Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Le 6 septembre, au Château de Versailles une cérémonie, hors protocole, intime, familiale, amicale et chaleureuse a accompagné la remise du brevet d'Officier de la Légion d'honneur au Dr Pierre Petitbon, par M. Aurélien Rousseau, chevalier de la Légion d'honneur ancien ARS d'Ile de France, maître des requêtes au Conseil d'Etat. Tous les présents savaient que ce grade octroyé, lors d'une promotion réduite de 50% depuis la prise de fonction du Président Macron, avec parité absolue, avait une valeur plus que symbolique. Cette élévation sur le contingent du Premier ministre, M. Édouard Philippe, lors de la promotion du 1er janvier 2020 a été signée par le Grand Maître de l'Ordre et le Grand Chancelier comme on le sait.

La remise des insignes, par l'Amiral Coldefy, Président de la SMLH, Grand Officier de la Légion d'honneur, s'était tenue à la demande du récipiendaire, en toute intimité, Covid 19, oblige au décours de l'Assemblée annuelle des Présidents de section de la SMLH, en septembre 2020. Le 6 septembre reçus par Mme Catherine Pégard, tous vaccinés, tous masqués, les 38 invités et membres de la famille, se sont retrouvés devant la chapelle, point de ralliement, en visite privée du Château avec pour guide la Présidente de l'Etablissement Public du Château du musée et du domaine national de Versailles depuis 2011.

La Chapelle récemment restaurée éblouissait les spectateurs. Des organistes pianotaient pour notre plus grand plaisir sur le clavier. La sonorité était parfaite. Les participants ont pu admirer le secrétaire à secrets de Louis XV restauré et splendide, des porcelaines, la statue équestre de Louis XIV. Tant d'objets recherchés exprimant la puissance des arts de France. La chambre à coucher du Roi, les tentures viennent d'être refaites par les soieries de Lyon. Une pure merveille. Une visite riche et éblouissante pour s'achever galeries des glaces où se tournait un épisode du « Château de Versailles » signe de la reprise des activités après Covid et confinement aigüs. Les personnages en superbes habits d'époque illustraient le décor dans cette somptueuse galerie.


L'assistance était polymorphe, mais peu nombreuse 40 personnes, la présidente et M. Gausseron administrateur inclus, (jauge Covid) tous avec passe et masque (sauf pour les photos). Il était composé de rares ornais (une ancienne amie de 35 ans connue à Paris, le DMD ès-qualité et un industriel), une procureure générale de la cour de cassation récemment retraitée Mme Anne Le Dimna. La récente Cheffe de pôle du secteur social commun à Matignon et l'Elysée Marguerite Cazeneuve (partie réccemment), le député LREM du Gers (1ère circonscription) Jean René Cazeneuve, l'ancien responsable de la communication chez LVMH Gérard Lavergne, le chef de cabinet adjoint de l'Elysée Pierre Cazeneuve, une professeure agrégée de droit Valérie Lasserre, médiatrice judiciaire, auprès de la Cour d'Appel de Paris, un avocat émérite du barreau de Paris Marc Courteaud, une avocate du secteur immobilierPauline Le More, une professeur de français de REP+ Stéphanie Le More, le Professeur de radiologie Guy Frija fondateur du service de radiologie de Pompidou ancien président de la SFR,, l'actuel Professeur chef de pôle de la radiologie de l'Ouest Parisien, le Pr Olivier Clément une basse d'opéra sir Willard White, anobli par la reine d'Angleterre accompagné de Sylvia Kervokian professeur de chant et bien d‘autres qui seront cités dans le discours.


Tous étaient là car ils voulaient, disaient-ils, affirmer leur affection et amitié à celui qui après avoir été OS2 au Sahara, In Ekker, pour la Bombe A française, après avoir séjourné en Iran (Teheran 1970 – 1972) dans un hôpital Bah'aï et avait créé un centre de radiologie au dispensaire de la Securité sociale de Mogadiscio (1974 – 1977) avait fondé le groupe d'équipement lourd de radiologie de Flers. Il avait créé son réseau de transmission des images, et de données, un des premiers de France rappelait le Pr Frija témoin du premier lien entre Flers et Laennec. Il soulignait aussi le contrat pérenne entre l'hôpital et le privé, le premier de France où le Privé installait son matériel dans le public avec un contrat commun mutualisant l'utilisation et la couverture des gardes. Les professionnels présents et les anciens amis se rappelaient parfaitement, notamment ceux qui avaient conseillé et aidé à l'installation du premier scanner, pivot et fondation de tout le groupe d'imagerie. Ce scanner qui avait autorisé jusqu'à ce jour une évolution harmonieuse et un recrutement aisé grâce à une autonomie totale voulue par le PDG honoraire de la SA Scanner IRM du Bocage. Le Dr Petitbon était l' Initiateur et fondateur du premier mammobile départemental de France malgré les tentatives diverses de vol mémoriel. Il avait travaillé dur avec Caroline Tiroufet, l'assistante du Président d'Andigné sans l'aide à l'époque de la Sécurité Sociale. Enfin Pierre Petitbon avait été l'initiateur du DTS de manipulateur de radiologie toujours actif à Guehenno. Certains parmi les auditeurs étaient étonnés d'apprendre que le Dr Petitbon avait été diplômé à 42 ans de Sciences po Paris et avait été administrateur (5 ans) de la Société des amis du Louvre. Certes Gérard Lavergne, ami de Mme Pinault s'en souvenait parfaitement. Enfin il avait été un sympathique et efficace attaché consultant à l'HEGP chez Frija puis Olivier Clément, redoutable Président de CME de proximité, un Praticien associé dans un hôpital de proximité après la retraite, enfin après 5 mois de bénévolat, il était vaccineur rémunéré depuis 1 mois à Bagnoles.


Tout cela était connu de la famille un peu moins de certains amis et certainement pas du grand public bien que Ouest France avait souligné le 1 janvier 2020 que le CV du Dr Petitbon était long comme le bras. C'est cela qui a été exposé dans l'appartement de fonction de la présidente du château.


Après un accueil chaleureux de Mme la Présidente qui rappelait les anciennes attaches qui la liaient au « médecin du château » elle donnait la parole à Aurélien Rousseau qui retraçait brièvement le parcours du Dr Petitbon (cf plus haut) mais surtout connaissant l'affection, qui attachait le Dr Petitbon à son père, rappelait que 60 ans plus tôt le brevet d'Officier de la Légion d'honneur était remis au Préfet René Petitbon, au Palais d'été d'Alger, par Jean Morin, délégué Général du Gouvernement, dans les derniers soubresauts de la guerre d'Algérie et avant le putsch. Il rappelait aussi que le voeu de Louis XVIII qui souhaitait que trois générations d'officiers de la légion d'honneur le grand père Albert, le père René) dans la même lignée familiale anoblisse avait été supprimé par la république. Le Dr Pierre Petitbon pensait devenir Comte Pierre Petitbon de la Haize eh bien non fini les rêves. M. Aurélien Rousseau remet le brevet au Dr Pierre Petibon avec une émotion certaine.

Pr Guy Frija, Chevalier de la Légion d'honneur


Catherine, Martine, Jean René, Frédéric, Henri représenté, Etienne, Marguerite, Aurélien, Stéphanie, Chère famille, chers amis,


Catherine un très grand merci de nous recevoir chez Louis XIV dont on sait qu'il disait « chaque fois que j'accorde une faveur je fais un ingrat et cent envieux ». Pas d'ingrat aujourd'hui, j'ai fait mon « chemin de Damas », je trouve que mon « Grand Maître » a fait d'énormes progrès. Pas d'envieux vous n'êtes pas cent. Que pourrait-on reprocher d'ailleurs au médecin du Château ?


Vous êtes présents car vous avez marqué ma vie. Catherine quand je t'ai connue je savais que je rencontrais une femme d'une intelligence rare et polymorphe.. Puis j'ai connu tes parents que j'ai beaucoup aimé tu le sais. Jacqueline et Michel ont suivi et suivent là où ils sont, ton parcours surprenant et brillant. Boubou fait partie intégrante de l'amitié et de ma vie.


Dans mon parcours professionnel je salue le Pr Frija et la mémoire du Pr Victor Bismuth. Je te remercie Guy, Professeur d'exception de m'avoir à Pompidou offert de si belles années. J'ai pu connaitre grâce à toi Olivier, tu lui as ouvert cette belle carrière. Tu ne dois pas le regretter. Nous l'aimons beaucoup Colette et moi ainsi que tous ceux qui le connaissent à la Valette. Nous avons fêté cela ensemble avec une bouteille de Romanée Conti.


D'autres ont jalonné ma vie. Seule l'estime que je leur porte les rassemble ici. Me Courteaud, avocat hors de pair avec un beau sens de l'humour, Anne Le Dimna, avocate générale honoraire de la Cour de Cassation (pardonnez du peu) récemment retraitée elle est dinardaise d'adoption, elle est havraise (comme Catherine, comme Christine Lagarde) certes Edouard Philippe est né à Rouen, mais il est maire du Havre, je le remercie de m'avoir élevé au grade d'officier sur son contingent. Berni, une amie de longue date, Churchill et Glyndebourne et le lien entre l'Inde et la France spécialiste du textile de grande qualité nous unissent.
br>
Pour l'Orne le colonel Thieulart, DMD de choc, invité ès-qualité ainsi que Jacques Frénehard, industriel de grand renom, faiseur d'emplois, président du METI, relation parisienne néanmoins. Etienne Le Caron et Viviane qui a dominé de façon remarquable les aléas de son existence. Bravo et chapeau. Elle sait chanter et la voilà réunie dans ce registre à Sylvia, Willard et Olivier, j'ai oublié de vous dire que Sylvia est la professeur d'Olivier pour chanter plus fort et juste dans le choeur de l'Orchestre de Paris qui dit mieux ? Gérard Lavergne, bien sûr, la grande perte de LVMH pour le plus grand profit de l'Opéra, qu'il connait sur le bout des doigts. Pour sir Willard essayons de trouver le moyen d'obtenir, à titre étranger, sa nomination dans notre ordre. Authentique reconnaissance de la République à cette basse d'exception et revanche sur le Brexit. Le dossier est en cours. Stéphane Juvigny un lien bien sympathique plutôt téléphonique mais de babillage passionnant dinardais et rotschildien à la fois.


Olivier dont j'ai déjà évoqué déjà l'importance dans notre vie depuis 30 ans et Valérie et Honoré qui ont depuis près de 10 ans ans pris une belle place à La Haize. Nous aimons, Colette et moi, sa joie de vivre, sa classe exceptionnelle (comme Professeur) et dorénavant toutes les qualités, d'Honoré, de type « Deutsch Qualitât » tu sais Honoré ce que cela me coûte de le dire mais depuis qu'Olivier a acheté une Mercedes tout est permis.


Les absents avec excuses : Renaud, Edouard Philippe tous deux fort gentiment, Claire Raffaelli, mon associée du début, elle aussi avec regrets sincères sur impératif incontournable, Anne Paquet notre filleule (paquet car c'est ainsi qu'elle était surnommée bébé) mes amis « d'enfance » connus en Iran Maryam et Laurence Chamlou, ou en Somalie, les Schierano, Orietta et Lucia qui sont venue ou vont venir à La Haize. Mes autres amis iraniens et somaliens que j'ai connus Bahaïs ou somaliens occidentalisés ont tous été exécutés par les Pasdarans et les Shebabs. Un souvenir très triste. Mme Vernejoul notre comptable dès l'origine, une femme de caractère et "de probité candide" pour laquelle j'éprouve une affection toute particulière.


La famille j'en suis fondu, je l'aime sans aspérité : Les Le More, les Petitbon, les Cazeneuve et les Ciceri.


Les Petitbon, Frédéric est là. Nicolas nous a quitté quelle tristesse infinie. Jean François est parti en beauté il y a peu. Il a été un frère lointain certes (15 ans de différence et Bruxelles) mais toujours proche de son petit frère. Françoise a tenu le coup après sa disparition malgré des problèmes de santé. Un petit mot pour Thomas qui rame un peu à la Guadeloupe. Nous félicitons aussi Jean Luc pour la qualité de son travail dans le conseil, nous lui déconseillons fortement de fumer. Marie Pierre Revel désappointée le salue néanmoins.


Les Ciceri je les ai vu entrer dans mon existence avec Colette. Frédéric, de beaux diplômes, une carrière exceptionnelle dans la banque. Des enfants qui ont fait de magnifiques études, Franz au Max Planck de Postdam chercheur dans la physique qantique ou ultra qantique ?, Axel à Londres, seul boursier à titre étranger admis au King's College, qui poursuit un PhD en physique fondamentale il est accompagné de Simone Gordon, irlandaise, elle aussi en pleine ascension vers les diplômes les plus inaccessibles au commun des mortels. Félicitations Simone. Stanislas bardé de diplômes qui est heureux dans le monde de la Finance à Singapour. Il est venu en Normandie avec une charmante Sarah pour nous combler de joie.


Frédéric Cicceri a trouvé son épouse Isabelle, en retraite monacale aujoiurd'hui à Dinard, grâce à un entremetteur de choc : Jacques. Jacques Cazeneuve qui a laissé avec Martine une belle descendance dans ses enfants, petits enfants et arrière petits-enfants. Jacques un officier supérieur hors de pair, une brillante campagne indochinoise, une guerre d'Algérie militairement inattaquable. Une Ecole d'Etat Major et une Ecole de Guerre toutes deux brillantes. Une disparition précoce. Dommage. Comme mon père une génération qui savait mourir jeune. Tous deux à 62 ans. Maman est morte doucement à un âge où l'injustice n'est pas flagrante. Papa et Maman ont laissé le Braou repaire familial et amical que Béatrice et Jean René ont transformé en un Braou version2 accueillant et sacrément vivant. Bravo à Béatrice qui est d'une patience exemplaire et à Jean René qui sait déléguer. Béatrice une brillante carrière chez Lili (le premier labo à avoir commercialisé le premier antibiotique en 1942 : la pénicilline rappelons-le)


Martine Petitbon Cazeneuve une clef de voûte avec sa joie de vivre et son incapacité à dire du mal de quiconque qui vit bien grâce à ses copines et à sa famille qui est adorable avec elle. Elle couve Elise notre pharmacien. Bravo à toi Martine je t'embrasse très fort. Une seule femme est réellement chez elle ici aujourd'hui Marie-Antoinette eh oui nous en avons une qui elle aussi est un pilier n'est-ce pas Comte Etienne, Stéphanie, le reconnaitra aisément. Professeur dévouée de REP+, à Corbeil, 2 élèves admis à en prépa à Henri IV, applaudissons la vraiment. Le cousin Henri n'a pu être parmi nous aujourd'hui mais il est représenté par sa talentueuse fille Me Pauline Le More.


Les Cazeneuve présents, Jean René, Béatrice, Pierre, Aurélien. Marguerite sa carrière si jeune déjà si riche est bien connue on n'a qu'à se référer à Wikipedia. Un nouveau venu Abel l'irrésistible. Félicitations à Aurélien pour ses fonctions d'ARS d'Ile de France. Il a donné le maximum au péril de sa santé et a sauvé un nombre incalculable de vies nous le savons bien nous les médecins Guy, Olivier et moi. Il a bien fait de l'interrompre car à force de se tendre la corde rompt. Victor est au Braou, il révise pour son concours de Commissaire de Police souhaitons-lui un beau succès. Pierre « quo non ascendet » dont les fonctions actuelles sont un tremplin bien évident. Son ascension a commencé à Versailles. Nous sommes heureux de savoir Charlotte Sylvestre, gloire de Sephora, présente, car derrière chaque Grand homme il y a une femme. Jean René qui après une carrière exceptionnelle dans l'entreprise, prend sa place dans le monde de la politique d'homme d'action en préparant harmonieusement celle de patriarche à Auch et d'organisateur du festival d'Artagnan à Lupiac.


Je ne terminerai pas sans évoquer Sainte Colette femme de tête, qui cumule toutes les qualités dont celle de m'avoir supporté tout ce temps. Vous ne le croirez pas, dans deux mois nous célèbrerons nos noces d'or.
photos SMLH61 et amis de la SMLH61, 1 – Aurélien Rousseau remet le brevet devant Mme Catherine Pégard, 2 – le groupe Mme Le More, Stéphanie Le More, Valérie Lasserre, Sir Willard White, Sylvia Kervokian, Olivier Clément, 3 Valérie Lsserre et son fils Honoré, 4 – Béatrice Cazeneuve, Pierre Petitbon, Chalotte Sylvestre, 5 – Marguerite Cazeneuve, Monique Boubal et Anne Le Dimna



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016