Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

M. Anré LECOQ reçoit les insignes de la Légion d'honneur des mains du Dr Pierre PETITBON, Président de la SMLH61, à son domicile de Courménil.


Le 30 mars, devant un aréopage réduit à son plus strict minimum, 15 personnes réunies sur le parvis du domicile, aménagé et décoré très joliment, le perron constituant l'estrade, de M. et Mme André LECOQ, avec masques (retirés pour allocutions et photos, les anciens étaient tous vaccinés) et hydroalcoolique à profusion, les insignes de la Légion d'honneur ont été remis à M. André Lecoq par le Dr Pierre Petitbon, Président de la SMLH61.


Mme Magali OZOUF, Directrice de l'ONACVG de l'Orne représentait Mme la Préfète, Mme Véronique LOUWAGIE, députée de la 2ème circonscription était retenue à Paris à la Chambre, Mme Véronique CHANTEPIE, maire déléguée de Courménil, commune de Gouffern en Auge (maire M Philippe Toussaint), la fille SEVERINE, le fils OLIVIER, le frère, RENE, de M. Lecoq (pupille de la Nation), étaient présents ainsi que M. Claude POIRIER, ancien maire de Mardilly, le Porte Drapeau ornais de l'ANPNOGD, M. Jean Pierre CHEYMOL tous deux Pupilles de la Nation, rendaient hommage à leur Président.
Chère Madame Ozouf, représentant Mme la Préfète, Madame le Maire, Mme Lecoq, chers amis,


Monsieur André Lecoq, vous êtes Président de l'Association Nationale des Pupilles de la Nation, Orphelins de Guerre ou du Devoir (ANPNOGD) depuis 2016 élu par vos pairs du Conseil d'administration (vous en aviez été Vice-Président de 2008 à 2016). Vous êtes en même temps président de cette association pour les départements de l'Eure et de l'Orne depuis 2006. Président lors de turbulences vous assainissez la situation de l'association qui compte ce jour 2500 adhérents. Le nombre exact de pupilles de la Nation vivant n'est pas connu malgré une proposition de Loi au Sénat en 2019 pour en faire le recensement. Cette association est intimement liée à la Fédération Maginot, elle-même comme l'ANPNOGD, connectée à l'ONAC VG dont vous êtes en son sein membre de la Commission de la Solidarité


Vous avez été par ailleurs vice-président du Conseil départemental pour les anciens combattants et victimes de guerre et la mémoire de la Nation (2015 à 2019). Vous êtes d'ailleurs toujours actif dans le jury « les petits artistes de la mémoire » et dans la section « solidarité ». Mais vous êtes aussi Président de l'Association du Département de l'Orne depuis 2018 des mutilés, réformés, anciens combattants, veuves et veufs, ascendants et descendants de guerre (après en avoir été vice-président de 2011 à 2018) affiliée elle aussi à la Fédération Maginot.


Je rappelle que le nom d'André MAGINOT (ancien combattant, grand blessé de la grande guerre, ministre de la défense et père dans l'entre deux guerre, de cette ligne Maginot de défense à la frontière allemande, mort en 1952) a été donné en 1953, par le Conseil d'administration de la Fédération nationale des mutilés, victimes de guerre et anciens combattants (FNMVGAC) (reconnue d'utilité publique en 1933). La FNMVGAC devient Fédération Nationale André Maginot (FNAM). Association d'Entraide aux blessés de guerre, initialement, la FNMVGAC était née à Marseille en 1888 après la guerre de 1870. La FNAM regroupait après son nouveau baptême, en 1961, 300 000 adhérents combattants jadis de 14/18, (disparus en totalité) aujourd'hui de 39/45 comportant de moins en moins de survivants évidemment, Indochine, Corée, Algérie, combats de Tunisie et du Maroc enfin des TOE (Afghanistan, Yougoslavie Barkhane, terrorisme ) se substituent à leurs glorieux aînés.


L'ANPNOGD est une association en tissu national. Le nombre exact de pupilles de la Nation vivant n'est pas connu malgré une proposition de Loi au Sénat en ce sens en 2019. Le Conseil d'Administration dont vous êtes Président regroupe des Vice-Présidents par régions qui ont une fonction dans le bureau du Conseil : Marc PARTY secrétaire national Vice-Président et Trésorier national (délégation Meuse Ardennes), 2 autres Vice- Présidents, Armand NOVI (délégation Grand Sud et Corse) et Jean Claude LABACHE (Délégation Haute Marne). Vous êtes assistés de 8 membres : Paris (Présidente Janine BONNET), Charente Poitou (Président François DIDIER), Rhône (Président Paul HELL), Geneviève MAGINOT Porte drapeau de la Délégation de la Meuse, Françoise MAZET,(présidente de la délégation du Jura), Pierre RETAILLEAU (Président de la délégation de Vendée), Madame JACOB = PONT (Présidente de la délégation de l'Hérault) enfin Claude BRUN (Président de la délégation de l'Allier). Je les cite car si le Covid 19 ne sévissait pas ils seraient là et leur présence témoignerait de l'estime qu'ils vous portent puisqu'ils vous ont désigné pour Président. Je suis leur porte-parole.


Pupille de la Nation vous êtes car depuis la Loi du 27 juillet 1917 les Pupilles de la Nation relèvent d' une situation bien définie rattachée initialement au ministère de l'Instruction publique :

L'Article 1 stipuleLa France adopte les orphelins dont le père, la mère ou le soutien de famille a péri, au cours de la guerre de 1914, victime militaire ou civile de l'ennemi. Sont assimilés aux orphelins, les enfants nés ou conçus avant la fin des hostilités, dont le père, la mère ou le soutien de famille sont dans l'incapacité de gagner leur vie par le travail, à raison de blessures reçues ou de maladies contractées ou aggravées par suite de la guerre. Les enfants ainsi adoptés ont droit à la protection, au soutien matériel et moral de l'Etat pour leur éducation dans les conditions et limites prévues par la présente loi et ce jusqu'à l'accomplissement de leur majorité. Ce statut original ne prive la famille d'aucun droit (la veuve ou veuf ou les tuteurs de l'enfant) mais contribue à l'aide dans l'éducation et le niveau de vie. .
Contrairement au statut de Pupille de l'Etat dans lequel l'Etat se substitue à la famille disparue ou incapable. Je le précise.


Les lois de 1990 et 1993 ont ajouté les enfants des victimes du terrorisme et les victimes de ce même terrorisme dans l'exercice d'une fonction d'Etat. Les textes au fur et à mesure que le temps passe et que les sociétés évoluent se préoccupent des zones d'ombre ou d'oublis historiques.


Le Décret n°2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites.

e Décret n° 2004-751 du 27 juillet 2004instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins dont les parents ont été victimes d'actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale.
`
LOI n° 2005-158 du 23 fe?vrier 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés


Avec Mme Magali Ozouf, ici présente que je salue, directrice départementale de l'ONACVG, bras armé de l'Etat en ce qui concerne les Pupilles de la Nation, votre action dans le département se tourne vers les jeunes des collèges « dans le cadre de Mémoire et civisme André Maginot » . En synergie avec la fédération Maginot, dont vous êtes dans l'Orne un interlocuteur reconnu.


La Fédération Maginot vous aide financièrement avec 6890€ en 2019 pour aider les jeunes collégiens : Collège Françoise Dolto L'Aigle (ravivage de la flamme à Paris), un voyage à Verdun pour l'Ecole Aristide Briand de Mortagne au Perche, une sortie au mémorial de Caen pour le collège Félix Leclerc de Longny au Perche, Le Collège Louis Grenier du Mêle sur Sarthe deux classes de 3ème pour un ravivage de la flamme enfin le collège Mézeray une subvention pour un voyage à Verdun.


Vous participez évidemment, assidument avec l'Education nationale, le Souvenir français, la Fondation de la France libre, l'Onacvg, la SMLH61, au Concours de la Résistance et de la Déportation. Vous êtes aussi actif dans la composante « Mémoire de la Nation ». Vous êtes ainsi Hôte de la Mairie de Paris pour l' Inauguration le 11 octobre 2019, du « Jardin Marie Thérèse Auffray » peintre et résistante (réseau « Ceux de la libération » en 1942 à Echauffour avec sa compagne Noëlle Guillou qui tient une auberge) où elle meurt dans ce village en 1990 , ce qui vous vaut une invitation à l'Elysée.
Vous intervenez à Alençon en faveur de l'érection d'une stèle inaugurée, square du poilu, en mars 2020 à la mémoire des veuves et orphelins de guerre, pupilles de la nation et victimes de guerre et du devoir. Vous oeuvrez aussi à la création du Groupement départemental des association d'Anciens Combattants et Victimes de Guerre que vous regroupez par souci d'efficacité et dont vous êtes le Président depuis 2016.


Monsieur André LECOQ vous naissez le 17 avril 1945 à Courménil (Orne). Naissance posthume car huit mois plus tôt, le 13 août 1944, votre père, MARCEL est mort pour la France, fusillé par les nazis. Son corps trainé sur la route de Gacé à Chambois fut laissé dix jours sur un talus. Il avait 37 ans. Son coprs fut enterré au cimetière de Courménil où son épouse, née Madeleine TOUZE, décédée à 73 ans, fut placée à ses côté. Votre mère, veuve, reste seule avec deux enfants et le troisième, à naître. Elle continue néanmoins d'exploiter la ferme qu'elle loue. Mais à la naissance de l'enfant, ne pouvant le garder, elle le confie à une nourrice. Monsieur LECOQ vous obtenez le statut de pupille de la Nation par un jugement du tribunal d'Argentan le 20 novembre 1945. A l'âge de trois ans, vous revenez dans votre famille, et fréquentez l'école communale de Saint Evroult de Montfort de 6 à 9 ans, puis vous intégrez un pensionnat à Gacé jusqu'à la fin de la classe de 5e. Vous avez alors 14 ans et quittez l'école pour épauler votre mère dans le travail à la ferme.


Le 1er juillet 1964, pour être complet sur votre vie de citoyen appelé sous les drapeaux, vous êtes affecté au 43e régiment d'artillerie de Cherbourg (Manche). Le 1er novembre 1964, vous êtes affecté au centre mobilisateur 117 du Mans (Sarthe), en qualité de chauffeur d'officiers sur voitures légères de l'époque. Vous êtes démobilisé le 31 octobre 1965.


En 1966, avec votre mère vous vous installez dans une ferme à Mardilly. En 1971, votre mère prend sa retraite vous vous mariez. Avec votre épouse, Monique, vous vous établissez à Courménil. Vous avez trois enfants. Votre couple exerce une activité agricole en polyculture. Vous élevez des vaches laitières et allaitantes. Au fil du temps, votre exploitation passe d'une trentaine d'hectares à 120 hectares. Vous n'avez pas de salarié.


Vous prenez avec votre épouse votre retraite en décembre 2005. A cette occasion, soucieux d'accompagner un jeune agriculteur dans son installation, vous décidez tous les deux de lui céder 63 hectares. A cette date commence cette deuxième vie consacrée, d'un libre choix, aux autres que nous venons de suivre et qui motive votre nomination dans la prestigieuse Légion d'honneur de Bonaparte.


Vous êtes un enfant posthume (terme consacré) ou plus clairement né huit mois après la mort tragique de votre père, Marcel LECOQ fusillé par les nazis le 13 août 1944. Vous vous occupez des pupilles de la nation avec d'autant plus de compréhension et d'attention que vous-mêmes comprenez évidemment cette situation à titre personnel. Votre mère a été votre soutien et le vecteur de la mémoire de votre père avec les familles de vos deux parents. Vous êtes entouré aujourd'hui de 4 pupilles de la Nation de l'Orne. Cette jolie cérémonie se déroule devant un magnifique panorama, par un soleil radieux et printanier (hirondelles, coucou et sous dans la poche signeront le lendemain la plénitude de cette journée amicale, intime à l'assistance relevée). Cette distinction qui vous est remise aujourd'hui confirme la réussite de cette Loi du 27 juillet 2017. L'amour était bien présent dans votre cellule familiale, l'épanouissement des pupilles de la nation venus vous féliciter, ici chez vous, confirme que la France a bien fait d'adopter les enfants de tués dans les guerres ou victimes du devoir, sans se substituer aux familles encore actives. Cette distinction honore tous les Pupilles de la Nation.


Sur proposition de Mme Magali Ozouf, Directrice Départementale de l'ONAC VG, avec le ferme soutien de Mme la Préfète de l'Orne, Mme Françoise Tahéri, sur le contingent du Ministère des Armées, le Président de la République a signé le décret de nomination paru sur le J.O. du 1er Janvier 2021.


Par délégation du Grand Chancelier de l'Ordre de la Légion d'honneur, le Général d'armée Benoit Puga, M. Emmanuel Macron, le Grand Maître de l'Ordre, me mandate pour prononcer la formule consacrée :



" Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d'honneur".


M. LECOQ a naturellement répondu par un bref mot secoué par l'émotion comme naturellement attendu par l'assistance. M. Lecoq a évoqué ses parents, son père Marcel assassiné à 37 ans par les nazis, sa mère dévouée qui s'est occupée de ses enfants dont vous André, le dernier né. Il a remercié son épouse, sa fille Séverine et son fils Olivier, présents. Il a remercié Mme Magali OZOUF directrice d l'ONACVG de l'Orne pour sa détermination et Mme Françoise TAHERI, Préfète de l'Orne, pour son soutien indéfectible. Il a remercié Jean Pierre CHEYMOL son Porte Drapeau de l'Orne, pupille de la Nation, soutien de granit. Il a remercié de leur présence M. le Maire honoraire de Mardilly, M. POIRIER, Pupille de la nation pour sa présence ainsi que Mme le Maire de Courménil, Mme Véronique CHANTEPIE, Il a évidemment remercié son bureau national. Puis pour terminer M. Lecoq nous a invité a partager le buffet délicieux de son traiteur de Gacé qui l'offrait. Les masques remis après les libations l'assistance se séparait franchement à regret. Le lendemain ce magnifique panorama voyait les hirondelles revenir, le cri du coucou retentir et les poches avec des sous assuraient M.Lecoq d'un avenir qui ne pouvait que s'améliorer.

M. François BOSCHER journaliste à Ouest France, a relaté lévènement OF 3/4 avril Il est le fils de notre ami Robert BOSCHER dont une messe et cérémonie du souvenir organisées il y a 3 semaines par le Souvenir Français s'était déroulée à Argentan 1 an après le décès de M. Boscher (relaté dans les actualités) en pleine période de confinement donc avec des obsèques dans une intimité familiale stricte et d'autant plus triste.

SMLH61 avec l'aide de l'ONACVG Photos famille et ONACVG


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016