Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Mme Jeanne LEMOINE née CLUZEL vient d'être élevée au grade d'Officier de la Légion d'honneur (promotion 1er janvier 2021), son père Jean CLUZEL était Commandeur de la Légion d'honneur. Il était dans le Bourbonnais, un homme politique centriste de l'URB (l'Union Républicaine pour le Bourbonnais), incontournable. Président du Conseil Général et Sénateur, de longues années avec quelques défaites en faveur du respect de ses valeurs et de nombreuses victoires retentissantes. Il a été élu à l'Académie des Sciences Morales et Politiques, dont il sera Secrétaire Perpétuel. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages. Il a été l'auteur d'un rapport resté fameux sur l'audiovisuel en faveur de l'absence de censure d'Etat. Mme Lemoine, sa fille est donc très fière à juste titre de son Commandeur de Père. Celui-ci est mort à 97 ans en septembre 2020. Avec lui meurt une mémoire de la deuxième moitié du XXème siècle. Il a quitté la politique en 1998.


Mme LEMOINE Directrice Générale d'une entreprise qui utilise le coton du Coton Tige au démaquillant en passant par les masques, deux actions justifient amplement son élévation au grade d'Officier de la Légion d'honneur, elle a su multiplier le nombre d'écouvillons (tiges longues, stérilisation) de façon vertigineuse, absolument nécessaires pour le test PCR par écouvillonage nasal et transformer l'activité de son entreprise pour fabriquer en un temps record, des masques qui faisaient tant défaut en début de pandémie du Covid 19. LETOUT SANS PLASTIQUE ET D'ORIGINE FRANCAISE!!Elle a su comprendre avec son équipe que cette épidémie allait durer. Son devoir dès lors était de comprendre où se trouvait l'intérêt général. Le communiqué de la Grande Chancellerie la cite dans les entreprises (cf la fin du texte) qui ont lutté avec efficacité, présence d'esprit et rapidité de transformation. Les écouvillons conçus de façon extrêmement rapide (8 jours) fabriqués en masse ont sauvé des vies très nombreuses et sauvé d'une certaine façon la France. C'est bien cela qu'ont remarqué, souligné et récompensé les plus hautes autorités de l'Etat dont la Ministre déléguée de l'Industrie Mme Agnès Pannier-Runacher. La prise de conscience et la vélocité de la mise à la disposition d'écouvillons 100% français on le répète, manifestant ainsi l'indépendance du pays et son autonomie, en quantité industrielle ont surpris et étonné les autorités. L'industrie savait se mettre au servce de la Nation et de ses citoyens.


Mme Jeanne LEMOINE se trouve parmi les personnes ayant engagé leur entreprise dans une production exceptionnelle de matériel de santé (respirateurs, gel hydro-alcoolique ). L'entreprise Lemoine de Caligny produit : 29 milliards de bâtonnets ouatés, soit 42000 bâtonnets par minute, 145 millions de sachets disques à démaquiller, 12 millions de sachets de coton hydrophile. Jeanne Lemoine (officier), directrice générale du groupe Lemoine. bravo cela est une belle nouvelle pour le département, pour le pays et pour la SMLH61 car Mme Lemoine a manifesté son désir de nous rejoindre.


Entourée des politiques de l'Orne (M. Jérôme Nury, Madame Nathalie Goulet, Vincent Ségouin sénateurs) et le Président du Sénat, M. Gérard Larcher, Madame Lemoine s'est vue honorée avec son entreprise. Cette entreprise crée en 1978, avec son époux, Philippe, est devenue la 1ère en Europe dans son domaine et la deuxième au Monde. Mme Jeanne Lemoine, directrice générale de l'entreprise, s'est vu remettre le 5 octobre dans les locaux du Ministère de l'économie et des finances à Bercy avec une jauge de 100 personnes les Insignes d'Officier de la Légion d'honneur par Mme Agnès Pannier Runacher, Ministre déléguée de l'Industrie. Les allocutions ont été à la hauteur de l'évènement. Les voici dans leur intégralité ci-dessous.


Remise de la Légion d'honneur (Grade d'officier) à Madame Jeanne LEMOINE-CLUZEL
Mardi 5 octobre 2021


Monsieur le Président du Sénat,
Mesdames et Messieurs les élus,
J'arrête ici la litanie des grades et qualités car vous êtes ici en tant qu'amis avant tout.
Mesdames et Messieurs, Chère Jeanne LEMOINE-CLUZEL,


C'est à Bercy que vous recevez ce soir la médaille d'officier de la Légion d'honneur mais il n'aurait pas été surprenant que la cérémonie se tienne au Ministère de la Santé tant vous vous êtes brillamment distinguée pendant la crise sanitaire, ce qui vous vaut d'être élevée au grade d'officier de la Légion d'honneur au sein de la promotion COVID 19.


À travers vous, c'est le rôle de l'industrie dans notre pays et des hommes et des femmes de ce secteur qui se sont mobilisés pendant la crise qui sont honorés. Vous avez montré combien l'industrie est la clé de notre indépendance. Mais cette contribution remarquable que vous avez apportée au pays c'est aussi la marque de l'expérience et la conséquence de 47 années de vie professionnelle consacrées à l'industrie. Revenons quelques instants sur votre parcours. Après des études brillantes en prépa commerce, à l'IEP de Paris et à Assas, vous commencez votre carrière au Conseil de Paris où vous êtes chargée de mission auprès du Président.


La politique, vous avez baigné dedans pour ainsi dire depuis votre naissance. Vous avez vu sa noblesse dans l'action de votre père, Jean Cluzel, qui s'est démené pour défendre l'intérêt des citoyens et ses idées, notamment comme Sénateur, président du Conseil général de l'Allier, mais aussi à l'Académie des sciences morales et politiques. Il vous a transmis le sens de l'engagement et a probablement fait de vous, par son éducation, une femme qui reconnaît et assume ses devoirs. Ce dévouement et ce sens de l'intérêt collectif, nous l'avons vu à l'oeuvre pendant la crise de la COVID.
Mais ce n'est pas en politique que vous avez trouvé la meilleure façon de travailler au service des autres. Votre goût de l'action et du terrain a trouvé à s'épanouir ailleurs, dans le monde de l'entreprise. Certains diraient que cela tient au hasard, mais il y a aussi des destins. Et si l'on suit cette deuxième interprétation, on peut dire que le destin de Jeanne Cluzel était de rencontrer Philippe Lemoine. Par une belle journée de printemps, dans les gradins de Roland Garros, Philippe Lemoine s'est présenté à vous.
Philippe Lemoine est un visionnaire et au-delà des sentiments il a su voir en vous la femme de talents et de caractère qui allait vous permettre de constituer ce duo à l'origine d'une magnifique réussite entrepreneuriale. L'un sans l'autre, votre parcours n'aurait pas été le même. Vous vous êtes complétés parfaitement.


Chacun connaissait le monde de l'entreprise. Jeanne Lemoine-Cluzel, vous aviez travaillé un temps dans l'entreprise familiale de carrières et sablières à Bransat (Allier). Mais votre mari vous embarque dans une autre aventure qui aurait pu vous inquiéter mais il semblerait qu'elle vous ait plutôt galvanisée. En 1978, à la recherche d'une maison, on lui présente une usine spécialisée dans la production d'eau de cologne. Il l'achète. Vous prenez la direction générale de cette entreprise qui se développe rapidement. En 1984, un nouveau défi vous attend. Vous décidez, avec votre mari, de compléter vos savoir-faire avec une production d'eaux de toilette et de parfums.


Vous rachetez et devenez présidente de La Maison du Parfum, une entreprise de 120 salariés. Vous apprenez le fonctionnement d'une entreprise de taille intermédiaire et vous rencontrez des créateurs qui vous apportent un réseau important dans le secteur de la cosmétique. Vous ne ménagez pas vos efforts pour redresser cette entreprise, alors en difficultés. Votre énergie débordante y parvient mais vous prenez conscience de la difficulté de concilier vos 1.000 vies : d'entrepreneuse, de femme, d'épouse, de mère, de fille. Vous décidez de recentrer vos activités et vous séparer de La Maison du Parfum qui avait retrouvé le chemin de la croissance.


Vous rejoignez alors l'entreprise de votre mari qui a connu une forte croissance et s'est introduite sur les marchés des produits d'hygiène et de beauté pour la grande distribution. Vous devenez Directrice générale, en charge plus particulièrement des ressources humaines et des affaires juridiques. Et depuis 30 ans, vous avez transformé complètement une petite PME qui est devenue aujourd'hui un groupe numéro 2 mondial dans son secteur d'activité, qui emploie 900 personnes à travers le monde et réalise un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros. Votre groupe maîtrise notamment la gamme complète de produits ouatés. Et c'est ce qui lui a permis de tenir un rôle majeur au cours de la crise sanitaire.


Jeanne Lemoine-Cluzel, vous êtes charismatique, et cela ne se voit jamais aussi bien qu'en temps de crise. Vous n'êtes pas du genre à attendre que les difficultés se règlent d'elles-mêmes et votre exigence vous pousse à vous dépasser sans cesse. Vous avez connu un certain nombre de crises en 47 ans de vie professionnelle. Ces moments vous ont forgé. Il y a eu les périodes difficiles pour une entreprise : déposer le bilan, licencier, restructurer. Il y a eu l'incendie de l'usine principale du groupe Lemoine en 2010 qui aurait pu mettre en péril le projet de votre vie et celui de votre mari. Mais vous avez relancé en six semaines la production en louant des locaux. Vous avez reconstruit une nouvelle usine qui est devenue le navire amiral du groupe en 2013.


Il y eut aussi la disparition tragique de votre plus jeune frère, Jean-Yves, qui avait repris et développé le groupe familial de carrières et sablières du Centre, le groupe CERF. Dans l'adversité, vous avez tenu vos responsabilités. Vous avez tenu la promesse que vous lui aviez faite de prendre soin de l'entreprise et d'en assurer la transmission dans les conditions de son souhait. Vous avez travaillé sans relâche pour atteindre votre objectif. Et puis il y a la crise COVID. En mars 2020, notre pays s'est confiné du fait d'un virus dont on ne savait quasiment rien. Face à lui, nous avons pu compter sur une « héroïne », et vous me permettrez de reprendre le terme utilisé par mon collègue Olivier [Véran]. La France sait ce qu'elle vous doit. Cette cérémonie en est une reconnaissance.


Fin mars donc, nous réalisons que nous allons manquer d'écouvillons pour les tests PCR, alors que nous avons des besoins massifs. Notre cellule de crise vous contacte car vous savez déjà produire des cotons tiges. Vous vous rapprochez du service de santé des armées pour connaître le cahier des charges et vous toquez à toutes les portes. Votre excellente connaissance de la sphère publique aura été un atout décisif dans le succès de la mission que vous acceptez de relever. Dans cette guerre, c'est en soldat que vous vous êtes mobilisée. Vous avez travaillé jours et nuits avec vos équipes pour élaborer un écouvillon qui répond aux normes fixées aux dispositifs médicaux par l'agence nationale de sécurité du médicament. Je dis soldat mais je pourrais dire général. Car vous avez gagné vos galons et c'est votre expérience qui vous a permis d'installer une stratégie gagnante. Vous avez embarqué vos équipes avec vous dans ce défi, certains sont d'ailleurs présents ce soir et je veux très chaleureusement les saluer.


Et vous avez atteint encore une fois votre but. Quelques semaines à peine après le début de vos efforts, l'entreprise Lemoine est capable de fournir à la France des écouvillons homologués pour tester massivement sa population. C'est ainsi que l'on démontre comment un chef d'entreprise peut agir au service de ses concitoyens. Vous êtes en la matière un exemple et je crois que notre pays peut être fier de pouvoir compter sur une femme de votre qualité. Vous avez d'ailleurs à coeur de transmettre et de partager cette expérience. Votre engagement pour les autres se manifeste par un nombre très significatif d'activités.

Membre du mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI), vice-présidente du club ETI Normandie, (Président Jacques FRENEHARD présent à la cérémonie ndle) membre du conseil d'administration de la fédération des entrepreneurs et entreprises de France, vice-présidente du syndicat des fabricants français de masques sanitaires que Lemoine fabrique également depuis l'année dernière, membre de clubs pour le climat ou les femmes dans l'industrie Jeanne Lemoine-Cluzel, vous êtes inépuisable .


On pourrait se demander ce que l'on fait pour décompresser quand on a une telle vie. Et la réponse est simple : quand Jeanne Lemoine-Cluzel a du temps, ce qui n'arrive jamais comme le savent ses proches, elle s'occupe encore une fois des autres et notamment de votre fille Agnès, de vos trois petits-enfants qui sont peut-être, après Alexandre, votre fils, qui est aujourd'hui Directeur général, l'avenir du Groupe Lemoine. Tout juste pourra –t-on noter le plaisir d'un déjeuner entre amis, la satisfaction de compléter la décoration de votre intérieur, ou encore la lecture de quelques romans policiers lors de rares journées de congés où l'ordinateur n'est jamais bien loin.


Jeanne Lemoine-Cluzel, vous avez reçu le grand prix du jury des trophées des femmes de l'industrie en 2020. J'ai tenu à vous proposer pour la promotion au grade d'officier de la Légion d'honneur, parce que les parcours comme le vôtre sont rares et méritent d'être mis en avant. Parce qu'aussi vous êtes un rôle modèle féminin qui pourrait inspirer beaucoup de vocations. Délicieux mélange d'exigence, de persévérance et de courtoisie et d'élégance, je veux vous remercier d'être un modèle de volonté pour toutes celles qui voudraient se laisser tenter à leur tour par l'aventure entrepreneuriale dans l'industrie, pas toujours évidente lorsque l'on est une femme.


Et c'est avec beaucoup de fierté et pour toutes ces raisons, qu'en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés et au nom du Président de la République, nous vous faisons officier de la Légion d'honneur.


REPONSE de Madame Jeanne LEMOINE CLUZEL


Madame La Ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, Monsieur le Président du Sénat, Gérard Larcher, que je souhaite remercier du grand honneur qu'il me fait ce soir de sa présence. Je tiens à ce que vous sachiez, Monsieur le Président du Sénat, que cet honneur est extrêmement précieux pour ma famille, à double titre, ma famille d'origine de l'Allier et celle, Normande, créée avec mon mari, puisque vous êtes né à Flers, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élus de la République, Monsieur le Préfet de Région, Madame la sous-Préfète d'Argentan et sous-Préfète à la relance, Monsieur le Grand Rabbin de France, Mon Général, Chère famille, Chers amis, Chers collaborateurs,


C'est avec une intense émotion, Madame la Ministre, que j'ai appris que sur votre proposition, Monsieur le Président de la République avait choisi de me promouvoir au Grade d'Officier dans l'ordre de la Légion d'Honneur. Pour cette haute distinction de la République et prestigieuse marque de reconnaissance, je tiens à vous adresser mes plus vifs et chaleureux remerciements, et ce d'autant plus que je suis particulièrement admirative de toutes les actions que vous menez depuis que vous êtes entrée au Gouvernement. Aujourd'hui, c'est un double honneur, Madame la Ministre que vous m'accordez, en tant que femme membre du Gouvernement, Ministre déléguée à l'Industrie, en me remettant, en tant que femme de l'Industrie, ces insignes d'Officier. Je connais votre attachement et votre engagement à promouvoir, entre autres, la place des femmes dans l'Industrie, et, cette remise de décoration aujourd'hui, est un symbole fort, qui je le souhaite, encouragera les femmes à rejoindre l'Industrie, et notamment les écoles qui y préparent.


La première école qui personnellement m'a préparée et à laquelle je souhaiterais rendre hommage est l'école de la République. Cet hommage, je le rends à Monsieur MARION, mon instituteur de l'école communale de Bransat, mon village d'enfance dans l'Allier. La rigueur me fut enseignée par lui, qui exigeait de ma part un travail sans approximation aucune et m'a fait, très tôt, prendre conscience, dans cette zone rurale où j'habitais, de la chance que j'aurais de pouvoir poursuivre des études, contrairement à beaucoup de mes camarades d'école. Ensuite, dans mes études universitaires, comme à l'IEP Paris et à la faculté de droit Assas, j'ai pu bénéficier de l'enseignement des meilleurs esprits de l'époque. C'est ainsi qu'à Sciences Po, mes maîtres de conférences furent Henri Pigeat, qui dirigea notamment l'agence France Presse, et Monsieur Raphaël Hades-Lebel, secrétaire général du Gouvernement. J'ai pu assister aux cours de professeurs de grande qualité tels que ceux de Monsieur le doyen Georges Vedel, en droit constitutionnel.


Aujourd'hui, mes pensées émues et fières vont particulièrement à mes parents, qui m'ont inculqué des valeurs fondamentales, telles que le sens des responsabilités, le respect, la fidélité, ainsi que le sens des autres et celui de l'engagement. Ces valeurs n'ont jamais cessé d'être le fil rouge de mon existence. Avec intelligence, mes parents ont su m'apprendre à utiliser mon énergie vitale, tout en favorisant ma curiosité et mon goût d'entreprendre. L'exemple de l'engagement public de mon père,Jean CLUZEL, en tant que Président du Conseil Général de l'Allier, puis Sénateur, rapporteur de l'audiovisuel à la commission des Finances et Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques, créateur de Canal Académie, m'a donné une vision large du monde, dans laquelle j'ai puisé le goût du service des intérêts de mon pays.



Alors cette médaille, vous comprendrez que c'est d'abord à mes parents que je souhaite la dédier, ainsi qu'à ma famille ici rassemblée. Cette médaille, en effet, est également celle de ma famille, qui a su comprendre avec la plus tendre des affections mon implication au quotidien dans la vie de l'entreprise, sachant que je n'en oubliais pas pour autant ma vie d'épouse, de mère, de fille, de soeur, de belle-fille, de belle mère , de belle-soeur et de tante. C'est avec Philippe mon mari, Alexandre, notre fils, Agnès, notre fille, Olivia, notre belle-fille et nos 3 merveilleux petits-enfants, Victor, Maxime et Henry, que je partage cette médaille. Elle est aussi à vous ainsi qu'à tous mes très chers amis et proches présents physiquement aujourd'hui ou par la pensée.


Cette décoration revient également aux équipes françaises et normandes du Groupe Lemoine. C'est aux côtés de mon mari et de moi, puis rejoint par notre fils Alexandre en 2006 que nos collaborateurs savent démontrer au quotidien leur motivation, leur enthousiasme et leur engagement depuis plus de quatre décennies. Au fil des années c'est un vrai socle de valeurs essentielles telles que la confiance, le respect mutuel, l'esprit d'innovation, de réactivité, de dynamisme qui s'est bâti entre nous, mettant en exergue l'importance du collectif. Ce collectif a joué un rôle majeur en mars 2020, et c'est grâce à un mobilisation sans faille de l'ensemble des équipes, et à un exemplaire esprit de solidarité, que le Groupe Lemoine a pu mettre au point, en moins de 8 jours, un écouvillon pour répondre aux besoins de tests de dépistage virologique de Covid-19 dans cette période de pandémie inédite. C'est avec une très grande fierté que les équipes normandes ont su déployer leur savoir-faire de production de cotons-tiges pour l'adapter à la production d'écouvillons. C'est donc une immense joie de partager cette médaille avec nos collaborateurs et ceux présents aujourd'hui, qui les représentent.


Je tiens à rappeler qu'après cette phase de mise au point de l'écouvillon, il fut nécessaire de valider ce nouveau dispositif de santé, et de trouver des solutions rapides de stérilisation. Il s'agissait d'une vraie course contre la montre, pour que ces écouvillons puissent être mis à disposition des soignants, dans les plus brefs délais. A cet égard, je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance aux Services de Santé de l'Armée à Percy, ainsi qu'à ceux de l'AP-HP, qui ont su, avec diligence et efficacité, procéder avec succès aux tests de fiabilité et de validation de l'écouvillon Lemoine, ainsi qu'à la phase indispensable de stérilisation par vapeur d'eau en autoclave, idée proposée et validée par les services de biologie et de pharmacie à Percy.


Tout cela fut rendu possible grâce au METI (Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaires) qui a su, avec une extrême réactivité, créer les contacts nécessaires entre l'entreprise et la DGE, la DGS et la « task force Covid ». Tous mes remerciements vont à l'ensemble de ces interlocuteurs,et tout particulièrement à ceux du METI, qui ont accompagné le Groupe Lemoine dans son initiative . Je salue et remercie de sa présence le co-président du METI, Monsieur Frédéric COIRIER et tous les membres du METI qui me font le plaisir de se joindre à cette cérémonie aujourd'hui. Je salue aussi et remercie de sa présence Jacques FRENEHARD, Président du Club ETI Normandie avec lequel j'ai eu la grande joie de créer en 2020 le club ETI Normandie afin d'ancrer plus fortement dans notre belle région, ces valeurs essentielles de solidarité entre les entreprises et avec les services territoriaux. Nous menons de vastes chantiers sur des sujets aussi importants tels que la Cybersécurité et la responsabilité sociétale et environnementale.


J'exprime également ma gratitude pour son soutien à la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France) avec lesquels je travaille étroitement étant membre du Conseil d'Administration. Parmi les nombreux sujets que nous traitons, la mise en lumière des entreprises dans les territoires et leur savoir-faire qui y existent sont notamment privilégiés ainsi que notre label maison RSE PME+. Je salue et remercie de leur présence Dominique AMIRAULT Président de la FEEF et Diane AUBERTDirectrice des Affaires Publiques de la FEEF. Je tiens également à remercier Monsieur MONTENOISE, dirigeant de Stériservices, à Bernay, en Normandie, qui a répondu présent, pour stériliser de manière industrielle la quantité nécessaire d'écouvillons pour les soignants, et Madame la Députée Marie TAMARELLE, qui l'a accompagné ainsi que nos équipes, dans cette nouvelle activité.


Cet écouvillon, le seul 100% français, est la réussite d'une belle chaîne humaine, qui a su construire des ponts improbables entre des secteurs, qui, en d'autres circonstances, ne se seraient pas rencontrés. La fabrication de ce dispositif médical a mis en exergue la volonté du Groupe Lemoine et de ses équipes, de continuer à contribuer à la reconquête de la souveraineté industrielle de la France. Cette volonté se traduisait, quelques mois plus tard, à l'été 2020, par la production en Normandie, de masques chirurgicaux, avec un processus industriel européen adapté à la qualité et à la compétitivité nécessaire. Madame la Ministre des Sports, Roxana MARACINEANU, nous a du reste fait l'honneur fin juin 2020, de porter nos premiers masques tricolores (blancs, avec un élastique rouge et bleu), lors du 1er évènement sportif public pouvant avoir lieu en 2020, en l'occurrence l'université d'été des Etoiles du Sport, à Vichy, programme de parrainage ayant pour but de rassembler les champions actuels et les espoirs du sport français. En tant que sponsors des Etoiles du Sport, nous participions mon mari et moi à ce grand évènement, et je remercie Sébastien Foucras, fondateur des Etoiles du Sport et Marie Jo Perec, triple championne olympique, son épouse, ce soir présents. Ils savent que les valeurs du sport sont aussi les nôtres.


Cet engagement de production de masques nous a conduits, avec 4 autres industriels producteurs de masques, à créer le Syndicat des Fabricants des Masques sanitaires Français, afin de rassembler les producteurs du territoire et d'oeuvrer à l'achat Français, par les acheteurs publics et privés nationaux. Je salue et je remercie de sa présence, Arthur ALLAMAND de Savoy-International, trésorier et représentant ce soir le syndicat F2M à mes côtés. Déjà dans le cadre de la responsabilité sociétale et environnementale, notamment avec la suppression du plastique, non seulement pour les tiges des cotons-tiges, mais aussi pour les emballages, le Groupe Lemoine est le seul industriel français à mettre à disposition des consommateurs, une boîte de cotons-tiges comportant zéro plastique. Ce zéro plastique est tout simplement fantastique. Je salue le travail de collaboration approfondie entre les équipes de Posson Packaging, celle de notre fabricant en Normandie de machines, ainsi que les équipes normandes et françaises du Groupe Lemoine, qui ont su trouver ingénieusement, à chaque étape, les processus industriels adaptés.


Je crois que vous l'aurez compris, c'est en Normandie que bat le coeur de l'entreprise, et le mien, puisqu'en épousant un Normand, j'ai épousé la Normandie. Comment remercier suffisamment l'ensemble des élus Normands (citer) ainsi que le Président de la Chambre de Commerce de Normandie, Monsieur Gilles TREUILet sa Directrice Générale, Delphine WAHL, qui ont oeuvré à nos côtés pour que puisse se réaliser à la fois la transition écologique, la fabrication des écouvillons, et la fabrication normande de masques chirurgicaux avec des composants 100% français, les premiers industriels français à réaliser ces masques chirurgicaux 100% nationaux. Je tiens à exprimer à tous ces élus ma profonde gratitude, et souhaite, qu'ils sachent que, grâce à eux, à leur accompagnement fidèle et à leur soutien indéfectible, tous les projets que je viens de citer ont pu voir le jour et se concrétiser. Je salue également les services de l'Etat (Monsieur le Préfet de Région, Pierre-André DURAND et Madame >Christine ROYER, sous-Préfète d'Argentan et Sous-Préfète à la Relance) dont l'implication dans leur périmètre d'action, fut particulièrement précieuse. Ils nous ont accompagnés et soutenus, notamment pour la production des écouvillons, des masques chirurgicaux et pour notre projet d'investissement écologique, dans le cadre de l'appel à projets de France Relance.


J'en profite, Madame la Ministre, pour dire combien nos équipes et nous-même avons été sensibles à l'attribution de la subvention maximale de France Relance et vous exprimons à cet égard notre plus vive et chaleureuse reconnaissance. Ce soir, Madame la Ministre, et je crois que vous ne me contredirez pas, les femmes sont très présentes, et l'importance de leur rôle dans le fonctionnement de notre pays a été à plusieurs reprises souligné. C'est bien la preuve que les femmes d'aujourd'hui, sont reconnues pour leur talent. Quel bonheur ce soir, de remercier le cercle des femmes d'influence, et leur présidente, Patricia CHAPELOTTE, pour leur action menée sans relâche, destinée à mettre en lumière des parcours féminins et des engagements particulièrement remarquables et extraordinaires et ainsi d'encourager les femmes à toujours oser entreprendre et témoigner. Merci Chère Patricia, et merci Mesdames. Tous les évènements que notre pays a traversés et continue de vivre témoignent de deux principes que je résumerais ainsi :
et votre présence nombreuse ce soir en atteste, et ensuite :
Toute activité professionnelle, même privée, peut et doit rejoindre l'intérêt commun.
Ce double message, je ne veux jamais l'oublier. Il est et reste le fil rouge, qui va continuer de me guider pour poursuivre mon implication au quotidien dans la vie de mon pays, avec force et détermination. Vous pouvez compter sur moi, Madame La Ministre, ainsi que tous ceux qui m'ont fait l'honneur et la joie d'être présents ce soir. Un très grand merci, du fond du coeur, à vous tous.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016