très apprécié des parlementaires car le travail consiste a examiner à la loupe les retombées financières insoupçonnées et cachées que pourraient déclencher les textes de lois dans leurs applications pratiques.

Ancien Président du Conseil Général de l'Orne, ancien sénateur>, candidat malheureux à la Présidence de la 2ème Chambre contre Gérard Larcher en 2008 (il s'était retiré le matin du scrutin). Il a été avec Didier MIGAUD un des pères de la LOLF (Loi organique relative aux Lois de Finances) cette loi "constitution des finances" régit le budget de l'Etat. A ce titre cette loi "supra organique" est capitale dans le fonctionnement législatif des engagements parlementaires dans le domaine du budget de l'Etat.

Dans l'Orne M. Alain Lambert a tenté de retrouver son siège de sénateur aux dernières élections sénatoriales de Juillet 2018 (élu avec 46% des voix : Vincent Ségouin, 2ème Alain Lambert 28%, 3ème LREM, Vercruysse 26% celui là même qui avait déposé un recours au Conseil Constitutionnel, contre le collaborateur de M. Alain Lambert au Conseil général, M. Leroux, élu précédemment puis invalidé). Cette remarquable distinction de commandeur est une juste restauration de la valeur nationale de notre ancien Ministre. Mieux vaut être premier à Rome que second dans son village. Dernière étape avnat l'entrée dans les Dignités de l'Ordre.

N'oublions pas dans l'Ordre National du Mérite Marc PRADAL de Tinchebray directeur général de KIPLAY qui a travaillé aussi pour promouvoir les masques en tissus. Mme Claire HOLLEBECQUE, directrice de l'école Marcel Pagnol d'Argentan, très surprise après 36 ans de bons et loyaux services et dix ans d'adjointe dans cette école. Dans le contexte médical le Dr Angela PRESSE médecin de l'Education nationale, référente des troubles de l'apprentissage. Les Ordres n'oubleent jamis le monde socio éducatif et d'aide aux personnes en difficulté Mme Luile JOUAUX Directrice d'YSOS Eure et Orne étblissement semi public aide les personnes en difficulté d'insertion à retrouver leur équilibre. Elle est nommée Chevalier dans l'Ordre National du Mérite. Tous ceux qui ont connu Guillaume RAYMOND ancien dircab de Mme la Préfète de l'Orne se réjouiront de sa nomination dans l'ONM de même que pour M. Sébastien PLANCHON Vice Directeur du SDIS de l'Orne.

Dans le monde hospitalier M. Antoine CHATEL, directeur délégué de l'Hôpital de Sées, qui a su réformer l'informatique du CHICAM et gérer son établissement à SEES (dont le Président du Conseil de surveillance est notre ami M. Mostefa Maachi, maire de Sées, Président de l'ANMONM61, de main de maître et M. Jérôme LE BRIERE directeur de l'hôpital d'Alençon (CHICAM), dont l'activité lors de l'épidémie a été jugée au-dessus de tout élogeM. Jean Louis BELLOCHE Président de la Chambre d'Agriculture de l'Orne, M. Olivier MAMMES, Directeur associé du Laboratoire du Val d'Orne sont aussi à l'honneur dans l'Ordre national du Mérite, son homologue d'Alençon M. Guy GAULARD fondateur du laboratoire d'analyses d'Alençon membre de la société d'horticulture de l'Orne, membre du Lions's club d'Alençon, militant au sein de la Croix Rouge pour les défavorisés et gardien du patrimoine notamment du quartier Saint Léonard. Il sera honoré de l'ONM avec Mme Cécile ZAPLANA ancienne sous-préfète d'Argentan, actuellement sous préfète des Îles Australes dans la Polynésie Française félicitations amicales à elle aussi . Mme Jeanne LEMOINE, M. André LECOQ, M. Didier CHESNAIS bienvenue dans notre SMLH61.

L'ARS d'Ile de France M. Aurélien ROUSSEAU vient d'être nommé dans l'Ordre de la Légion d'honneur. Ancien attaché consultant au CHU Hôpital Européen Georges Pompidou de Paris, à titre personnel, je m'intéresse à Paris et sa couronne. Je suis très heureux de féliciter cet ARS pour un travail de titan dans l'épidémie. Il a réussi avec l'aide de Grands Professeurs tel le Pr Juvin (Urgences Pompidou) à limiter la casse, à organiser les transferts, à trouver masques et hydroalcooliques pour les soignants etc.. Bravo.


Nous souhaitons en 2021, une fois l'orage du Covid estompé, continuer dans l'Orne la récolte des belles figures du développement industriel. Nous avons des candidats ciblés en activité. Que les pouvoirs publics sachent les distinguer!!! Nous rappelons à Mme la Préfète de l'Orne, Mme Françoise Taheri,que chaque fin d'année (2020 et 2021) les promus ou nommés des deux ordres peuvent bénéficier d'une cérémonie officielle en préfecture de remise des brevets. Cette cérémonie valorise le choix du Président de la République, Grand Maître des Ordres nationaux et le département.


Grande Chancellerie de l'Ordre de la Légion d'honneur et SMLH61


LE TEXTE de Jacques Frénehard, Président du METI de NORMANDIE" qui met en valeur le rôle des ETI dont fait partie l'Entreprise LEMOINE dont la Directrice générale et Vic-Présidente de ce mouvement, vient d'être élevée au grade d'Officier de la Légion d'honneur


Les ENTREPRISES de TAILLE INTERMEDIAIRE (ETI)



Depuis plusieurs décennies la France perd des emplois industriels

Depuis maintenant des mois de très nombreux responsables politiques prêchent pour la réindustrialisation de la France, car la comparaison avec nos voisins notamment l'Allemagne n'est pas flatteuse pour nous. Nous avons perdu 40 % de nos ETI industrielles en 20 ans alors que dans la même période le « mittelstand » Allemand en créait.

Prêcher, c'est une chose, agir c'est mieux.



Pour résoudre un problème il faut en chercher les causes. Cela fait maintenant des années que le METI (Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaires) a identifié les causes, les a démontrées et suggéré des remèdes.

Mais que sont ces fameuses ETI dont on déplore un trop petit nombre dans nos territoires ?

Ce sont des entreprises entre 250 et 5000 salariés très souvent familiales, majoritairement industrielles et dans la plupart des cas situées hors des grandes agglomérations. C'est la catégorie la plus intensivement investisseuse [1], les ETI sont activement créatrices d'emplois[2], et sur les 3 000 entreprises identifiées par l'INSEE comme moteur de l'économie française, 2 030 sont des ETI.

En un mot : les entreprises dont les territoires ont besoin !



Les causes de ce déclin sont multiples mais la raison majeure est une trop faible rentabilité comparée à celle de leurs concurrents européens. Contraintes et coûts salariaux, surinterprétation des normes et réglementations européennes, niveau des taxes de production, rendent le coût de production en France trop élevé. Ces contraintes étant exogènes à l'entreprise, leurs dirigeants n'ont aucun levier pour y remédier. Il est souvent reproché aux entreprises françaises de ne pas être suffisamment automatisées, de ne pas avoir suffisamment de robots etc la raison est toute simple, c'est le niveau de rentabilité qui en est la cause.



Le METI avec le concours d'économistes a identifié que pour revenir au niveau de taxation moyen européen (qui est supérieur au niveau Allemand) il faudrait baisser les taxes de production de 35 Md €. Une première étape a été votée par le parlement avec une baisse de 10 Md € pour 2021. Pour aller plus loin les ETI et les PME de croissance se regroupent au sein de Clubs régionaux, c'est ce que nous venons de faire en Normandie en novembre 2020. A ce jour 32 entreprises parmi les plus emblématiques de notre région ont rejoint ce Club. L'objectif premier de ces dirigeants est de se connaître pour échanger sans filtre, entre eux et avec les responsables politiques pour leur remonter les besoins prioritaires des entreprises. Le but recherché étant de trouver ensemble tous les moyens de dynamiser l'économie locale par le biais de l'accélération de la croissance des entreprises participantes.

En France beaucoup des taxes de production alimentent le budget des collectivités territoriales. Il n'est pas question de les mettre en difficulté aussi le METI a déjà émis des propositions de financement alternatif, mais il est nécessaire que les entreprises locales travaillent en étroite collaboration avec leurs collectivités pour rendre possible la réforme indispensable. Certaines entreprises dont les grands groupes, ont trouvé la parade en délocalisant. Les ETI et PME de croissance que nous sommes sont trop attachées à la vie de nos territoires à l'emploi local et, trop convaincues de la responsabilité sociale locale pour ne pas rechercher et privilégier d'autres solutions.
br>

En ce début d'année en tant que Président du Club METI Normandie je formule le voeu de créer un éco système local regroupant les entreprises, des enseignants, des chercheurs des experts pour booster la croissance à travers la formation, l'innovation l'investissement. Rien de révolutionnaire, juste du pragmatisme à l'image de celui qui a prévalu dans les Landers Allemands pour créer leur « mittelstand » avec la réussite que l'on connait.



[1] 30% des investissements de l'ensemble des entreprises.

[2] 335 000 emplois nets créés entre 2008 et 2016.

Source INSEE



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016