Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Orne

Un Parcours franchement original.
Le Colonel Frank Crispino nait à Ste Adresse (il y a 51 ans), s'installe à Rémalard (il y a 19 ans) et s'épanouit aujourd'hui à l'Université de Trois Rivières au Québec. Il a appartenu à la SMLH61 et a définitivement adopté la SMLH -Q pour Québec (Gal Dequen Pdt de la Section). Il est désormais Professeur en criminalistique.
Colonel de Gendarmerie il a accumulé les honneurs : Médaille de la Gendarmerie avec grenade de bronze et citation à l'Ordre de la Gendarmerie nationale en 2002, Médaille de bronze de la défense nationale en 1991, il est bien entendu face à ses mérites distingués, Chevalier du Mérite national (2002) et pour ses services éminents, très rapidement après, Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur (en 2006).

Après être passé par le Collège militaire de St-Cyr, il débute sa carrière militaire à l'Ecole de l'Air, mais perd statutairement son diplôme d'Ingénieur en choisissant l'Arme de la Gendarmerie nationale. Il y suit son école d'application en 1987-1988 à Melun, durant laquelle il passe une Licence de Droit (faculté de Sceaux). Ses postes de responsabilité, il les exerce de 1988 à 1992 dans deux pelotons de marche et blindés pour le maintien de l'ordre (escadrons de Verdun, puis de Luçon, déplacements en Polynésie, Corse, Nouvelle Calédonie et en métropole). Il commande, capitaine, à l'Ecole des Sous-officiers de Châtellerault la 1ère compagnie d'instruction de 1992 à 1993.

Il y rejoint à l'été la criminalistique qui le passionne, en devenant chef (1993-1997) du tout nouveau département d'Anthropologie à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie nationale (IRGCN Rosny sous Bois), où il interviendra sur différentes scènes de crime majeures comme celle du Temple Solaire en décembre 1995 à St Pierre de Chérenne. Le parcours s'emballe à compter de son obtention du diplôme postgrade en chimie (DEA) à l'Institut de police scientifique et de criminologie de Lausanne (Suisse) en 1997. De retour à' l'IRCGN, il commande de 1997 à 1999 le département Empreintes digitales, mais est rapidement désigné comme chef de projet européen, puis Conseiller Scientifique auprès du Conseiller Spécial Européen en matière de lutte contre le terrorisme en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza pour concevoir et mettre en place des capacités criminalistiques antiterroristes pour l'autorité palestinienne au sein du Projet "Forensics" sous mandat de Dublin (1997). Outre la création et la dotation de deux infrastructures scientifiques à Gaza et Ramallah, il organisera et participera à la formation d'une trentaine d'experts palestiniens, avec l'aide d'experts français, suédois et grecs. L'armée israélienne détruit les deux laboratoires en décembre 2001 et avril 2002 (confirmation peut-être de la valeur de ces laboratoires !!!...). Il reçoit, pour ce travail, du Ministre A. Richard un témoignage de satisfaction et la citation à l'Ordre de la Gendarmerie en 2002.

De 2002 à 2003, le commandant Crispino est à la tête de la section de recherches à Bourges, qu'il quitte pour rejoindre la 11ème promotion du Collège interarmées de défense (redevenu depuis Ecole de Guerre) en 2003 -2004. Dans cet environnement international (60 nations), il produit à plusieurs mains un mémoire sous la direction de François Géré : "Terrorisme : mode d'action ou finalité en soi"à suivre en 2ème partie sur le site .../.




Retourner à l'historique des figures



  © SMLH - 2016